Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 01.06.2012 12h36
Le premier vaisseau spatial commercial largué de l'ISS

La capsule non-habitée "Dragon" de la société californienne SpaceX, le premier vaisseau spatial commercial à visiter la Station spatiale internationale (ISS), a été larguée jeudi matin du bras robotisé de cette base orbitale.

"Les membres de l'équipage de l'Expedition 31 (de l'ISS) ont largué Dragon de l'ISS jeudi à 04h07 EDT (08h07 GMT)", a déclaré l'agence spatiale américaine NASA dans un communiqué.

Dragon devrait quitter l'ISS à 05h35 (09h35 GMT) et plonger dans l'océan Pacifique à quelque 500 miles nautiques (926 km) au sud-ouest de Los Angeles à 11h44 EDT (15h44 GMT ).

La spécificité du Dragon par rapport aux autres capsules est qu'elle est capable de ramener les expériences et anciens équipements de la station spatiale comme les navettes spatiales avant elle.

Aucun des appareils d'approvisionnement russes, européens, ou japonais n'en est capable, car ils se consument lors de leur rentrée sur Terre. Quant aux véhicules Soyouz qui transportent les astronautes, ils ont peu de place disponible.

La compagnie privée californienne SpaceX a effectué le lancement du Dragon mardi matin. Avant ce décollage, les vols vers la station spatiale avaient toujours été l'apanage exclusif du gouvernement.

Jusqu'à leur mise en retraite l'été dernier, les navettes spatiales américaines assuraient l'essentiel des transports d'équipements et d'astronautes vers cette base orbitale. Depuis, les astronautes américains ont dû faire appel aux capsules russes pour leurs déplacements. Des navettes européennes, japonaises et russes se sont chargées du transport de cargaison.

Dans cette nouvelle ère post-navettes, la NASA compte sur le secteur privé pour assurer l'avenir des vols spatiaux habités américains. Il faudra au moins quatre à cinq ans avant que SpaceX ou une autre compagnie privée ne soit capable de transporter des astronautes.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »