Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Tourisme
Mise à jour 19.03.2008 16h14
Des touristes étrangers : des émeutiers de Lhassa sont insensés

Des touristes étrangers qui étaient à Lhassa lundi 17 mars après l'émeute, ont dit que les émeutiers étaient insensés et plusieurs ont dit qu'ils étaient obligés de raccourcir leurs plans de voyage.

Un monsieur en provenance de Suède, qui a laissé son nom : Janne, a dit que la situation est sans danger maintenant. Mais il a rappelé que les émeutiers qui s'étaient engagés dans des sabotages brutaux, étaient, semble-t-il, insensés.

« Il s'est produit une émeute soudaine. Des gens ont commencé à casser des fenêtres, brûlé des voitures, incendié des magasins et ils sont devenus plus agressifs », a dit Janne. Il mangeait dans un restaurant chinois dans la Rue Est Beijing, quand l'émeute a éclaté.

Ce Suédois, dans la quarantaine d'années, a fait du tourisme à bicyclette dans la Région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, au cours de ces quatre mois écoulés et séjournait à l'Hôtel de Jeunesse internationale Phuncor Khasan. « Quand je suis retourné à l'hôtel, le manager de l'hôtel m'a dit que je ne devrais plus sortir», a dit Janne.

En évoquant la nuit où il s'était produit l'émeute, Janne a dit que les émeutiers portaient des couteaux, des barres de fer et des sacs à dos remplis de pierres. « Bien sûr, ils étaient bien organisés ».

Il a dit qu'il avait vu des gens chassés et grièvement blessés par des émeutiers.

« La plupart des gens engagés dans l'incendie criminel étaient des jeunes hommes et femmes », a-t-il dit.

Il a dit qu'il avait vu un monsieur ressemblant à un Canadien qui essayait de protéger une des victimes contre des coups de poing d'émeutiers. Ces derniers ont alors reculé et ce monsieur a escorté la victime jusque dans une cour.

Il a dit qu'il n'avait vu aucun conflit entre la police et les émeutiers ce jour-là. « J'ai vu certains reportages, mais la description de reportages ne correspondait pas ce que j'ai vu », a-t-il dit.

Quand on lui a demandé son plan de voyage, il a dit qu'il devrait séjourner pendant deux ou trois semaines avant d'aller au Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine. « Je crois que la situation à Lhassa est stable maintenant. Des gens font des achats aux supermarchés.Enfin, l'émeute s'est passée », a-t-il dit.

Un touriste américain, qui était à l'Hôtel Yak lundi 17 mars, s'est rappelé, disant que des « moines ont jeté des pierres et cela n'a pas de sens, pas du tout ».

Cet homme, ayant requis l'anonymat, a dit qu'il séjournait dans l'Hôtel Snowland, un établissement à capitaux étrangers, situé non loin de l'endroit où ont eu lieu des troubles. La police locale lui a demandé, après, de quitter cet hôtel et d'être logé dans un autre hôtel jugé plus sûr.

« Je pense que la situation est maintenant sous contrôle », a-t-il dit, ajoutant que le gouvernement devra continuer à déployer la police dans les rues pour assurer la sécurité et ouvrira davantage de marchés.

Doje Cezhug, maire de Lhassa, capitale de la Région autonome du Tibet, a dit à Xinhua lundi 17 mars que la situation est revenue à la normale à Lhassa.

Jusqu'à lundi, le trafic a repris dans les principales rues de Lhassa. Les organes gouvernementaux, des magasins, des écoles et des marchés aux produits agricoles ont ouvert normalement.

La vie reprend son cours normal dans cette ville progressivement et plusieurs touristes ont dit à Xinhua lundi qu'ils devraient raccourcir leurs plans de tourisme à cause de l'émeute.

Quatre touristes de Hong Kong, qui étaient dans le même hôtel que Janne lundi, ont requis l'anonymat. Ils ont dit qu'ils partiront mardi. Un touriste japonais qui a donné son nom Oguma Kenichi, a dit à Xinhua qu'il comptait partir aussi.

Ju Jianhua, directeur du Bureau des Affaires étrangères de la Région autonome, a dit que les départements de l'aviation civile, du chemin de fer et de routes de la localité fourniront des commodités aux touristes étrangers voulant partir de la ville.

Ce bureau a suspendu l'émission de permis de voyage aux étrangers, après la violence, comme une mesure de sécurité.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (11)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (10)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (9)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (8)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (7)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (6)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (5)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (4)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (3)

 Actes de troubles, de destruction, de pillage et d'incendie commis à Lhassa par un nombre minime de criminels (2)
Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.