Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 30.05.2012 08h34
La Chine veut développer les technologies d'exploitation en eaux profondes d'ici 2030

L’exploitation commerciale en eaux profondes par la Chine de nodules polymétalliques contenant du cuivre, du nickel et du cobalt, entre autres minéraux essentiels, devrait commencer dès 2030, selon l'ancien directeur de l'Administration océanique d'Etat.

« Avec l'amélioration des technologies en eaux profondes, les ressources métalliques situées sous l'océan pourront être explorées et exploitées dans les 20 ans qui viennent », a déclaré Sun Zhihui.

L'année dernière, la Chine a figuré dans le premier groupe de pays ayant reçu l’approbation de l'Autorité Internationale des Fonds Marins pour chercher des gisements de sulfures polymétalliques, une source minérale récemment découverte, sur la dorsale sud-ouest indienne, qui se trouve à cheval sur deux plaques tectoniques sur le fond de l'Océan Indien, a-t-il dit , ajoutant que la Chine s’est aussi portée candidate à l’exploration du cobalt dans une nouvelle zone de l'Océan Pacifique.

Selon M. Sun, de nombreux pays développent des technologies d'exploitation minière commerciale, mais aucune méthode d’exploitation à faible coût des nodules polymétalliques n'a encore été trouvée.

La Chine a exploré plus de 80 000 kilomètres carrés du fond des océans Pacifique et Indien, a dit M. Sun.

Xiang Jianhai, chercheur à l'Institut d'Océanologie de l'Académie Chinoise des Sciences, a déclaré : « La date à laquelle nous pourrons nous lancer dans l'exploitation minière commerciale dépend du développement technologique, du soutien financier et du prix des principaux minéraux sur le marché ».

M. Xiang a ajouté que l'exploration en cours, telles que celle menée par le Jiaolong, navire chinois d’exploration habitée des fonds marins, fournira la technologie et les informations géologiques pour l'exploitation minière future.

Il a ajouté que le niveau d'exploration des eaux profondes par la Chine est en train de rattraper celui des pays avancés. Les scientifiques estiment qu’entre 480 et 13 500 millions de tonnes de nodules polymétalliques peuvent être commercialement rentables, selon le journal Science and Technology Daily.

Les nodules polymétalliques sont des concrétions rocheuses, pour la plupart de la taille d'une pomme de terre, qui se trouvent sur les fonds marins et contenant des métaux comme le cobalt, le manganèse, le fer, le nickel et l'aluminium. Ils ont un énorme potentiel économique.

Selon M. Xiang, l'environnement des eaux profondes est beaucoup plus difficile à exploiter que sur terre, parce que l'équipement minier doit supporter les fortes pressions sous-marines et à la corrosion marine.

Feng Xisheng, Directeur adjoint de la recherche sur les robots sous-marins à l'Académie Chinoise des Sciences, a dit que le Jiaolong a plongé jusqu’à 6 000 mètres. Selon la China Ocean News, la Chine procédera à un test de plongée à 7 000 mètres plus tard cette année.

Pour Jin Jiancai, Secrétaire général de l’Association Chinoise de la Recherche et du Développement des Ressources Minérales Océaniques, un autre obstacle à l’exploitation commerciale des nodules polymétalliques est son effet sur l'environnement des fonds marins et de l'écosystème.
La régénération des nodules peut prendre des millions d'années, ce qui rendrait ce genre d'exploitation minière non durable.

On en sait assez peu sur la plupart des espèces et l’environnement en eau profonde, ce qui rend presque impossible l'évaluation environnementale, a dit M. Jin au Science and Technology Daily. Il a ajouté qu'une loi sur protection de l'environnement en eaux profondes doit être adoptée pour éviter les dommages potentiels lors de l'exploration et de l'exploitation minière.

Améliorer le système juridique concernant les eaux profondes et l'exploration minière a été l'œuvre clé de l'Administration Océanique d'Etat, a déclaré Liu Cigui, Directeur de l'Administration, lors de la conférence annuelle de l'Administration en décembre dernier.

Un responsable de l'administration, qui a souhaité rester anonyme, a dit au China Daily que la réglementation de l'exploration des ressources et de l'exploitation minière en eaux profondes est en cours de discussion, avec pour objectif de protéger l'océan.

La valeur totale de la production des industries maritimes chinoises a été de 3,2 milliards de Yuans (508 milliards de Dollars US) en 2009, soit 9,5 % du PIB du pays, selon le site internet de l'administration.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »