Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 05.12.2011 16h59
Chine : litige à propos de la reconstruction du Yuanmingyuan

La Commission pour l'éducation, la science, la culture, la santé et le sport de l'Assemblée populaire de la Municipalité de Beijing a formulé dernièrement neuf importantes suggestions à propos du renforcement de l'édification d'un centre culturelle national, et l'une des suggestions qui concerne la reconstructions des ruines du Palais de Yuanmingyuan (le jardin de la Splendeur parfaite), lequel a été construit en 1707 sous la dynastie des Qing (1644 à 1911). Cette suggestion a suscité un large et animé débat du public et des internautes.

Les ruines et les vestiges culturels qui bouleversent profondément l'âme et le cœur du peuple chinois doivent être gardés, conservés et protégés.

Les résultats du vote organisé par www.sina.com montrent que 77% des internautes interrogés sont contre la reconstruction et ils disent que « l'histoire est incontestable et que le passé ne doit pas être effacé ni rejeté. Il est de la première importance de garder et de conserver les ruines du Palais de Yuanmingyuan incendié par les envahisseurs étrangers, ce afin que tous les citoyens du pays n'oublient jamais la honte et l'humiliation que nos ancêtres ont dû subir. La reconstruction n'a aucun sens, car elle gaspille l'argent et fait abus des ressources humaines et matérielles ». Par contre 21% des internautes ont exprimé leur accord en disant que « la reconstruction de l'ancien Palais de Yuanmingyuan ou bien la rénovation de certaines de ses constructions sera bon pour le rétablissement de l'ancienne gloire de la nation chinoise et illustrera l'orgueil et le mérite de nos ancêtres et des anciennes générations, ce qui permettra de réfléchir sur le passé et de calmer quelque peu les blessures du passé. »

Quant au savant Wu Zhalai, il a exprimé explicitement son opposition à la reconstruction. Il a dit : « La ville de Beijing ne manque aucunement de ce genre de palais artistiques et paysagistes et nous devons être conscients de la valeur particulière et symbolique du Yuanmingyaun et faire en sorte qu'elle ne soit pas l'objet d'une reconstruction répétitive. »

Ye Tingfang, chercheuse à l'Institut de l'étude des littératures étrangères de l'Académie des Sciences sociales de Chine, a déclaré de son côté qu'en gardant les ruines de Yuanmingyuan, c'est comme si l'on conserve les « lieux où les agresseurs étrangers ont commis leurs crimes », ce qui est d'une grande importance pour l'éternité.

Le Dashuifa ne doit être reconstruit à jamais.

Abordant la question à savoir si la reconstruction du Yuanmingyuan signifie l'effacement du passé et l'oubli de l'humiliation de la nation chinoise, Liu Yang, membre de la Commission d'études scientifiques de l'Institut chinois du Yuanmingyuan, a exprimé son désaccord avec cette idée.

Il a indiqué que la plupart des Chinois ne connaissent pas le Yuanmingyuan, car ce qu'ils savent ce sont seulement les constructions du palais, tels que le Xiyanglou (la Tour à l'Occidental) de style baroque ainsi que le Dashuifa (la Fontaine en marbre et en céramique vernissée des grandes eaux), lesquelles occupent seulement 2% de la surface totale du Palais avec ses jardins et ses parcs. Quant au Dashuifa, qui est souvent mentionné dans les manuels scolaires de l'histoire, on croit qu'il était une construction typique et symbolique du Parc des ruines du Yuanmingyuan, alors qu'en réalité, il avait été seulement l'un des parcs de loisir de l'empereur Qianlong et on ne le considérait même pas comme l'un des parcs préférés de l'empereur qui donnait sa préférence aux jardins à la chinoise dont la surface représentait 98% de la superficie totale du Yuanmingyuan dans son ensemble.

« Ce que je peux garantir, c'est que le Dashuifa ne sera pas reconstruit ni rénové dans notre époque, et également dans l'éternité ! », a dit Liu Yang qui a poursuivi en faisant remarquer que la conservation pour l'éternité des ruines du Xiyanglou a pour objectif de donner un sérieux avertissement aux générations futures pour qu'elles n'oublient le passé. Selon les prévisions de Liu Yang, si l'on ne prenne pas sans retard des dispositions en vue d'entreprendre certaines réparations et rénovations de protection, d'ici dix ans, il y aurait au moins cinq sites pittoresques qui s'écrouleront ou bien disparaîtront à jamais. Par ailleurs, à l'intérieur du Yuanmingyuan, il existe huit sites occupés maintenant par une école secondaire, tandis que dans les parties non ouvertes au public, les ruines des jardins à la chinoise sont en voie de disparaître complètement et totalement, ce qui sera alors un désastre et une catastrophe pour l'ensemble de la nation chinoise.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Arrivée de deux pandas géants en Grande-Bretagne
La Chine se tourne aussi maintenant vers la fabrication de vin à Bordeaux...
Ce ne serait pas seulement le vaincu qui « paierait un prix cher » pour la guerre
L'immolation par le feu vue de la règle fondamentale du bouddhisme