Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 14.05.2012 10h04
Les étudiants de Hong Kong se tournent vers les universités du Continent

De prestigieuses universités du Continent ont ouvert leurs portes aux étudiants de Hong Kong, mais certains disent que ce n'est pas facile d'atteindre les seuils fixés par les universités.

Avant mardi, toutes les universités habilitées par le Ministère de l'Education auront achevé leurs admissions et publieront leurs listes d'admission en ligne.

Le Ministère a autorisé en novembre dernier 63 universités du Continent à recruter des étudiants de Hong Kong sans passer l'examen commun d'entrée à l'université, que devaient auparavant subir les étudiants en provenance de Hong Kong, Taiwan et Macao.

Au cours du week-end, cinq universités autorisées ont organisé leurs propres examens d'admission sur le campus de l'Université de Hong Kong. D'autres universités en ont fait de même ces derniers jours à Hong Kong et à Shenzhen.

Les universités du continent définissent elles-mêmes les seuils de leurs examens d'entrée. Les étudiants qui ont passé l'examen d'entrée pour l'Université Sun Yat Sen de Guangzhou, capitale de la Province du Guangdong, ont été divisés en groupes de cinq ou six.

Les candidats se sont vu poser des questions telles que : « Pourquoi une éducation universitaire est-elle importante, puisque tant Steve Jobs que Bill Gates ont quitté l'université, mais qu'ils ont quand même connu un succès mondial ? » et « Donnez des exemples pour illustrer que les progrès technologiques affaiblissent les capacités des êtres humains ».

Les étudiants de Hong Kong ont bien répondu aux sujets délicats et impressionné les examinateurs, en particulier par leur grand sens de la responsabilité sociale et leur forte sensibilisation à la citoyenneté, selon Wu Xiaofeng, Directeur du bureau des admissions de l'Université Sun Yat-sen.

« Nous constatons surtout à quel point les étudiants savent exprimer leurs idées, communiquer et coopérer avec leurs camarades, et nous préférons ceux qui ont des mœurs décentes et un large éventail de connaissances », a dit M. Wu.

Il a également précisé que les étudiants de Hong Kong sont actifs dans les services sociaux lors de leur scolarité secondaire et affichent naturellement leur intérêt et leur soutien aux groupes défavorisés.

« Cela montre la réussite de l'éducation dispensé par les écoles secondaires de Hong Kong sur les valeurs, ce que les écoles du continent auraient intérêt à apprendre ».

Selon M. Wu, son université prévoit de recruter 35 diplômés du secondaire de Hong Kong parmi les 2 439 candidats passant l'examen spécialement conçu.

Les étudiants qui ne réussissent pas à être admis dans une université de leur choix au cours de cette session de rattrapage ont encore la possibilité de passer l'examen d'entrée commun à l'université et de s'inscrire dans une université métropolitaine, mais ils devront alors entrer en compétition avec les candidats en provenance de Macao, de Taiwan et des établissements chinois de l'étranger.

« La concurrence entre les diplômés du secondaire de Hong Kong pour entrer dans une université locale est vraiment féroce. Donner davantage de possibilités aux étudiants de Hong Kong pour entrer dans une université sur le continent est très utile », a déclaré Chan Wan, 22 ans, étudiante de Hong Kong qui est dans sa dernière année à l'Université Jinan de Guangzhou.

Elle a souligné que quand elle a choisi de fréquenter une université métropolitaine ce n'était pas pour échapper à la concurrence.

« Hong Kong a des liens économiques étroits avec le Continent depuis la réunification de Hong Kong avec la Chine, du coup mes parents m'ont conseillé d'aller dans une université du Continent pour apprendre le mandarin et la culture locale », a dit Melle Chan.

Selon elle, ses compétences en mandarin et sa connaissance de la culture du continent seront d'une grande aide quand elle retournera à Hong Kong pour y travailler.

Selon une déclaration écrite du bureau des admissions de la Peking University publiée par le China Daily, la plupart des étudiants de Hong Kong ont traditionnellement tendance à choisir des spécialités comme l'économie, le droit, la gestion et la politique internationale. Mais ces dernières années, il y a une tendance nouvelle de spécialisation en histoire, en physique et en chimie, qui reflète leur « importance croissante sur le développement personnel à long terme ».

Le Vice-Premier ministre Li Keqiang a annoncé cette procédure d'admission conjointe lors d'une visite à Hong Kong en août dernier pour soulager la pression des admissions à Hong Kong.

Cette année, Hong Kong comptera 108 300 diplômés du secondaire, selon le site du Ministère de l'Éducation.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme