Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 08.06.2012 08h47
Une réponse de la Chine à l'histoire à succès d'Apple ?

Lei Jun, patron de Xiaomi Corp, veut suivre les traces de la légendaire marque américaine.

Y aura-t-il une société chinoise de téléphonie mobile capable de reproduire l’énorme succès d’Apple Inc ? La réponse de Lei Jun, président et PDG de Xiaomi Corp, pourrait bien être un grand «Oui».

Créée en avril 2010, la société Xiaomi, dont le siège est à Beijing, propose des smartphones de grande capacité à un prix inférieur à 2 000 Yuans (317 Dollars US), une stratégie de prix agressive qui met le prix de vente de l’engin presque au niveau du prix d'usine.Depuis ses débuts le 16 août l'année dernière, le Mi-One, la première génération de téléphones mobiles Xiaomi, proposée au prix de 1 999 Yuans, a suscité un grand intérêt en Chine.

Environ 300 000 appareils Xiaomi ont été pré-commandés dans les 34 premières heures après que Xiaomi ait lancé la réservation en ligne le 5 septembre 2011. L'entreprise a dû suspendre immédiatement la vente parce que les stocks ont été épuisés. Le 18 décembre, Xiaomi a repris la vente en ligne, mais son stock de 100 000 combinés a commencé à s’épuiser en seulement trois heures.

Dans un entretien exclusif accordé au China Daily, M. Lei a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'entreprise vende plus de 5 millions de combinés Xiaomi d'ici la fin de cette année. Les recettes de Xiaomi pourraient dépasser 10 milliards de Yuans cette année, a-t-il prédit.

L’objectif plus large de Xiaomi, a ajouté M. Lei, est de livrer plus de 100 millions de smartphones par an pour un modèle d'ici à 2016.

« Je sais que c’est (cet objectif) fou, mais nous aimerions essayer », a déclaré M. Lei. Apple, basé à Cupertino en Californie, a réussi à vendre plus de 90 millions d'appareils iPhone l'an dernier. Il est largement admis que Apple va réussir à dépasser la barre des 100 millions d'unités cette année, bien qu’il y ait à peine cinq ans que le premier iPhone a été lancé, en 2007.

De toute évidence, le patron de Xiaomi rêve d'un rythme de croissance similaire à celui d'Apple. « Si un produit électronique grand public accroche vraiment, alors il se diffusera à un rythme extrêmement rapide, au-delà même de ce que vous pourriez imaginer », a-t-il dit.

Suivre la tendance
Lei Jun, âgé de 43 ans, est un serial entrepreneur et un patron emblématique des industries du logiciel et de l'Internet en Chine. Il est devenu PDG de Kingsoft Corp, un très important développeur de logiciels chinois, à l'âge de 25 ans. En 1999, il a investi dans l’entreprise de commerce électronique Joyo.com, avant de revendre le site à Amazon en 2004 pour 75 millions de Dollars US.

Kingsoft est entré à la Bourse de Hong Kong en 2007 et M. Lei a pris sa retraite. Après avoir quitté Kingsoft, il s’est comporté en investisseur providentiel et fait des investissements dans un grand nombre de sociétés bien connues de l'Internet chinois, dont le détaillant de vêtements en ligne Vancl.com et UCweb, un fabricant de navigateurs Internet pour mobiles basé à Beijing.

Avec une fortune considérable accumulée à la suite de ses premières expériences, Lei Jun jouit d'une liberté financière et n'a pas besoin de travailler pour vivre. Cependant, loin de choisir de mener une vie relaxante, il s'est au contraire jeté dans l'industrie concurrentielle du disque dur pour smartphones.

« La création de Xiaomi a été la bonne chose au bon moment », a déclaré Lei.

Pendant sa retraite, M. Lei a sérieusement réfléchi. La chose la plus importante qu'il a apprise, c'est que si quelqu’un veut vraiment bien réussir, il doit toujours suivre la tendance, sinon, ses efforts seront vains.

« Quand j'étais chez Kingsoft, j'étais sous pression et je travaillais dur, mais les résultats n'étaient pas satisfaisants. Mais j'ai découvert certaines sociétés de l’Internet, comme Sina.com et Sohu.com, ont gagné des fortunes facilement et ont eu une grande influence sur la société », a rappelé Lei.

« Je me suis vraiment battu à ce moment-là », dit-il. Peu à peu, il en a conclu que faire la chose qu’il faut est beaucoup plus important que de faire la chose comme il faut. Il aime raconter une blague - un cochon peut voler s’il se trouve dans l'œil d'un cyclone. Il entend par là que les choses deviennent beaucoup plus faciles si l'on saute sur le train en marche des tendances actuelles.

Aujourd'hui, l'Internet mobile est la prochaine grande tendance, et Lei est déterminé à ne pas passer à côté.

Mary Meeker, ancien analyste chez Morgan Stanley, avait prédit dès 2009 que plus d'utilisateurs auraient accès à l'Internet via un appareil mobile que via un ordinateur portable dans les cinq ans à venir.

« Les smartphones, les lecteurs de livres électroniques, l'électronique connectée en voiture et les appareils électroménagers sans fil comme les consoles de jeu pourraient être vendus à plus de 10 milliards d'unités en 2020. Cela représente 10 fois plus d’appareils que d’ordinateurs de bureau », avait déclaré Mme Meeker dans un rapport publié en 2009. Elle prédit que la révolution de l'Internet mobile va générer une nouvelle culture de gagnants, où ne figurent pas les géants d'aujourd'hui.

Cela peut sans doute créer des opportunités pour Xiaomi. Lei Jun espère que sa société deviendra un jour une société de l'électronique figurant au classement Fortune 500, en concurrence avec des entreprises comme Apple et Samsung Electronics Co Ltd.

La Chine, pays qui compte la plus grande population mondiale d’utilisateurs de mobiles avec plus d’un milliard de personnes, est naturellement devenue la patrie des fabricants de classe mondiale de smartphones en raison de son immense marché.

La Chine a dépassé les États-Unis pour devenir le plus grand marché du monde en termes de volume de smartphones au troisième trimestre de l'année dernière, selon la société de recherches Strategy Analytics. « La Chine est désormais à la pointe mondiale de l'informatique mobile », a déclaré Neil Mawston, directeur exécutif chez Strategy Analytics.

Lei Jun a exprimé un optimisme semblable à propos du marché des smartphones chinois. Les volumes aujourd'hui sont certes élevés, mais la Chine a un potentiel encore plus grand, dit-il. « Je m'attends à ce que deux tiers de la population chinoise utilisent des smartphones d'ici 2013 », a-t-il déclaré.

« Cette fois, On peut suivre la tendance - la popularité initiale de Xiaomi l’a prouvé », a ajouté M. Lei.

Pourquoi Xiaomi ?
Le succès rapide de Xiaomi presque pris Lei Jun au dépourvu. L'offre limitée d’appareils Xiaomi conduit les médias à accuser l’entreprise se livrer à un « marketing de la faim ». C'est une pratique qui consiste à entretenir une fièvre pour un produit jusqu’à la faire devenir contagieuse.

Bien que tout soit encore sous contrôle et avance étape par étape, Lei Jun reconnaît que Xiaomi a progressé beaucoup plus vite qu'il ne s'y attendait. « Nous avions un plan de quatre ans mais nous l'avons achevé en deux ans », a-t-il dit.

Le succès des téléphones Xiaomi se fonde sur trois choses, a ajouté M. Lei. Tout d'abord, un tiers des idées de concepts des produits Xiaomi viennent des souhaits des utilisateurs. Deuxièmement, Xiaomi vend principalement ses téléphones par le biais de sites de vente en ligne, ce qui réduit les coûts et contribue à faire baisser le prix de vente. La troisième raison -peut être la plus importante- Xiaomi ne compte pas gagner de l’argent avec ses appareils, mais, selon M. Lei, la société espère faire des bénéfices en proposant des logiciels et des services connexes.

Xiaomi trouve ses nouvelles idées sur Internet, construit sa réputation par le biais du bouche-à-bouche et les appareils vendus par l’entremise de canaux de l’e-commerce.

Roger Sheng, un analyste chez Gartner Inc à Shanghai, pense que l'une des raisons les plus importantes du succès de Xiaomi est due à l'effet bouche-à-bouche promu par des millions de fans de Xiaomi.

« Il n'y a pas d'autre moyen d'acheter des téléphones Xiaomi que de passer par l'intermédiaire des canaux en ligne, ce qui a abouti à ce que de plus en plus de gens se sont précipités pour rejoindre la file parce qu'ils ont peur de ne pas en avoir un », a déclaré M. Sheng.

Les clients-cibles de Xiaomi sont les mordus du mobile. La plupart d'entre eux sont des fans complets des mobiles, ont tendance à être des leaders d'opinion et à conseiller à leurs amis les appareils qu’il faut acheter.

Il est vrai que Xiaomi fait attention à entretenir des liens étroits avec ses clients. En plus de la vente de smartphones, la société a lancé un personnage de dessin animé, le lapin Mi-Tou, a fait des mini-films promotionnels et conçus des souvenirs spéciaux, comme des T-shirts, pour attirer et retenir les utilisateurs.

Lei Jun a baptisé le 6 avril, le jour où Xiaomi a été créée, comme la fête annuelle des fans de Xiaomi. Lors de la première manifestation de cette année, des centaines de fans, invités d’un peu partout dans le pays, se sont rassemblés dans une petite salle du complexe d'art 798 à Beijing, et ont bavardé comme s’ils étaient de vieux amis venus à une réunion.

Certains fans ont fait des vidéos de musique spéciales et des add-ons pour les smartphones Xiaomi. D'autres ont dit avoir collectionné presque tous les modèles de téléphones mobiles de différentes couleurs produites par Xiaomi. « Xiaomi est la seule marque de smartphone qui a vraiment mon cœur », a ainsi déclaré Liu Cheng, un utilisateur de Xiaomi.

Le modèle classique à 1 999 Yuans, avec sa version à 1 499 Yuan pour les jeunes, a dans un premier temps surpris le marché, selon Ji Chengdong, analyste chez la société de recherche Frost & Sullivan. « Xiaomi est devenue la première société à vendre des smartphones haut de gamme à un prix relativement abordable, ce qui lui a définitivement valu l’attention d’une grande partie du marché ».

Shen Sui, analyste Internet au cabinet de conseil iResearch, a déclaré que « Xiaomi a pour l’essentiel imité la stratégie marketing d'Apple ». De même, l’objectif de l’entreprise est de faire des bénéfices en combinant les ventes de matériel avec ses logiciels, tels que Miliao.

« Le téléphone est clairement destiné aux personnes à faibles revenus qui veulent un smartphone, mais qui n’ont pas les moyens d’acheter ceux qui ont un prix de 4 000 Yuans ou plus. Il s'agit là d'un marché de niche qui est largement ignoré dans le secteur des smartphones », a dit M. Shen.

Vers la mondialisation
Xiaomi va commencer à vendre des smartphones sur les marchés étrangers dans la seconde moitié de cette année, a déclaré Lei Jun. Plutôt que d’investir les économies développées, comme les États-Unis ou l’Europe, Xiaomi va recourir à une stratégie plus pratique - la pénétration des marchés émergents.

Il faudra encore du temps pour que les clients des économies développées de reconnaissent et acceptent une marque chinoise, a souligné M. Lei.

Des pays comme la Russie, l'Inde et le Brésil pourraient devenir les premières destinations de marché pour Xiaomi. « Parce que Xiaomi est un fournisseur de téléphone mobile unique qui a largement bâti sa réputation grâce à l'Internet, nous avons besoin de choisir les marchés possédant un bon environnement de commerce électronique et un réseau social bien établi », a ajouté M. Lei.

« De même, Xiaomi constituera un groupe de fans dans tous les pays dans lesquels nous avons l'intention d’être présents », a-t-il dit.
Le MIUI, le système d'exploitation mobile de Xiaomi, basé sur Android, a déjà attiré des millions d'adeptes dans 23 pays, jetant les bases d'une mondialisation de Xiaomi.

C.K. Lu, analyste émérite en recherche sur les appareils mobiles chez Gartner Inc, pense que Xiaomi a la possibilité de pénétrer les marchés, en particulier en Asie, où les utilisateurs ont tendance à être plus attentifs aux prix. « Mais le manque de brevets peut être un problème pour elle (Xiaomi) lors de sa sortie de son marché domestique », a écrit M. Lu dans un e-mail.

Les enjeux culturels, son expérience limitée en matière d’activités internationales et la pénurie de talents sont susceptibles d'être des obstacles majeurs à l'obtention du résultat désiré, selon Duncan Clark, Président de la société de conseil en investissements BDA China.

Xiaomi a collecté quelque 90 millions de Dollars US lors de sa dernière campagne de financement le 20 octobre dernier. Parmi les investisseurs, Temasek Holdings, International Data Group et Qualcomm Inc. Au total, Xiaomi a collecté un total de 131 millions de Dollars US.

Selon M. Lei, Xiaomi ne devrait pas entrer en bourse dans les cinq prochaines années. "Si nous procédions à une entrée en bourse, cela pourrait nous perturber dans la proposition de bons produits», a-t-il dit.

M. Lei a ajouté qu'il n'a reçu aucune rémunération de la société, même si il en est le PDG.

« J'espère juste que Xiaomi exaucera mes rêves et deviendra une entreprise de classe mondiale. Travailler pour Xiaomi sera le dernier emploi de ma vie ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Pour échapper au piège du Dollar
Les Etats-Unis cherchent un nouveau prétexte pour fomenter des troubles
La retenue de la Chine est claire aux yeux de tous