100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 25.08.2010 15h00
Tibet Airlines va ouvrir des routes vers l'Europe

Tibet Airlines envisage de lancer des routes aériennes vers l'Europe dans les cinq ans qui viennent et d'étendre sa flotte à 50 appareils d'ici 2020.

Liu Yanping, Directeur général de cette compagnie aérienne, qui appartient à l'Etat, a déclaré au China Daily que le transporteur envisageait de faire de l'Aéroport Gonggar de Lhasa, où il est basé, « un centre d'aviation qui non seulement relie les différentes parties de la Région Autonome, mais aussi le Tibet et d'autres zones ».

Il a également déclaré que le transporteur voulait faire de Lhasa, capitale de la Région Autonome du Tibet, le pôle aérien de l'Ouest de la Chine.

Le transporteur est une coentreprise d'une valeur de 280 millions de Yuans (41 millions de Dollars US) constitué entre la Tibet Autonomous Region Investment Co Ltd, qui détient 51%, et les sociétés Tibet Sanli Investment et Tibet Ruiyi Investment, qui détiennent respectivement 39% et 10%.

Elle effectuera son premier vol en août de l'année prochaine, quand trois Airbus A319 commandés ce mois-ci seront livrés. « Nous prévoyons d'avoir vingt appareils d'ici 2015 », a dit M. Liu.

En tant que première compagnie aérienne basée au Tibet, le transporteur envisage d'avoir des routes servant la région autonome et les villes principales du pays d'ici 2012.

Les vols vers l'Asie du Sud et l'Asie du Sud-Est sont prévus d'ici 2013.

« Nous espérons avoir des routes directes vers les pays d'Europe d'ici 2015 ou 2016 », a dit M. Liu, qui travaille dans l'industrie de l'aviation civile depuis 25 ans et a été employé par la branche Sud-Ouest d'Air China.

« Nous contribuerons à soulager la pression qui pèse de longue date sur les capacités de transport au Tibet », a dit M. Liu. Il a ajouté que les problèmes que présente la demande en saison creuse « devraient être résolus avec le développement de l'industrie du tourisme au Tibet ».

Jusqu'à présent, six compagnies aériennes opèrent sur seize routes au Tibet, d'après l'Administration de l'Aviation Civile de Chine..

Air China détient plus de 50% des parts de marché, suivie par Sichuan Airlines avec 30%. Le reste est partagé entre China Southern, China Eastern, Shenzhen Airlines et Hainan Airlines.

La région autonome compte cinq aéroports, à Lhasa, Qamdo, Nyingchi, Ngari et Xigaze. Un nouvel aéroport est en construction à Nagqu.

« Lors de la haute saison, qui s'étend normalement de juin à octobre, presque tous les vols sont complets. La capacité de traitement des passagers des aéroports locaux augmente à un taux à deux décimales par an en moyenne, ce qui montre bien l'énorme potentiel de croissance de l'industrie », a dit Wu Yunying, analyste en industrie de l'aviation chez Changjiang Securities.

L'année dernière, 5,61 millions de touristes ont visité le Tibet, et la région a gagné 5,6 milliards de Yuans en revenus touristiques, deux chiffres en augmentation de 150% d'une année sur l'autre, d'après l'administration locale du tourisme.

« A l'heure actuelle, le fossé entre la haute saison et la basse saison se réduit. Nous coopérons avec l'Administration du Tourisme du Tibet pour développer des produits de voyage hors saison afin de développer davantage les voyages entre la fin d'octobre et juin », a dit M. Liu.

La marge bénéficiaire des vols vers le Tibet est plus forte que dans les autres zones. Le coût opérationnel d'un vol sur les hauts plateaux est situé entre 50 000 et 60 000 Yuans par heure. Mais le prix du billet d'avion pour des vols en haute altitude est le double de celui dans les autres zones, pour une distance comparable.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Jia Qinglin appelle les habitants du Xinjiang à lutter contre l'extrémisme, le séparatisme et le terrorisme
Li Keqiang demande la mise en oeuvre du plan de construction de logements abordables
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti
Le pays qui pense « promouvoir ses relations publiques » est obligé de s'infliger de durs exercices pour améliorer ses qualités naturelles