Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Sports
Mise à jour 19.02.2009 10h50
Le Bosman chinois? Pas exactement

Zhou Haibin, stratège de l'Equipe nationale chinoise et du club de football Shandong Luneng, a rejoint le club PSV Eindhoven, le plus redoutable de la ligue de football des Pays-Bas Eredivisie, après l'expiration de son contrat avec le Shandong à la fin de la dernière saison de la Super League chinoise.

Etant donné que le règlement Bosman autorise les joueurs du football professionnel d'être transférés librement vers un autre club à la fin de la durée de leur contrat avec leur équipe actuelle, les transferts des joueurs sont devenus très fréquents. Toutefois, les choses sont différentes en Chine.

Selon les règlements de l'Association chinoise de football, les joueurs ne sont pas autorisés à effectuer un transfert dans les 30 mois après l'expiration de leur contrat actuel, ce qui devait être la garantie pour les clubs chinois que leurs joueurs ne quittent pas le club après l'expiration de leur contrat.

Apparemment, le règlement de la CFA est en contradiction avec la célèbre règle Bosman. (En fait, ce règlement est même contraire à la nouvelle loi sur le contrat de travail en Chine.) Toutefois, en tant que membres de la FIFA, les clubs chinois doivent se conformer à la réglementation de la FIFA lorsqu'ils font des affaires avec les clubs étrangers. Dans le cas de Zhou Haibin, la règle Bosman s'applique. C'est pourquoi les supporters ont surnommé Zhou "le Bosman chinois".

Un véritable Bosman? Pas tout à fait

On a annoncé que Zhou Haibin a signé un accord secret avec le Shandong, dans lequel il accepterait de fournir une compensation économique à son ancien club, une situation qui est absurde, mais pas inhabituelle en Chine, où les joueurs sont considérés comme des « biens nationaux".

C'est injuste d'appeler Zhou Haibin traître. En tant que joueur qui n'a pas de contrat, il a parfaitement le droit d'agir comme il l'a fait. On a entendu que de nombreux clubs chinois se sont empressés de renouveler les contrats avec leurs joueurs pour éviter qu'ils ne suivent l'exemple de Zhou Haibin.

En attendant, il faut être clair : le football chinois a ses propres procédures internes qui sont à blâmer, et pas autre chose. Dans le contexte de la mondialisation, les clubs de la CFA et les clubs chinois ont un long chemin à parcourir pour correspondre aux normes internationales. La première chose qu'ils doivent faire, c'est de modifier et de rendre plus clair leur règlement. Le CFA se prépare à introduire des mécanismes de transfert de la FIFA en Chine - un grand pas en avant vers un véritable "football professionnel", si ces mesures vont être appliquées.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Entraînement des patineurs pour l'Universiade d'Hiver 2009 à Harbin
 Tournoi WTA de Dubaï : résultats du second tour
 Base-ball : Rodriguez détaille aux médias sa consommation de stéroïdes
 Préparatifs du match Werder Brême - AC Milan
 Hiddink a des ambitions pour Chelsea
 Les belles hôtesses de l'universiade d'hiver de Harbin (4)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.