100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 07.12.2009 14h43
Liga espagnole : Messi marque par deux fois, Ronaldo est expulsé

Leo Messi a fait honneur à sa désignation de meilleur joueur du monde en marquant deux des trois buts de la victoire du Barça sur le Deportivo La Corogne par 3-1 samedi soir en Liga espagnole.

L'Argentin de 22 ans, qui a reçu le Ballon d'Or France Football la semaine dernière a ouvert le score pour le Barça au Stade Riazor.

Ce match avait été annoncé comme un défi à la domination du Barça sur la Primera Liga, contre un Deportivo actuellement classé cinquième.

Et d'ailleurs le Deportivo n'a pas manqué de faire preuve de sa combativité, son attaquant Adrian égalisant avant la pause.

La seconde mi-temps a vu le Barça prendre le contrôle de la partie dans une soirée venteuse, mais il fallut pour cela attendre une reprise victorieuse de Messi sur un centre de Pedro Rodriguez, qui avait remplacé Thierry Henry.

Ce fut ensuite au tour de Zlatan Ibrahimovich d'aggraver le score deux minutes avant le coup de sifflet final, offrant à Barcelone une victoire précieuse.

Plus tôt dans la journée, le Real Madrid, mené sur sa pelouse par Almeria 2-1 avait dû batailler avant de finalement remporter la victoire par 4-2.

Tout semblait pourtant aller bien après l'ouverture du score par Sergio Ramos en début de première mi-temps, avant que le Real ne reçoive une douche froide en seconde période, Soriano et Kala Uche renversant le score à l'avantage d'Almeria en l'espace de quatre minutes (58e et 62e).

Fort heureusement pour le Real, le toujours fidèle Gonzalo Higuain remettait les deux équipes à égalité un quart d'heure avant la fin avant que l'arbitre n'accorde un pénalty généreux pour une faute supposée sur Ronaldo.

Le joueur portugais a tenté de faire justice lui-même mais a manqué son tir. Dans sa rage d'avoir manqué cette occasion, il ne s'est sur le moment même pas rendu compte que Karim Benzema avait repris victorieusement le ballon repoussé.

Mais après avoir ajouté un quatrième but en faveur du Real, il a été expulsé sur une faute totalement inutile sur Juanma Ortiz, ce qui aura pour conséquence qu'il sera absent lors du prochain déplacement périlleux du Real à Valence la semaine prochaine.

Dans le même temps, les espoirs de Séville de revenir dans la course au titre ont été réduits après un match nul à domicile 1-1 contre Valladolid.

Lors de la journée précédente, Séville avait déjà fait match nul contre Malaga, et ce résultat de samedi veut dire que, en l'espace de sept jours seulement, elle a laissé échapper quatre points sur sa pelouse du Stade Sanchez Pizjuan.

L'ancien attaquant de Manchester United et Hull City Manucho avait même ouvert le score pour les visiteurs à la 32e minute, avant que l'international brésilien Luis Fabiano ne remette les pendules à l'heure une minute après la reprise.

De son côté l'Atletico Madrid a poursuivi son redressement en remportant une victoire à l'extérieur sur la lanterne rouge Xerez par 2-0.

L'Atletico se déplaçait dans le Sud fort d'un 4-0 à domicile contre l'Espanyol et n'a guère rencontré de problèmes pour vaincre un adversaire qui apparait comme déjà très probablement relégable.

Des buts signés Diego Forlan et Kun Aguero ont donné à l'Atletico sa troisième victoire de la saison, et la deuxième depuis l'arrivée du nouvel entraîneur Quique Sanchez Flores.

Xerez demeure lanterne rouge avec seulement sept points acquis et quatre buts marqués depuis le début de la saison.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine: la mise en oeuvre du plan d'action sur les droits de l'homme progresse
Deux touristes chinois tués dans la collision de deux bateaux en Thaïlande
Chine : il est indispensable que le travail soit vraiment rémunéré
Croissance à contre-courant des investissements chinois à l'étranger
La crise financière de Dubaï produit des effets limités sur la Chine
La crise de la dette de Dubaï : qui court le plus grand risque ?
Les taxes commerciales imposées du fait des surcapacités de production chinoises ne sont qu'une « excuse »