100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 26.01.2010 09h12
CAN 2010 : Côte d'Ivoire, la grande désillusion (presse)

La presse ivoirienne exprimait lundi sa grande désillusion suite à l'élimination en quart de finale dimanche soir à Cabinda (Angola) de l'équipe nationale ivoirienne de football « les Eléphants » battus par l' Algérie (3-2) après prolongation.

« Eléphants, la désillusion », affiche L'inter quand Super Sport s'exclame « Eléphants, quelle déception ! ».

« Meilleure équipe d'Afrique, plus gros potentiel offensif, constellation de talents, plusieurs qualificatifs ont accompagné les Eléphants à la CAN, mais cette génération dorée a servi une belle désillusion aux Ivoiriens », écrit L'inter.

Même analyse de Fraternité Matin qui titre « la fin des illusions », tout en estimant que c'est « la marche à reculons ».

Finaliste en 2006 en Egypte, demi-finaliste en 2008 au Ghana, la Côte d'Ivoire avec ses « super stars » et grand favori de la compétition n'a pas fait mieux en Angola.

Pour Le Patriote, dimanche, « l'Algérie a ramené les Ivoiriens sur terre en leur démontrant que le football, c'est du talent mais surtout de la détermination ».

« Les Eléphants ont tourné en rond sur la pelouse, sans fond de jeu, ils ont noyé leurs individualités dans un jeu un peu trop lourd », tente d'expliquer de son côté Fraternité Matin.

Le Patriote dénonce « un football insipide dépourvu de tout mouvement, une attaque handicapée par un Didier Drogba dans une petite forme, un milieu à l'arrêt et sans imagination à l'image de Yaya (Touré) et Maestro (Zokora Didier), visiblement pas dans le coup ».

« Qui a dit que cette génération n'est pas maudite ? Il faut tout simplement regarder son parcours pour se faire une opinion. Inutile d'expliquer autre chose. Le bilan est là. Il faut tirer les leçons », conclut le journal.

« Les Eléphants ont trahi », affirme Le Nouveau Réveil qui relève que, considérés comme favori, les Eléphants n'ont pas réussi à défendre ce statut. « L'aventure de l'Angola prend ainsi fin et le rêve d'un peuple de voir son équipe est brisé, cette belle génération des Drogba, Kolo et autres gardera son palmarès encore vierge, certainement pour toujours», poursuit le journal.

Moins pessimiste et un tantinet philosophe, Fanion met en cause sans doute le long temps de repos (9 jours) qui s'est imposé aux joueurs après le retrait du Togo suite à l'attaque contre le car par des rebelles du Cabinda. « Nous n'allons pas pleurer sur nos malheurs. La vie est ainsi faite. Et il faut pouvoir se relever chaque fois qu'on tombe. Il faut donc penser, maintenant, au Mondial sud africain qui se jouera au mois de juin. Ne dramatisons pas. Car, forcément il y a et il doit y avoir une vie après cette CAN », poursuit le journal Fanion.

Toutefois, conclut le journal Fanion, « en attendant, la leçon que l'on retiendra de cette élimination, c'est que le statut de favori n'est jamais une garantie de succès ».

CAN 2010

Source: xinhua

Commentaire
nous sommes abattus certes mais ne soyons pas découragé.c"est vrai qu"il est dif...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Un vice-PM chinois appelle au renforcement des relations économiques avec la Suisse
La Chine a construit son plus grand surperpétrolier
Les récentes remarques venant des Etats-Unis nuisent aux relations sino-américaines
« La liberté sur internet » et la diplomatie « Smart power »
Secours à Haïti sinistré : la Chine la plus rapide, les Etats-Unis les plus fortes et la France la plus nombreuse
Les menaces de retrait de Google, une simple tactique commerciale
Les Chinois sont-ils des « fanatiques de travail » ?