Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 09.08.2012 15h14
Les journalistes chinois à Londres, une délégation qui compte

Alors que les athlètes chinois brillent aux Jeux Olympiques de Londres, les médias de leur pays attirent aussi une forte attention.

Depuis le début des Jeux, l'énorme groupe envoyé par les médias chinois a été très remarqué, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des lieux de compétition.

Il y a près de 300 journalistes et photographes accrédités, et plus de 800 autres qui ne le sont pas, selon Gao Dianmin, Directeur du Bureau de Londres de l'Agence de Presse Xinhua et membre de la commisson de presse du Comité International Olympique.

La Télévision Centrale de Chine (CCTV) a également envoyé plus de 500 personnes à Londres, en tant qu'un des difuseurs des Jeux Olympiques, a ajouté M. Gao.

Le Centre des Médias de Londres (London Media Centre), qui a été pour l'essentiel été créé pour accueillir les médias non accrédités du monde entier, a également annoncé que 73 pays au total sont représentés au LMC, dont le Bangladesh, les Barbades, la Sierra Leone et la Somalie.

Derrière le Royaume-Uni, le plus grand contingent de journaliste vient de Chine, avec plus de 800 journalistes enregistrés pour rédiger des articles.

Wang Yong, journaliste au Xiaoxiang Morning Herald, un journal de la Province du Hunan, dans le Centre de la Chine, a dit que son journal a envoyé trois journalistes à Londres.

M. Wang et ses collègues ont réservé un hôtel en ligne avant de s'envoler vers Londres avec près de 120 autres journalistes chinois d'autres médias.

Fait notable, les grandes entreprises chinoises des médias, comme Tencent, Sina et Sohu, ont toutes envoyé du personnel à Londres et préparé des plateformes offrant toute une variété d'informations et de contenus interactifs liés aux Jeux, qui assureront la communication avec un public énorme durant les Jeux Olympiques.

Certains internautes se sont demandé s'il était vraiment nécessaire d'envoyer tant de journalistes à Londres, tandis que d'autres disent que cela est conforme au développement de la Chine et aux besoins des gens.

« En tant que ville hôte précédente, et du fait qu'elle a envoyé une des plus fortes délégations sportives, il était naturel que les médias chinois envoient un gros groupe de presse », a dit Kerry Brown, responsable du Programme Asie du groupe de réflexion Chatham House, dont le siège est à Londres.

« Les Jeux Olympiques sont un évènement de portée mondiale, et pour permettre qu'ils existent, vous avez besoin de la presse pour diffuser des nouvelles et des informations sur eux », a t-il ajouté.

Raymond Li, Directeur du service en langue chinoise de la BBC, est d'accord sur ce point. « Le fait que de si nombreux Chinois viennent à Londres reflète les intérêts et les besoins des spectateurs et lecteurs chinois après les Jeux Olympiques de Beijing ».

Les Chinois veulent être tenus au courant des performances des athlètes chinois, en particulier les équipes chinoises qui ont dominé le tableau des médailles d'or lors des Jeux de Beijing, a t-il ajouté.

De même, a dit encore M. Li, la compétition est acharnée, et certains médias chinois puissants peuvent envoyer leurs journalistes pour couvrir des histoires plus vives et plus vivantes.

« En tant que ville internationale de renom, Londres peut donner davantage d'inspiration sur la culture britannique aux médias chinois », a t-il ajouté.

En fait, a également rappelé M. Li, les diffuseurs des Jeux Olympiques ont besoin de centaines de personnes pour assurer la totalité des tâches concernées. Durant les Jeux Olympiques de Beijing, la BBC a ainsi envoyé plus de 400 personnes en Chine.

Diffuseur des Jeux Olympiques depuis longtemps, le réseau américain NBC a également envoyé de nombreuses personnes pour couvrir cet évènement.

Selon les médias locaux, l'économie devrait recevoir un important coup de fouet du fait de l'arrivée de l'équipe des médias chinois pour les Jeux.

Dès avant le début des Jeux de Londres, 130 membres de la presse chinoise sont arrivés à Romford, une grande ville de banlieue située au Nord-Est de Londres, et ils resteront au Harefield Manor Hotel on Main Road, jusqu'à la fin des Jeux le 12 août.

Selon le journal local Romford Recorder, Paul Harris, patron de l'hôtel, a dit que « c'est une énorme bouffée d'air frais pour l'économie locale ».

Les représentants des médias chinois sortent tous les jours pour faire des interviews et prennent des taxis, a ajouté M. Harris.

Après être entrés en contact avec l'hôtel, après avoir vu une publicité sur son site internet, M. Harris a agrandi ses bâtiments et même engagé un chef chinois pour préparer la nourriture de l'équipe durant son séjour.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 8 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...