Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 15.06.2012 10h53
Le programme spatial pour les mères

Les astronautes chinois sont souvent affectueusement appelés «êtres surhumains», parce qu'ils doivent satisfaire à des normes qui peut sembler, au yeux des mortels, hors de ce monde.

En raison des conditions de vie à l’étroit dans l'espace, ils ne peuvent pas avoir de forte odeur corporelle ou une mauvaise haleine. Ceux qui souffrent de maux de gorge ou le nez qui coule resteront à terre. Les astronautes ne peuvent avoir ni teignes, ni cavités ou cicatrices.

Les deux premières astronautes féminines de réserve, dont l'une est susceptible d'aller dans l'espace à bord de Shenzhou IX et de devenir la la première astronaute chinoise de l’histoire, doivent répondre aux mêmes critères que les hommes, a déclaré un expert médical à partir du tableau de sélection des astronautes.

Mais les femmes astronautes doivent répondre à des conditions supplémentaires qui ne sont pas applicables dans d'autres pays. Elles doivent être mariées et de préférence être déjà mères. C'est parce qu'il une crainte qu’au cours des vols spatiaux, l'exposition potentielle aux rayonnements, pourrait nuire à leur fertilité.

"Nous devons agir avec prudence pour protéger les astronautes, bien qu'il n'y ait aucune preuve de préjudice," a expliqué Xu Xianrong, directeur de l’Armée populaire de libération de l’hôpital du Centre aérospatial à Beijing et membre membre du jury de sélection.

Les deux femmes de réserve ont été sélectionnées selon les normes établies pour les astronautes en réalité de pilotage d'un engin spatial.

Ces normes sont plus strictes que celles d'un spécialiste de mission, un travail qui exige moins de force et est souvent attribués aux femmes, a précisé Xu.

Le niveau de condition physique doit dépasser, celui fixé pour les pilotes de chasse. Par exemple, a fait remarquer Xu, les astronautes ne peuvent pas avoir une arythmie, un rythme cardiaque irrégulier, qui peut facilement être déclenchée dans l'espace. Les pilotes de chasse peuvent voler avec une arythmie.

Trop de calcium peut aussi être un problème, la gravité zéro dans l'espace signifiant que les astronautes peuvent perdre des quantités excessives et souffrir de colmatage dans les vaisseaux sanguins.

Les épaisses combinaisons spatiales peuvent aggraver les maladies de la peau. En plus de cela, leurs familles doivent avoir avoir un suivi médical concernant les maladies contagieuses, telles que l'hépatite.

Les dossiers de santé dans différentes régions du pays seront également pris en compte, a-t-il dit.

Par exemple, les personnes du Sud de la Chine dans la province du Guangdong et du Guangxi Zhuang la région autonome sont plus susceptibles de développer un cancer du nasopharynx, alors que des personnes dans un comté du centre de la Chine, dans la province du Henan ont un taux élevé de cancer de l'œsophage.

Mais Xu, qui participe au processus de sélection depuis les années 1990, estime que le surnom les «êtres surhumains" étaient vrai, pour le premier groupe de quatorze astronautes masculins de réserve, sélectionnés entre 1995 et 1997. Ce fut une période où le jury de sélection avait peu d'expérience et peu de références par rapport à tous les problèmes potentiels.

Mais maintenant que la Chine a envoyé six astronautes dans l'espace, les critères de sélection du deuxième groupe de deux femmes et cinq hommes astronautes de réserve en 2010, ont été assouplies, at-il dit.

Ce deuxième groupe n'a pas à répondre aux exigences sur l’endurance G, comme le font les pilotes de chasse. Ce test mesure la capacité du corps à résister aux forces gravitationnelles extrêmes.

Les critères pour la lutte contre l'hypoxie, le manque d'oxygène, n'est pas aussi stricte que pour les pilotes de chasse.

"Je préfère ne pas utiliser «être surhumain» pour décrire nos astronautes, parce que cela pourrait effrayer les candidats potentiels, "a-t-il reconnu.

Comme la Chine a prévu de construire une station spatiale d'ici 2020, il y aura un besoin de plus astronautes.

De nouveaux critères de sélection sont en cours d'élaboration, a annoncé Xu.

Les Etats-Unis ont montré qu'il est possible pour des personnes âgées d’une cinquantaine d’années d’aller dans l'espace et certains astronautes ont même subi une grave intervention chirurgicale, a-t-il dit.

Avec l'assouplissement des normes, le programme spatial habité sera un objectif réaliste qui motivera la nouvelle génération, at-il conclu.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
La Syrie, un nouveau coup de menton de l'Occident
Un plan d'action enthousiasmant
Les relations sino-iraniennes