Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 07.06.2012 08h27
Les parents chinois ne lésinent pas pour l'examen d'entrée à l'université
Photos : Des employés installent des couplets portant des sentences auspicieuses pour la réussite à l'examen d'entrée à l'université, dans un hôtel de Nanchong, Province du Sichuan, le 28 mai. Li Xiangyu / pour le China Daily

Les examens chinois d'entrée à l'université, connus sous le nom de Gaokao, débuteront ce jeudi, et les parents des futurs étudiants potentiels n'ont guère d'autres moyens que d'ouvrir leur portefeuille pour les aider.

A Beijing, dans le Jiangxi et le Fujian, les « nounous Gaokao » sont très demandées sur le marché de l'emploi.

« Ces nounous doivent avoir un diplôme d'études universitaires et être en mesure d'apporter leur soutien aux étudiants dans leurs matières faibles. Dans le même temps, elles doivent également laver les vêtements, préparer les repas et assurer les travaux ménagers », a déclaré un responsable de l'agence de services à domicile Kongquehe, qui a souhaité rester anonyme du fait règles de communication de l'entreprise. Les entreprises de services à domicile dénichent les « nounous Gaokao » dans les sociétés de services de soutien scolaire, essayant de les attirer avec un meilleur salaire.

« Le prix moyen est de 4 000 yuans (630 Dollars US) pour une période de travail de 10 jours », a déclaré le directeur, « mais en ce moment, vous aurez beaucoup de difficultés à en trouver - nos nounous sont toutes prises ».

A Beijing, les ‘nounous Gaokao' sont payées à la journée, 300 Yuans en moyenne, selon une société de services à domicile de Beijing du nom de Coleclub.
Outre les organismes de services à domicile, les agences immobilières et les hôtels convoitent aussi le marché du Gaokao.

A Tianjin, presque tous les logements situés à proximité des sites d'examen sont loués, et certaines, qu'on appelle les « chambres Zhuangyuan » -des chambres qui avaient été louées les années passées à quelqu'un qui a obtenu une note élevée au Gaokao- sont particulièrement recherchées.

Une location pour trois jours d'une « chambre Zhuangyuan » coûte de 300 à 800 Yuans de plus que d'une chambre ordinaire.

« Chaque année, le marché de la location immobilière s'échauffe avant le Gaokao. Une chambre confortable peut certainement aider les élèves à mieux se reposer lors de la pause entre les examens du matin et de l'après-midi, mais la chambre Zhuangyuan n'apporte rien de différent, sauf peut-être d'offrir un confort psychologique », dit Jin Guangze, enseignant au Lycée Expérimentale rattaché à l'Université Normale de Beijing, un célèbre établissement d'enseignement de Beijing.

Selon Shi Qingyun, médecin à l'hôpital Shijitan de Beijing, certains parents emmènent même leur fille candidate à l'hôpital pour y recevoir des injections d'hormones qui retardent ses règles jusqu'à la fin des examens.

« Beaucoup de parents viennent demander ce genre d'injections, mais je ne les recommanderais pas aux étudiantes, parce qu'elle a des effets secondaires, comme des maux d'estomac, des ballonnements et de la mauvaise humeur », a dit le Docteur Shi.

Yang Jiaxin, candidate, ne croit d'ailleurs guère non plus à ce genre d'arguments douteux. « Je ne crois pas à ce genre de trucs qui n'ont pas de sens comme la chambre Zhuangyuan ou les injections. Seules mes propres capacités pourront m'aider lors de l'examen ».


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous
Beijing et Manille peuvent trouver une solution à leurs différends
Relations France-Chine : le changement c'est (vraiment) maintenant ?