Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 02.08.2012 17h20
Les plus grandes écoles ont des projets en Chine

Deux prestigieuses écoles internationales, la Harrow School à Londres et la Juilliard School à New York, auront aussi un campus en Chine.

Harrow va ouvrir sa quatrième école internationale dans le sud-ouest de la ville de Chengdu, alors que Juilliard a décidé d'ouvrir sa branche musique et arts dans le nord, dans la ville côtière de Tianjin.

"Harrow a signé un plan stratégique le 26 juillet avec son partenaire local Sichuan Zhongde Century Real Estate Co, afin d'ouvrir une franchise internationale à Chengdu", a déclaré Huang Xingguo, directeur de la division des échanges internationaux du bureau de l'éducation de Chengdu.

Selon ce plan, l'école accueillera des élèves de la maternelle au lycée.

Huang souligne que pour le processus d'admission, les futurs étudiants devront passer un examen, puis les élèves et parents seront interrogés sur les traditions de Harrow.

Les enseignants seront recrutés à l'échelle mondiale.

Edward Lee, directeur du développement des affaires à Harrow International Management Education, a confirmé à China Daily via un courriel, que les opérations pour la mise en place d'une école internationale à Chengdu commenceront à l'automne 2014.

"Nous avons comparé Chengdu à d'autre villes, comme Shanghai et Singapour et sommes arrivés à la conclusion que Chengdu offre les perspectives les plus prometteuses», a confié M. Lee.

Chengdu dispose de trois écoles internationales, dont les frais de scolarité sont d'environ 100.000 yuans (15 700 $) par an. Huang a précisé que les frais de scolarité de Harrow ne seront pas moins chers.

Pour Huang, Chengdu est l'endroit idéal pour ouvrir une école internationale, car dans cette ville de nombreux résidents ont un revenu élevé.

Harrow a déjà trois écoles internationales, dont deux sont en Chine avec des campus à Beijing et à Hong Kong.

Harrow School, établie en 1572, est un pensionnat de garçons réputé à Londres. Cet établissement a produit de nombreux anciens notables, y compris les sept anciens premiers ministres britanniques tels que Winston Churchill, des géants littéraires, comme lord Byron et a formé des membres de diverses familles royales à travers le monde.

Contrairement à la première école de Londres, qui s'adresse exclusivement aux pensionnaires masculins, les écoles internationales de Harrow sont mixtes.

Juilliard est une autre école d'élite internationale visant la Chine.

Juilliard, fondée en 1905, est considérée comme l'une des meilleure écoles de musique, de danse et d'art dramatique dans le monde et a produit d'innombrables musiciens et interprètes de classe mondiale.

Juilliard a récemment annoncé avoir signé un accord le 26 juin avec des partenaires locaux pour créer un institut d'éducation géré par Juilliard à Tianjin.

«L'institut sera le seul site dans la région où les futurs étudiants pourront passer une audition pour l'admission à l'école Juilliard de New York," a indiqué le communiqué.

L'institut offrira des programmes de musique non-accrédités aux élèves de 8 à 18 ans et les programmes qui seront offerts sont encore en discussion.

William Vanbergen, fondateur de BE Education, une société de conseil basée à Shanghai, aidant les étudiants à préparer des études à l'étranger, a expliqué à China Daily, qu'il y avait une tendance actuellement pour les écoles internationales d'ouvrir des franchises au niveau local.

Rupert Hoogewerf, fondateur de l'Institut de recherche Hurun, pense également que les franchises apporteront plus d'opportunités pour les étudiants locaux.

Webb School en Californie, un lycée supérieur privé aux Etats-Unis, a également le projet d'une franchise en Chine, selon Leo Marshall, le directeur des admissions et de l'aide financière.

Toutefois, certaines grandes écoles internationales se méfient de ces franchises. Eton College au Royaume-Uni, que les princes William et Harry ont fréquenté, n'a pas l'attention d'ouvrir une branche internationale, d'après son proviseur Tony Little.

"Notre philosophie est d'apporter l'éducation britannique à nos garçons et non pas un caractère international. Nos facteurs de gestion comprennent les garçons et les internats, ce qui ne peut guère s'appliquer à une franchise internationale», a déclaré Mr Little, ajoutant qu'Eton ne serait plus la même si elle a perdait ses caractéristiques.

Wang Xuming, directeur de la presse des langues et cultures, ancien porte-parole du ministère de l'Education, estime que cette tendance représente un défi pour les écoles locales.

«Le lancement de nombreuses écoles internationales est un élément déclencheur pour pousser les écoles locales à améliorer la qualité de l'éducation," a reconnu Wang.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 1er août
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam