Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 30.05.2011 08h41
L'Irlande souhaite voir affluer les investissements et les touristes chinois (INTERVIEW)

Pour relancer l'économie de l'Irlande, touchée par la crise, ce pays insulaire cherche à s'attirer les faveurs des investisseurs et des touristes venus de Chine, qui a dépassé le Japon en tant que deuxième économie du monde, a déclaré vendredi un ministre irlandais.

"J'accueille favorablement les investissements chinois", a déclaré Phil Hogan, ministre irlandais de l'Environnement, des Communautés et du Gouvernement local.

"L'Irlande se trouve à la porte de l'Union européenne (UE), qui abrite un marché de 500 millions d'habitants. Nous avons une faible base d'impôts sur les sociétés, nous avons une main-d'oeuvre très qualifiée et nous avons un environnement de bonne qualité et des infrastructures de bonne qualité", a déclaré M. Hogan à l'agence Xinhua, depuis sa région natale de Kilkenny, à 120 km de Dublin, capitale de l'Irlande.

Il a noté que les sociétés chinoises pourraient découvrir que son pays a "une main-d'oeuvre très déterminée", que les travailleurs irlandais sont bien formés et qu'ils possèdent les compétences nécessaires. M. Hogan a ajouté que les investissements étrangers sont devenus très importants pour l'Irlande, depuis la crise financière de novembre 2010.

"Nous sommes conscients du fait que nous avons besoin de générer une relance économique en Irlande aux niveaux local, national et international, et c'est ce que Taoiseach (Premier ministre irlandais) a toujours essayé de faire", a-t-il souligné.

Il a révélé que l'Irlande négociait avec ses partenaires européens pour maintenir son taux d'impôt sur les sociétés à 12,5%, un niveau controversé, et que le pays travaillait à réduire les taxes sur la main-d'oeuvre et le tourisme.

M. Hogan a aussi donné plusieurs raisons aux investisseurs étrangers pour qu'ils fassent de l'Irlande leur premier choix. Il a précisé que l'Irlande avait un peuple très accueillant, un beau paysage et une histoire riche, sans mentionner que son gouvernement prête beaucoup d'attention aux questions environnementales pour attirer les investissements étrangers.

"C'est une priorité car nous devons assurer ce dont nous sommes contraints, dans le contexte de nos accords de l'UE, qui nous demandent d'améliorer l'environnement en terme de qualité de l'air, de l'eau et dans la qualité de l'environnement en général", a souligné M. Hogan.

Il a indiqué que les bénéfices d'un bon environnement seront reconnus "non seulement par les citoyens irlandais, mais aussi par les gens qui souhaitent visiter et investir dans notre pays".

Il espère aussi voir les sociétés étrangères faire du commerce en respectant l'environnement, "en bâtissant sur l'économie à faible émission de carbone que nous souhaitons produire dans ce pays".

M. Hogan a souligné que l'économie à faible émission de carbone était importante, car elle rend l'économie irlandaise plus compétitive.

Le ministre conseille aussi aux sociétés étrangères d'exploiter le potentiel d'une économie à faible émission de carbone.

"Il y a beaucoup d'affaires à faire en Irlande dans les domaines de la construction, du textile et de la restauration", a-t-il ajouté.

"Nous appliquons des propositions pour réduire les coûts d'accès au pays, nous sommes un pays insulaire dont l'accès est important, et nous réduisons les impôts, les frais qui existent afin de rendre le tourisme compétitif en Irlande".

"Nous sommes aussi conscients d'avoir un produit touristique de haute qualité et nous améliorons sans cesse ce produit pour assurer que les visiteurs en Irlande soient capables d'avoir une expérience agréable et un séjour satisfaisant", a-t-il souligné.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
He Guoqiang appelle à des efforts pour développer de nouvelles industries de haute technologie
S'inspirer de l'expérience tirée de l'Expo universelle et des jeux asiatiques dans la lutte contre la corruption
Réflexions suscitées par l'actuel « engouement pour l'émigration »
La dispute pour le poste de directeur général du FMI et la réforme de l'ordre financier international
Alcool au volant : tout reste à faire (ou presque...)