Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 18.07.2011 10h27
Ces superstars du sport qui améliorent l'image de la Chine

Quand Yao Ming a porté le drapeau national de la Chine lors de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Beijing en 2008, il a également porté le drapeau d'une nouvelle génération de sportifs chinois d'élite qui ont contribué à améliorer l'image de leur pays dans le monde.

« Le comportement sportif et les performances d'un athlète peuvent tout à fait être un représentant et un soutien pour le pays », a dit Liu Peng, directeur des sports chinois, en s'exprimant auprès de Xinhua sur ce qu'un athlète peut faire pour le pays.

Et en ce qui concerne la Chine, la star des Houston Rockets, avec ses 2,26 mètres et sa combinaison de force, de taille, d'adresse ainsi que sa célébrité mondiale, est l'icône sportive parfaite pour représenter la croissance et le statut mondial d'une Chine émergente.

Ce natif de Shanghai a rejoint la NBA en tant que Premier Choix du Draft 2002 de la NBA et est sur le point d'annoncer sa retraite définitive du plus grand championnat du monde le 20 juillet.

« Il y a deux raisons pour lesquelles nous avons choisi Yao Ming comme porte-drapeau », avait dit en 2004 Xiao Tian, un Vice-président du Comité Olympique Chinois, alors que le géant chinois avait déjà brandi le drapeau chinois lors des Jeux Olympiques d'Athènes.

« D'abord, sa grande taille peut représenter l'image saine des athlètes chinois. Ensuite, son adresse et son endurance sur les terrains de basket lui ont valu une énorme quantité de fans dans le monde, et en particulier chez les jeunes ».

En fait, il y a plusieurs raisons pour que Yao Ming soit le symbole de la Chine. C'est un ambassadeur du sport, un personnage culturel, une personne très portée sur la bienfaisance. Et par dessus tout, avec sa confiance, son humour, son intelligence et sa détermination, c'est aussi un symbole de la nouvelle génération de la Chine.

Mais à part lutter pour la gloire, un athlète peut faire beaucoup pour son pays.

Ainsi, au tout début des années 1970, le salut chaleureux et les cadeaux faits par le pongiste chinois Zhuag Zedong à son homologue américain Glenn Cowan lors des 31e Championnats de Monde de Tennis de table à Nagoya, au Japon, ont été le point de départ de l'historique « diplomatie du ping pong », qui conduisit à la visite de « dégel » de joueurs américains en Chine en 1971, ouvrant la voie au développement des relations sino-américaines.

Aujourd'hui, les athlètes chinois n'auront peut-être plus ce genre d'occasions de faire tomber les barrières diplomatiques, mais les stars du sport, comme Yao Ming, Li Na, qui a remporté un tournoi du Grand Chelem de tennis, ou le coureur de haies olympiques Liu Xiang, avec leurs fortes personnalités et leurs performances sportives de premier plan, constituent une nouvelle façon pour le monde de mieux connaître la Chine.

Autrefois, les atthlètes chinois étaient en général timides et peu bavards. Parfois même, ils hésitaient à s'exprimer, et plus souvent encore, ils ne pouvaient le faire du fait de la barrière de la langue. Cependant, certaines stars du sport chinois ont depuis su faire les grand titres grâce à leur anglais excellent, leur humour plein d'esprit et leurs remarques franches faites à l'improviste.

Ainsi de la championne de tennis Li Na, qui a remporté le Tournoi de Roland Garros le mois dernier, fait elle souvent l'objet de compliments et de félicitations de la part des internautes et des médias pour son humour très chinois.

La joueuse âgée de 28 ans aime beaucoup « chambrer » son mari, qui est aussi son entraîneur personnel, durant les interviews. Elle a dit un jour « Mon mari m'a promis de me laisser faire ce que je voudrai avec ses cartes de crédit si je gagne (le tournoi) ».

Après une victoire difficile contre Caroline Wozniacki cette année en demi-finale de l'Open d'Australie, Li Na a encore une fois raillé son époux : « Je n'ai pas bien dormi la nuit dernière, parce que mon mari ronflait trop fort ».

Mais l'humour de Li Na se voit aussi sur son Sina Weibo, un site de réseautage social de type Twitter. Elle a ainsi écrit un jour : « Mon mari est si cruel qu'il a voulu me faire courir en plein soleil. J'ai dû utiliser ma ruse favorite, faire semblant d'être endormie ».

Tout comme Li Na, Yao Ming s'est attiré les faveurs de beaucoup de personnes grâce à ses remarques humoristiques et intelligentes. Lors d'une interview avec ESPN, Yao Ming a ainsi déclaré que l'hymne national américain était sa chanson préférée « Car je dois l'entendre au moins 82 fois par an ». Et quand on lui a posé des questions sur son niveau d'anglais, il a simplement répondu « J'ai appris comment dire ‘question suivante' ».

« C'est un jeune homme plein de joie, drôle, intelligent et travailleur. J'aime beaucoup parler avec lui », a dit Frank Bilinboli, chroniqueur de la NBA.

Mais la confiance, l'esprit et l'humour ne sont pas le lot des seules superstars du sport chinois. Lors des Jeux Olympiques de la Jeunesse inauguraux à Singapour en 2010, les athlètes chinois en herbe ont aussi faut preuve de confiance, de vigueur, d'énergie et de détermination à communiquer avec les autres.

Lors d'une session d'activités culturelles de la Discussion avec les Champions, le cavalier Xu Zhengyang a demandé des conseils au champion multiple et médaillé d'or olympique Serguei Bubka sur la façon de choisir entre les études et l'entraînement sportif, en anglais.

Jerald Barisano, commentateur au service officiel de télédiffusion durant ces jeux de Singapour, a dit avoir constaté des changements chez les athlètes chinois ces trente dernières années.

« Dans les annés 1980, les athlètes chinois se tenaient à l'écart des autres. Mais maintenant, ils sont ouverts. Ils communiquent avec les autres », a t-il dit.

Peut-être que dans un futur proche, cette jeune génération d'athlètes chinois sera suffisamment mature pour devenir la force principale des sports chinois. Et les meilleurs d'entre eux prendront le drapeau des mains de Yao Ming et Li Na pour s'affirmer comme les nouveaux symboles de la Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Tibet lance sa première autoroute
Chine : fin de la construction de la première entreprise de traitement des eaux usées à Lhassa
La curieuse morale de certains medias occidentaux
Pour un monde à trois monnaies de réserve
Chine-Etats-Unis : les discussions franches sont constructives