Economie

 

L'élevage, l'artisanat et un peu d'agriculture. Ils formaient toute l'économie du Tibet avant 1950. C'etait en 1954, date de la réforme démocratique, que l'industrie y est née. Depuis 1979, année où la Chine a pratiqué la politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur, le secteur secondaire du Tibet a connu un grand développement, ainsi que l'agriculture et l'élevage.

Son produit intérieur brut (PIB) s'est élevé en 1999 à 10,561 milliards de yuans (1,3 milliards de dollars), en hausse de 9,6% par rapport à l'année précédente.

Dans le secteur agricole, la production céréalière a atteint 922 000 tonnes la même année, soit la 12ème bonne récolte consécutive.

Pour l'industrie, le Tibet a réalisé une valeur ajoutée de 998 millions de yuans (124 millions de dollars), en progression de 6,4% sur 1998.

Le secteur tertiaire était aussi sur la bonne voie. En 1999, il a enregistré un chiffre d'affaires de 4,742 milliards de yuans (592 millions de dollars), soit une croissance de 10,3% par rapport à l'année précédente. Le secteur des télécommunications a connu une augmentation de 62,6%.

Avec 448 000 entrées en 1999, le tourisme a rapporté à la région 36,3 millions de dollars, en hausse respective de 16% et de 9,9% sur l'année précédente.

La même année, 5,66 milliards de yuans (700 millions de dollars) ont été investis dans les biens immobiliers, notamment la construction infrastructurale.

Ces succès sont inséparables de l'assistance et de la politique privilégiée du gouvernement central. A partir de 1951, ce dernier accorde chaque année au Tibet une aide financière spéciale, destinée à la construction des projets clés, sans compter des subventions considérables en nature (matériaux). Le montant de cette assistance a augmenté d'année en année dans la décennie 80 et il a atteint 1 milliard de yuans (120 millions de dollars). En outre, le Tibet bénéficie également de l'aide matérielle, financière et technologique des autres provinces et des départements gouvernementaux. L'Etat applique depuis 1980 une politique privilégiée en faveur des agriculteurs et pasteurs tibétains, dont les produits sont exemptés d'impôts. Pour les entreprises fabriquant ou vendant des articles de première nécessité à l'usage des Tibétains, que ce soient semi-publiques ou privées, elles bénéficient également d'une exemptions de taxes sur les revenus.

Le gouvernement central pratique également une politique préférentielle en faveur du Tibet en matière de crédit, de recettes fiscales, d'investissements et de commerce extérieur. Il lui accorde une aide financière dans le domaine de la construction infrastructurale en matière d'énergie, de transports et de communications, et une subvention spéciale à la cause de la hausse des prix due à ses mesures de rajustement économique.

retour


Copyright © 2000-2001   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.