Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 02.08.2012 17h12
Comment Ye Shiwen a gagné

Ye Shiwen, une jeune Chinoise tout juste âgée de seize printemps, a déclenché une véritable tempête dans le bassin azuré de la piscine de Londres.

Trois jours, deux médailles d'or, trois records : ces chiffres résument les fantastiques performances de la jeune chinoise, qui, en un rien de temps, ont fait d'elle une légende de la natation chinoise. Championne olympique, plus jeune championne du monde, vainqueur du grand chelem; record du monde… avec tous ces records, Ye Shiwen s'est vue gratifier d'une kyrielle de qualificatifs tous plus élogieux les uns que les autres.

Mais si presque tout le monde s'est, d'une manière générale, émerveillé des performances magiques de Ye Shiwen, dans le même temps, doutes et spéculations sont aussi allés bon train.

Le CIO a eu beau annoncer qu'après le 400 mètres individuel quatre nages, le contrôle anti-dopage l'a démontrée « innocente », après l'autre victoire de Ye Shiwen dans le 200 mètres individuel quatre nages, quelques personnes ont encore fait preuve de « haine mêlée d'envie et de jalousie », et lors de la conférence de presse d'après compétition, quelques journalistes étrangers n'ont pas cessé d'évoquer avec insistance le problème du dopage. La jeune Chinoise de 16 ans ne s'est pas laissée démonter et leur a répondu avec calme et générosité.

« C'est tout de même étrange… pourquoi quand les autres pays ont tant de champions, personne ne se pose cette question, mais quand c'est moi, les doutes fleurissent ? » a répondu du tac au tac Ye Shiwen au journalistes étrangers.

Face aux questions acerbes concernant l'utilisation de substances prohibées, la réponse de Ye Shiwen a été claire et nette : « Je n'ai absolument rien pris ».

Bien que personellement je trouve cette façon de faire peu élégante, Ye Shiwen a dit elle que, d'une manière générale, cela n'avait guère eu d'impact sur la compétition. Face aux chausse-trappes posés par les médias étrangers, Ye Shiwen a montré avec force que la nouvelle héroïne de la natation chinoise ne craignait aucunement d'être suspectée.

Le responsable de l'Agence Anti-dopage Chinoise a également, de son côté, précisé qu'après leur arrivée à Londres, les athlètes chinois ont subi plus de 100 tests anti-dopage, et qu'aucun ne s'est montré positif.

Un talent exceptionnel dû à un travail acharné
« Est-ce que vous pensez que vous avez un don exceptionnel ? ». Telle fut la question posée par un journaliste face aux performances uniques de Ye Shiwen.

« Je m'entraîne deux heures et demie chaque matin, et deux heures et demie chaque après-midi. Et cela depuis neuf ans déjà ». Puis Ye Shiwen a poursuivi : « Je pense que tout le monde peut avoir des dons exceptionnels. Le Ciel dans sa grande bonté peut vous en accorder. Mais il peut aussi vous en faire perdre ».

Deux phrases, très courtes. Deux phrases qui nous ont fait comprendre que derrière le miracle Ye Shiwen, c'est un travail acharné qui a fait naître ce talent hors normes.

« Pour ces jeux olympiques, mon entraîneur, mon équipe, ont mis sur pied un plan bien conçu, et je les en remercie vivement. Sans eux, jamais je n'aurais obtenu ces résultats ». Puis, a dit Ye Shiwen, « En fait, il suffit d'un programme d'entraînement et de protection complet, il suffit de travailler avec acharnement, et il y aura beaucoup d'autres jeunes comme moi qui feront des miracles ».

Ces dernières années, la Chine a augmenté ses investissements dans la natation et d'autres secteurs où elle était faible, et envoyé ses nageurs s'entraîner en Australie ou dans d'autres pays, tout en sélectionnant davantage d'athlètes de talent pour intégrer ses équipes.

Tout au long de ces années, la natation chinoise, grâce à une attitude sans concessions face à l'entraînement, grâce à des méthodes scientifiques d'entraînement, a réussi, d'une manière progressive et méthodique, à faire de ce rêve une réalité. En ce sens, Ye Shiwen et ses performances exceptionnelles sont une étape marquante, un moment à marquer d'une pierre blanche, sur la route de la natation chinoise vers la réussite.

Photo : Enveloppée dans le drapeau national, Ye Shiwen quitte la piscine après avoir décroché une seconde médaille d'or dans le 200 mètres individuel quatre nages, mardi à Londres. Fan Jun pour Xinhua.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 2 août
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam