Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>Sci-EduMise à jour 14.08.2012 14h38
Deux « nouvelles pyramides » découvertes grâce à Google Earth
Le premier site comporte un plateau triangulaire (photos : Angela Micol, Google Earth)

Ces sites potentiellement importants, distants l'un de l'autre de quelque 150 kilomètres, constitués de monticules d'une forme inhabituelle, selon Angela Micol, chercheuse en archéologie.

Mme Micol a passé les dix dernières années à chercher des sites anciens depuis l'espace en utilisant Google Earth.

La première zone se trouve en Haute Egypte, à quelque 20 kilomètres de la ville d'Abou Sidhoum, le long du Nil.

Elle comporte un plateau triangulaire de près de 200 mètres, soit près de trois fois la taille de la Grande Pyramide.

« Après un examen rapproché de cette formation, ce monticule semble avoir un toit très plat et une forme triangulaire étonnamment symétrique qui a été fortement érodée avec le temps », a t-elle dit. Il y a également quatre autres monticules à proximité, deux de 75 mètres de large environ, et deux de 30 mètres de large.

Le second site est situé à quelque 150 kilomètres au Nord de l'Oasis du Fayoum et à 2,5 kilomètres au Sud-Est de l'ancienne ville de Dimai, et compte une forme à quatre côtés de 42 mètres environ.

« Elle possède un centre carré distinct, ce qui est très inhabituel pour un monticule de cette taille, et elle semble presque pyramidale vue de dessus », a précisé Mme Micol, de Maiden en Caroline du Nord.

Le site compte aussi trois autres monticules plus petits, « similaires à l'alignement en diagonale des pyramides du Plateau de Gizeh », a t-elle ajouté.

« La couleur de ces monticules est sombre et similaire aux matériaux utilisés pour les murs de Dimai, qui sont faits de briques de terre crue et de pierre ».

Les archéologues sont en train d'examiner les images et se rendront sur les sites pour y poursuivre l'exploration.

« Les images parlent d'elles-même. Ce que les sites semblent contenir est très clair, mais des recherches sur le terrain doivent être faites pour vérifier que ce sont bien des pyramides », a ajouté Mme Micol, qui a déjà découvert ce qui pourrait bien être une ville sous-marine au large de la Péninsule du Yucatan, au Mexique.

En mai de l'année dernière, 17 pyramides perdues ont été identifiées par une surveillance par satellite du pays menée par une égyptologue américaine de l'Université de l'Alabama, le Dr Sarah Parcak.

Les Egyptiens de l'Antiquité construisaient leurs bâtiments à l'aide de briques de terre crue, qui est beaucoup plus dense que le sol qui l'environne, soulignant les contours des maisons, des temples et des tombes.

[1] [2]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 13 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...