Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 10.03.2011 17h41
Le marché asiatique, moteur du redressement du tourisme mondial

Le tourisme mondial a considérablement rebondi en 2010 suite à la crise financière mondiale, l'Asie en général et la Chine en particulier ayant été le principal moteur de ce redressement, a indiqué mercredi IPK International, un Institut de recherche spécialisé dans le tourisme.

"La crise mondiale est passée et l'industrie mondiale du tourisme a rebondi", s'est félicité Rolf Freitag, directeur de IPK International, à l'occasion de l'ouverture du 45e salon international du tourisme à Berlin.

Le nombre global de voyage internationaux a augmenté de 7% en 2010 par rapport à l'an dernier, pour atteindre 711 millions, après un recul de 4% en 2009, selon des statistiques préliminaires publiées par IPK International.

Les chiffres montrent que l'Asie et l'Amérique du Sud entraînent le redressement du tourisme mondial, tandis que les marchés d'Europe et d'Amérique du Nord stagnent.

En 2010, l'Asie a réalisé une hausse de 14% du nombre de voyages internationaux. Ce marché émergent est principalement dirigé par la Chine, qui enregistre une augmentation de plus de 20% en matière de voyages internationaux.

"L'influence du tourisme chinois a servi le monde en réalité. D'autres marchés se reprennent, mais de nombreux s'améliorent grâce à la Chine. La Chine est l'élément clé dans l'économie mondiale", a indiqué M. Freitag à l'agence Xinhua.

IPK International a prévu une hausse continue, entre 3 et 5%, dans le tourisme mondial en 2011, et plus de 9% pour le marché asiatique.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Alerte au tsunami suite à un séisme au Japon, mais la Chine est en sécurité
Chine : rassemblement pour la Journée mondiale de la femme
Priorité à la prospérité de la population
L'augmentation du budget de l'armée chinoise est irréprochable
En fin de compte, qui menace vraiment qui ?
Réactions des différents pays, face à la position de la Chine, en tant que 2e économie mondiale
La responsabilité ne pèse pas sur la Chine...