Zetang

La région de Zetang est à 230 km de Lhasa. C'est la première région à pratiquer l'agriculture au Tibet, selon la tradition. Elle compte plusieurs sites touristiques, dont les tombeaux des rois du Tibet, les monastères Yongbulakang, Changzhug et Sangye.

Monastère Yongbulakang

Monastère Yongbulakang

Se profilant au faîte d'une crête rocheuse, sur la rive est du fleuve Yalong, le monastère Yongbulakang passe pour le plus ancien monastère du Tibet. C'était le roi Songtsen Gampo qui fit l'édifier, lorsque le peuple tibétain alla vivre dans cette région après l'installation du roi à Lhasa.

Le monastère se divise en deux parties, qui se serrent l'une contre l'autre. La partie antérieure comporte un bâtiment de trois étages et l'autre a l'allure d'un bastion.

Les salles d'archives latérales de la partie antérieure abritent des statues et fresques, et en particulier de magnifiques sculptures antiques, notamment celle de Sakyamuni du style tibétain le plus ancien (face courte et large, longs yeux en oblique, oreilles pendantes).

Monastère Changzhug

Monastère Changzhug

On dit que le monastère fut fondé à l'époque du roi Songtsen Gampo. Il est en tout cas d'une haute antiquité. La salle Nai ding xue, très petite et bâti en bois et briques, a été originellement construit avec du bois et su chaume, et restauré par le roi Gongma (en 1531) et par le septième Dalaï-Lama.

Une grosse cloche datant des Tang ou Song est suspendue derrière la porte d'entrée de la salle Cuoqing Dadian. C'est l'objet de la plus haute valeur.

L'étage inférieur de la Grande Salle des Sutras s'apparente à la salle du monastère Dazhao à Lhasa. Derrière, des salles sont magnifiques pour ses poutres entrecroisées et ses colonnes sculptées.

La huitième salle abrite une belle statue de Guanyin aux mille mains. Le trésor du monastère se trouve dans une salle annexe. Dans la neuvième salle, trois bouddhisatvas sont débout. La dixième dispose d'une splendide niche avec une statue de Guanyin assise.

Ce monastère, bien qu'étant de dimensions réduites, est un véritable amoncellement de joyaux d'art bouddhique.

Tombeaux des rois tibétains

Tombeaux des rois tibétains

Ce sont une série de tombeaux, au nombre de huit probablement, qui se dressent à l'horizon comme des collines naturelles. Ils sont entourés, du côté du fleuve Yalong, de forteresses de terre, qui sont reliées entre elles par une manière de talus évasé. La surface supérieure des tombeaux est de forme ovale, bien plane, longue de 180 pas d'est en ouest. Les tombes comportent des niches profondes de 1 m. Environ, hexagonales, où se trouvent des sculptures d'argile cuite représentant des bouddhas, des pagodes, etc.

Au nord du plus haut tombeau, il y a encore trois autres et une stèle de pierre des Tang (2,3 m de haut) portant une inscription en tibétain ancien.

Selon la tradition, huit rois tibétains y reposent. Ils sont Songtsen Gampo, Nangsong Mangzan, Dusong Mangbao, Jiangca Laban, Chidai Zhudan, Chisong Daizan, Munei Zanbao, Chizu Daizan et Reba Jin.

Monastère Sangye

Monastère Sangye

Le monastère fut fondé au milieu du VIIe siècle. Mais il reste de cette époque la Grande salle et quatre pagodes de forme et couleur différents qui constituent un ensemble architectural d'une beauté harmonieuse (rouge, noire, blanche et verte).

Au sud de la Grande salle, se dresse une magnifique stèle avec une inscription en tibétain, plus ancienne que celle près des Tombeaux des rois tibétains, dont le sommet est orné de joyaux en forme de croissant de lune.

La Grande salle est entourée d'une muraille et de vérandas à colonnes. Elle a trois étages, tous de style différents : tibétain en bas, puis chinois, puis indien.

Aux angles de la salle, ce sont les quatre pagodes des ministres du roi Chisong Dezan.


retour


Copyright © 2000-2001   Le Quotidien du Peuple en ligne  Tous droits réservés.