100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 20.01.2010 09h44
CAN 2010 : la presse malienne entre amertume et ironie après l' élimination du Mali

La presse malienne est très amère au lendemain d'élimination précoce dès le premier tour de la Coupe d'Afrique des nations (CAN 2010) en Angola. «Malgré leur large victoire sur le Malawi (3-1) à Cabinda, les Aigles du Mali disent adieu à la 27e phase finale de la CAN 2010. Si les Angolais et les Algériens ont faussé le jeu en se ménageant, les nôtres ne peuvent que s'en prendre qu'à eux-mêmes pour s'être inclinés face aux Fennecs (alégiens)», écrit le quotidien Les Echos.

«Can 2010 : fin de course des Aigles : 3 milliards de Cfa jetés par la fenêtre», déplore l'hebdomadaire Le Guido. «Sans serres, sans bec, sans conviction et insoucieuse des efforts consentis par le peuple, donc sans âme, l'Equipe nationale du Mali a participé médiocrement à la CAN 2010 en Angola. L'humiliation qui a sanctionné sa participation jaillit sur tous les dignes fils du Mali», commente le journal. Le Guido dénonce les maux de l' équipe : «un encadrement technique limité, irresponsable et hésitant ; un sélectionneur national et un staff amorphes sur tous les plans ; une fédération de football qui n'est pas encore à la hauteur des attentes suscitées.. A première vue, tous les ingrédients étaient réunis pour ces piètres prestations de notre équipe nationale en Angola. Les joueurs qui ont participé à la CAN ont été sélectionnés par affinité et intérêt et non par mérite et valeur intrinsèque. Comment comprendre la sélection des joueurs malades, convalescents au détriment des joueurs en plein forme ?»

Le chroniqueur du quotidien Le Républicain fait dans la dérision. Pour son chroniqueur, le Mali a été éliminé parce que « l' arbitre ne nous aimait pas». «Et sans me mêler de ce qui ne me regarde pas, j'aimerais savoir quand est-ce que nos héros reviennent, car j'imagine que le pays entier se déplacera à l' aéroport pour les célébrer avant de les installer dans les villas qui leur seront offertes pour leur brillant parcours. Parce que si l'arbitre n'avait pas triché.. ». Pour Le Républicain, «cette élimination prématurée des Aigles soulèvera sans nul doute des vagues de mécontentement dans les milieux sportifs maliens. Dans ce contexte, il est fort à craindre que les vieux démons ne se réveillent pour assombrir, une fois de plus, notre sport-roi».

Le Républicain estime que des états généraux s'imposent aujourd'hui pour repartir sur de nouvelles bases. «Malgré la pléiade de professionnels dont nous disposons, l'on comprend mal pourquoi notre équipe nationale n'arrive pas à s'imposer sur l' échiquier continental. A notre avis, il est temps de faire un diagnostic sans complaisance de notre football, d'en tirer les leçons pour nous projeter vers l'avenir», écrit ce quotidien.

Pour Les Echos, «Le Mali revient donc à la case départ avec l' espoir d'un nouveau départ avec un sélectionneur plus expérimenté et qui aura surtout l'audace de se défaire des cadres vieillissants pour insuffler un vrai sang neuf à notre sélection nationale qui ne manque pas de jeunes talents».

CAN 2010

Source: xinhua

Commentaire
l equipe malien est une equipe forte , mais le foot nest pas une science exacte ,par exemp...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine appelle à renforcer le dialogue sur le dossier nucléaire iranien
La Chine défend ses droits légitimes en mer de Chine orientale
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?
Moins de taxes et une croissance plus forte
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »