Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 01.07.2012 08h20
Des chercheurs d'une université belge décodent les odeurs de la mort

L'odeur de la mort est un mélange complexe d'un très grand nombre de composés chimiques volatiles qui évoluent au cours du processus de décomposition des cadavres. L'Université de Liège (Belgique) a annoncé jeudi une importante avancée scientifique réalisée par ses chercheurs dans le décodage précis des odeurs de la mort, pour faciliter la détection de cadavres lors de catastrophes naturelles ou d'enquêtes criminelles.

Avec le soutien de l'unité d'identification des victimes - Disaster Identification Team - de la Police fédérale belge, les chercheurs ont mis au point une nouvelle méthode d'analyse extrêmement complexe et innovante des composés chimiques volatiles des odeurs cadavériques. Alors que la technique traditionnelle permettait de définir une petite centaine de molécules de cadavres en décomposition, la nouvelle technique permet d'en identifier un total de 830 composés spécifiques.

Cette avancée scientifique devrait permettre de faciliter le travail de détection de cadavres effectué lors de catastrophes naturelles ou lors de recherche de tombes clandestines ou de dissimulation de corps. Les appareils permettant ces détections olfactives n'existent pas encore à ce jour, mais le travail des chercheurs profitera à l'invention de tels outils.

Par ailleurs, cette avancée permettra aussi de mieux entraîner les chiens pisteurs ainsi que d'inventer de nouveaux détecteurs biologiques pour la recherche de corps, tels que les insectes, par exemple.

La publication de ces résultats marque l'aboutissement de cinq années de recherche pour Jessica Dekeirsschieter, doctorante à l'Université de Liège. Intéressée par l'entomologie médico-légale, la jeune bio-ingénieure a entamé en 2007 un doctorat avec, pour objectif initial, de comprendre la communication des insectes au sein de l'écosystème-cadavre. C'est par ce biais qu'elle s'est intéressée aux odeurs et a étendu ses recherches grâce à une collaboration avec le professeur Jean-François Focant, du Département de chimie de l'Université de Liège.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) rédacteur (trice) chinois(e)
Proposition pour une Autorité Fiscale Européenne (AFE), un Fonds de Réduction de la Dette et des Bons du Trésor Européens
Réticences de l'Allemagne quant à un accord sur la menace de la stabilité européenne
Élections législatives françaises : pour la gauche victorieuse, le plus dur reste à faire