100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 08.07.2010 07h58
Lions indomptables du Cameroun : la FECAFOOT dément un éventuel nouveau recrutement de Paul Le Guen (SYNTHESE)

La Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) dément formellement un éventuel nouveau recrutement de l'entraîneur français Paul Le Guen à la tête des Lions Indomptables après le départ de ce dernier au lendemain de la sortie prématurée de l'équipe du Cameroun à la Coupe du monde de 2010 en Afrique du Sud.

Des informations diffusées mercredi par Radio France internationale (Rfi) annoncent que le président de la FECAFOOT, Iya Mohammed, aurait appelé Paul le Guen pour lui demander de reprendre son poste de sélectionneur jusqu'à la Coupe du monde de 2014 prévue au Brésil.

"Il n'en est rien du tout, absolument rien. Quand moi-même je l' ai appris, j'ai tout de suite appelé le président Iya pour lui demander si cette information était fondée. Il m'a répondu qu'il n' a jamais appelé Paul Le Guen", a déclaré à Xinhua Francis Mveng, vice-président de la FECAFOOT, joint au téléphone.

Arrivé au terme de son contrat après 12 mois passés à la tête de l'équipe nationale du Cameroun, Paul Le Guen, après l' élimination des Lions Indomptables à la Coupe du monde au premier tour sans le moindre point, avait annoncé son départ. "Aujourd'hui, je trouve cohérent de laisser ma place et de permettre à quelqu'un d'autre de prendre la sélection", avait déclaré le Français.

Lors d'une conférence de presse au retour de la sélection à l' aéroport international de Yaoundé-Nsimalen le 25 juin, le technicien français avait reconnu n'avoir pas réussi à "former un groupe uni", donc capable d'une bonne prestation de cette équipe qui en 1990 avait réalisé l'exploit de devenir la première nation africaine à atteindre les quarts de finale du Mondial.

Le fiasco camerounais en Afrique du Sud a déclenché un vif débat au sein de l'opinion nationale sur le recrutement d' entraîneurs expatriés. Beaucoup d'observateurs et supporteurs estiment que ces derniers, surtout ceux sollicités ces dernières années, n'ayant pas convaincu, l'heure est venue de faire appel aux techniciens locaux.

Des noms d'entraîneurs locaux à l'instar de Jean Paul Akono ( intérimaire en 2000 après le départ de Pierre Lechantre) et des anciens Lions indomptables François Omam Biyik, Patrick Mboma et Joseph Antoine Bell circulent dans certains journaux camerounais faisant état de ceux qu'ils auraient déposé des dossiers de candidature.

Fin mai à Xinhua, l'ancien attaquant et international François Omam Biyik, formateur des jeunes footballeurs au centre de Châteauroux en France, avait justement révélé à Xinhua avoir entrepris cette démarche auprès du ministère des Sports et de la FECAFOOT.

Jean Paul Akono joint au téléphone mercredi par Xinhua a affirmé pour sa part avoir proposé ses services avant l'arrivée de Paul Le Guen. "La FECAFOOT a mon dossier que j'avais déposé lors de l'appel à candidature avant l'arrivée de M. Le Guen. C'est la fuite avant que je refuse. La FECAFOOT a mon dossier. Elle n'a qu' à me convoquer pour un entretien", affirme-t-il.

Pour l'ancien champion olympique avec l'équipe nationale espoir du Cameroun à Sydney en 2000, le ministère des Sports et la FECAFOOT doivent prendre leurs responsabilités pour recruter un sélectionneur national. "Nous n'avons pas encore vu ce que ces expatriés ont apporté à notre football. Ce que ces derniers font, nous pouvons cent fois plus le faire, car, nous connaissons mieux les réalités de notre pays et notre football", affirme-t-il.

Interrogé sur la question, le vice-président de la FECAFOOT a répondu que les origines du nouveau sélectionneur intéressent peu la Fédération. "Ce que nous recherchons, c'est un entraîneur qui répond au profil que nous voulons. Peu importe ses origines", a-t- il dit.

Selon M. Mveng, la FECAFOOT recherche un entraîneur respecté, compétent, rigoureux, fédérateur, intègre, expérimenté, bon manager. Un entraîneur qui a un projet sportif et qui adhère aux objectifs qui sont ceux de qualifier le Cameroun à la Coupe d' Afrique des nations (CAN) de 2012 et à la Coupe du monde de 2014.

"Si un Camerounais répond à ce profil, il sera choisi. Nous recevrons tous les dossiers. Mais, je dois rappeler que notre préoccupation est beaucoup plus d'ordre technique que sur la race du nouvel entraîneur", a indiqué le vice président de la FECAFOOT.

Pendant ce temps, les journaux camerounais se sont abondamment fait l'écho la semaine dernière des contacts annoncés par l'ancien capitaine de l'équipe allemande Lothar Mathaüs et la FECAFOOT. Une information démentie par le président Iya Mohammed en personne. " Je n'ai jamais rencontré Lothar Mathaüs, mais sa candidature nous a été transmise comme celles d'autres entraîneurs", avait répondu lundi le président de la FECAFOOT approché par le quotidien gouvernemental Cameroon Tribune.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Mondial 2010 apporte des difficultés économiques à l'Afrique du Sud
Chine : Urumqi en paix, un an après les émeutes du 5 juillet 2009 au Xinjiang
Réajustement du centre de gravité du développement économique mondial
Qui de la Chine ou de l'Inde vieillit le mieux ?
Le Japon devrait payer la Chine de retour
Regardez la Chine de manière objective !
Y a t-il un danger que la Chine oublie le passé ?