Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>SportsMise à jour 15.08.2012 14h08
La délégation française aux JO de Londres : la gloire et l'autocritique

Après seize journées de compétition acharnée, les Jeux olympiques de Londres se sont clôturés le 12 août. La délégation française a fini son expédition de l'autre côté de la Manche avec 11 médailles d'or, 11 médailles d'argent et 12 médailles de bronze, ce qui lui a donné la septième place au tableau des médailles. Une note qui semble, pour les Français, assez bonne. Une preuve : à leur retour à Paris en train EuroStar, les sportifs de la délégation française ont été chaleureusement accueillis par les Français qui les attendaient sur les Champs-Elysée.

Face aux performances de la délégation française, Denis Masseglia, président du Comité olympique et sportif français, a avoué qu'il « se sentait pleinement content dans son coeur », alors que le minitre de la Santé et des Sports Valérie Fourneyron a réagi en disant qu'il s'agissait d' « une performance très positive ». Selon le chef de la délégation française aux JO de Londres Bernard Amsalem, avant de partir pour Londres, sa délégation s'était fixé trois objectifs : obtenir une quarantaine de médailles, décrocher le plus de médailles d'or possible et améliorer la place de la France au tableau des médailles ; les deux derniers objectifs ont été atteints.

Rappelons que le score de la délégation française aux JO de Beijing en 2008 était de 7 médailles d'or, 16 médailles d'argent et 17 médailles de bronze, soit un nombre total de médailles de 40. Cette année, la France a obtenu 4 médailles d'or de plus mais 6 médailles de moins en ce qui concerne le nombre total de médailles. Cependant, c'est le nombre de médailles d'or qui constitue le facteur déterminant de la place au tableau des médailles. Une augmentation de 4 médailles d'or a fait monter la délégation française de 3 places, en comparaision avec 2008, pour arriver au 7e rang du tableau des médailles. Bien qu'il y ait une baisse du nombre total de médailles, cette note satisfait les Français.

Tout compte fait, la performance française aux JO de Londres mérite des louanges. Par exemple, l'équipe de France de handball a battu celle de la Suède et conservé son titre olympique. L'équipe de France de basketball féminin a aussi réécrit l'histoire : qualifiée pour la deuxième fois aux JO, elles ont fini avec une médaille d'argent et un score de 7 victoires et une défaite, à noter que quand elles ont participé aux JO pour la première fois en 2000, elles ont décroché la 5e place.

La France est un grand pays de sport, mais aussi un pays qui sait tirer des leçons des compétitions sportives. Au lendemain de la clôture des JO de Londres, la ministre Valérie Fourneyron a appelé à faire un point sérieux des compétitions dans les semaines à venir. Il faut apprécier la performance tout en admettant l'écart entre la France et d'autres pays.

En fait, cette note assez satisfaisante est due principalement à deux sports : la natation et le judo, qui lui ont rapporté 7 médailles, dont 4 médailles d'or pour la natation seule. Et les médias français ont attribué la plupart du mérite de ces deux sports aux jeunes sportifs nés dans les années 90.

Néanmoins, derrière la façade éclatante du sport français se cache une crise. Pendant les Jeux olympiques de Londres, les performances de la France dans les sports où elle est traditionnellement forte, comme l'escrime, l'équitation, la voile et le cyclisme, est banale, même décevante. Pas de médaille pour l'escrime et l'équitation, une seule médaille de bronze pour la voile et quatre médailles pour le cyclisme dont une seule en or... C'est la première fois depuis 1960 que la France ne recolte aucune médaille dans les compétitions d'escrime, à noter qu'aux JO d'Atlanta en 1996, elle avait remporté 6 médailles dont deux en or. Ce qui constitue vraiment une déception. Certains imputent cette situation à l'internationalisation des sports, dont beaucoup de pays ont profité pour devenir des étoiles montantes. C'est faux de dire qu'ils n'y a aucune raison à ces échecs. Mais l'une des raisons du déclin de la France dans ces sports, c'est qu'elle s'est endormie sur ses lauriers et n'a plus cherché à se dépasser.

Face aux performances de la Chine, des Etats-Unis et de la Grande Bretagne, la France ne fait souvent qu'admirer, mais elle aime toujours se mesurer avec son voisin allemand. Dans le tableau des médailles pour les sept premiers pays établi sur le site de l'Equipe, nous voyons qu'il manque seulement le sixième pays – l'Allemagne, qui a recolté cette année autant de médailles d'or mais six médailles de plus que la France. Mais pendant les JO de Beijing en 2008, cet écart était seulement d'une médaille. C'est pourquoi la France a choisi d'oublier ce petit épisode entre son voisin et elle-même.

La France est la patrie de Pierre de Coubertin, père des Jeux olympiques modernes. Elle accorde depuis toujours une grande importance aux sports et son gouvernement encourage les jeunes à faire du sport. On trouve souvent des jeunes qui jouent au football dans les parcs français. Beaucoup d'enfants fréquentent les gymnases après la sortie des écoles pour suivre des formations sportives ou y pratiquer les sports qu'ils préfèrent. A travers les exercices sportifs, ils peuvent améliorer leur état physique, renforcer leur esprit d'équipe et préparer l'avenir du sport français. En tirant des leçons du passé, la France aura de meilleures performances dans les JO à venir.

Ren Yaqiu

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 13 août
Le "roi des anneaux" termine sa carrière sur un goût amer
Après le départ de Koffi Annan, qui va pouvoir refermer la Boîte de Pandore en Syrie ?
Pourquoi je déteste les Jeux Olympiques...