Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 20.06.2012 15h40
Le ciel n'a pas de limite pour les jeunes ingénieurs

La génération née dans les années quatre-vingt joue un rôle important dans l'industrie spatiale nationale

Vêtu de son maillot rouge n°24 préféré, avec un ballon de basket dans les mains, difficile de croire que Li Wen âgé de 28 ans, est un ingénieur du vaisseau spatial Shenzhou IX au Centre de lancement de Jiuquan.

Plutôt que d'être appelé un ingénieur spatial, le jeune homme de la région autonome de Mongolie intérieure préfère qu'on l'appelle «le Kobe de la ville aérospatiale ".

Le joueur vedette des Lakers de Los Angeles, Kobe Bryant est son joueur de basket-ball préféré.

Li est l'un des milliers de ces jeunes ingénieurs spatiaux qui se sont consacrés à l'industrie aérospatiale du pays et qui ont assisté samedi à la réussite du lancement de Shenzhou IX.

Les Ingénieurs spatiaux chinois ont environ 15 ans de moins que la moyenne d'âge des ingénieurs spatiaux dans d'autres pays, a indiqué la China Central Television (CCTV).

Les jeunes ingénieurs occupés lundi à fixer le grand écran, lors du premier amarrage manuel du pays dans le cadre des vols spatiaux habités, étaient en liesse, depuis le Centre de contrôle aérospatial de Beijing. Ce qui montre que la génération de Chinois nés dans les années 1980 joue un rôle important dans l'industrie aérospatiale.

Liu Ning, 32 ans, directeur-designer de l'Académie chinoise de technologie spatiale (CAST), qui est le chef du département de la technologie du laboratoire du module Tiangong-1, a connu à travers une simulation presque toutes les situations et activités que les astronautes pourraient effectuer et vivre dans le module au cours d'une mission spatiale.

Liu a même connu un environnement en apesanteur simulé, en étant pendu par les pieds à une grue pour vérifier si les astronautes seraient en mesure d'ouvrir une porte dans un environnement en apesanteur.

Liu a servi de partenaire d'entraînement aux trois astronautes du vaisseau Shenzhou IX en octobre dernier, afin de les familiariser avec tous les boutons et différentes fonctions dans le module Tiangong-1.

Lorsque le module Tiangong-1 a été lancé, Liu a ressenti un sentiment de perte.

Contrairement à Liu, 34 ans, Lu Xinguang, directeur-concepteur de la Beijing Aerospace Automatic Control Institute, s'est senti soulagé après chaque lancement réussi. Il a déjà participé au lancement de Shenzhou V, Shenzhou VI, Shenzhou VII, Shenzhou VIII, Shenzhou IX et du module Tiangong-1.

Lu a confié à CCTV qu'il se sentait vraiment heureux de voir le vaisseau spatial voler dans le ciel.

Le développement en plein essor et un sentiment de fierté d'être un ingénieur spatial a attiré l'attention des jeunes.

Shang Teng, 25 ans, un nouveau chercheur à la Beijing Aerospace Automatic Control Institute, a expliqué à CCTV qu'il était très excité d'avoir l'occasion d'apprendre de ces jeunes ingénieurs.

"Tout le monde ici aime ce qu'il ou elle fait. C'est le bon endroit pour moi," a noté Shang.

En matière de développement spatial chinois, la génération des années 1980 d'ingénieurs et de scientifiques jouent un rôle important.

Mou Yu, 30 ans, vice-directeur concepteur de l'Académie chinoise de technologie des véhicules de lancement, a déclaré qu'il était temps pour la génération des années 1980 de contribuer au développement social. Mou est confiant pour se lancer dans n'importe quel défi.

«Les jeunes ingénieurs de l'espace et les scientifiques sont l'espoir pour le développement de la science aérospatiale et de la technologie chinoise», a déclaré Yang Hong, directeur-concepteur de la China Aerospace Science and Technology Corporation.

Samedi, la Chine a lancé avec succès Shenzhou IX et lundi le premier amarrage du pays pour les vols spatiaux habités a été achevée, en permettant à la Chine de faire un pas de plus vers la mise en place de sa propre station spatiale d'ici 2020.

Jia Lide et son épouse, Li Ting, sont de jeunes ingénieurs qui travaillent sur le lancement du vaisseau spatial Shenzhou IX au Centre de lancement de Jiuquan, dans la province du Gansu au nord-ouest de la Chine. Le couple ne peut pas passer beaucoup de temps avec leur petite fille, âgée de 3 ans. Wang Jianmin / Xinhua


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Comment la Grande-Bretagne a créé la « question tibétaine »
Les partis pris contre la Chine persistent
Le sommet du G20 va être confronté à de lourdes tâches