Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 04.06.2012 10h15
Moins de sommeil chez les jeunes Chinois, en raison d'un manque d'activités ludiques

Le temps moyen pour les activités de plein air pour les enfants de moins de 6 ans en Chine est d'environ de 52 minutes, pour seulement 25% d’une moyenne mondiale de 3 heures et 45 minutes.

Le sondage a également révélé que les parents chinois passaient moins de temps de qualité avec leurs enfants par rapport aux autres jeunes des autres pays. Au Canada, un enfant chaque jour reste avec au moins un de ses parents plus de 23 heures ( y compris le temps de sommeil), tandis que le chiffre en Chine n'est que de 12 heures (y compris le temps de sommeil), soit le temps le plus court des 14 pays sondés.

Environ 53% des enfants chinois sont élevés par les grands-parents et nounous au lieu des parents, selon l'enquête.

Interrogés sur les méthodes d'éducation de la petite enfance, plus de 70% des parents chinois ont déclaré avoir comme principale préoccupation, d’apprendre aux enfants à reconnaître les caractères chinois, réciter des poèmes et de parler l'anglais.

L'enquête a révélé que les parents chinois ont tendance à enseigner à leurs enfants à lire quand ils sont très jeunes. Les parents de Shanghai sont enclins à enseigner une langue étrangère à leurs enfants, surtout l'anglais, tandis que les parents à Beijing préfèrent faire réciter aux enfants des poèmes chinois des dynasties passées.

Presque tous les parents chinois ont déclaré qu'ils souhaitaient que leurs enfants puissent maîtriser un instrument de musique et 70% ont déclaré que le piano était leur premier choix.

De nombreuses familles chinoises ont sous-évalué l'importance de cultiver la conscience et l’intérêt pour la musique, la peinture et les compétences sociales, a déclaré Lan Hai, un psychologue pour enfants de l'Education Schwabing,basée à Beijing.

«Les parents doivent laisser les enfants être des enfants et profiter de leur enfance, sinon l'imagination et la créativité des enfants peuvent être étoufées dans l'œuf», a expliqué Lan.

Wan Qiqi, une fillette de 3 ans, parle chinois, anglais et français parce que sa famille souhaite qu’elle devienne une «citoyenne du monde", a confié la mère de Wan, Zhang Yunfeng, une femme au foyer de 34 ans.

"Je sais que les gens peuvent penser que mon mari et moi sommes trop dur avec notre enfant, quand nous lui demandons d'apprendre l'anglais et le français pendant plus de cinq heures par jour, mais il semble que Qiqi aime apprendre", a fait remarquer Zhang.

Wan a reconu que si elle n'avait pas à apprendre ces langues étrangères, elle passerait plus de temps à dormir, à jouer avec son chien et apprendre à dessiner.

Han Feng, un père de 35 ans d'un petit garçon de 2 ans, admet qu'il ressent une forte pression en tant que père. Han qui est aussi fils unique, estime qu’il n’est pas assez mature pour prendre soin de lui-même et encore moins d'un petit garçon.

"L'engagement de l'enfant est trop effrayant, alors j'ai fait le choix de le laisser avec mes parents qui sont plus expérimentés que moi", a déclaré Han.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?
Le protectionnisme est « myope »