Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 25.03.2012 13h14
La Chine va devenir la patrie des hôtels de luxe

Le rapport annuel Starwood Hotels and Resorts Worldwide Inc 2011 a montré que 61 % des hôtels de cette chaîne envisage de construire le seront dans la région Asie-Pacifique ; rien que la Chine en abritera 44 % d'entre eux.

L'année dernière, 28 % des frais de gestion de l'entreprise sont venus de la région Asie-Pacifique contre 33,8 % pour les États-Unis.

Les hôteliers disent que les plus grands acteurs de leur industrie vont continuer à essayer de trouver leur place avec l'utilisation de différentes marques conçues pour des marchés différents.

« Les différentes zones de Shanghai exigent des types d'hôtels différents », a déclaré Gerd Knaust, Directeur général de Hilton Shanghai, le premier hôtel international de la ville. « Dans les zones commerciales nous pourrions avoir Hilton ou Doubletree. Dans un quartier haut de gamme comme le Bund, nous pourrions avoir Conrad ou Waldorf Astoria. Le grand public lui ira toujours vers la marque Hilton ».

Une autre raison de l'expansion a été le double empressement des gouvernements locaux : rendre plus attrayantes les zones placées sous leur juridiction et augmenter les prix des biens.

Phoenix Island, une île artificielle de villégiature située à Sanya, est le site de construction d'un port de plaisance et d'un hôtel similaire au Burj Al Arab de Dubaï, le quatrième hôtel le plus haut du monde. Le coût d'achat de l'hôtel a commencé à 18 000 Yuans (2 800 Dollars US) le mètre carré en janvier 2010, et il est maintenant de 80 000 Yuans le mètre carré.

Zhao Huanyan, Directeur des connaissances chez Hotelsolution Consultation, une société qui se consacre à l'industrie hôtelière, et dont le siège est à Shenzhen, dit que les promoteurs qui construisent des hôtels de luxe ne le font pas que dans le but unique de faire des bénéfices.

« Parfois, ils construisent des hôtels haut de gamme pour faire monter le prix des immeubles de bureaux et d'habitation dans le même projet », a-t-il dit. « Et parfois, c'est le gouvernement local qui leur demande de construire ces hôtels pour redorer le blason de la ville. Dans ce cas, même si l'hôtel est peu performant, cela peut être compensé par les bénéfices provenant de la vente et de la location des immeubles de bureaux et d'habitation ».

Les gouvernements locaux, qui voient souvent dans les hôtels cinq étoiles le symbole de l'attrait international croissant appel de leurs villes, ont également de bonnes raisons d'encourager les promoteurs immobiliers à construire des hôtels et d'attirer les chaînes hôtelières internationales en tant qu'exploitants de ces biens.

A la fin 2011, l'Intercontinental Shanghai Puxi a été reconnu par les autorités chinoises comme étant un hôtel cinq étoiles national. Il y avait alors 53 hôtels cinq étoiles à Shanghai, la quatrième plus grande concentration en Chine.

Chengdu, la capitale de la Province du Sichuan, dans le Sud-Ouest de la Chine, compte aujourd'hui 12 hôtels cinq étoiles et en aura 35 dans les quatre prochaines années, selon CBRE Group Inc, la plus grande entreprise de services immobiliers commerciaux du monde.

Changzhou, une ville de taille moyenne située à environ 200 km de Shanghai, dispose quant à elle de 10 hôtels cinq étoiles ; neuf autres s'ajouteront à ce total d'ici la fin de cette année.

Selon l'enquête China Hotel Market Outlook 2011, menée par la société de services d'investissement dans l'hôtellerie Jones Lang LaSalle Hotels, l'augmentation des prix de l'énergie, des coûts d'exploitation et du travail, la hausse de l'inflation, les taux d'occupation inférieurs du fait de l'augmentation du nombre d'hôtels et la rotation fréquente du personnel sont les plus grandes difficultés auxquelles les hôtels de Chine sont confrontés.

L'enquête a porté sur 266 hôtels en Chine, dont près de la moitié étaient des hôtels cinq étoiles et plus de 34 % des quatre étoiles.

Jones Lang LaSalle Hotels estime que la hausse du prix des services fait que les coûts d'exploitation sont le principal sujet de préoccupation pour les hôtels.

Les hôteliers essaient souvent de faire face à ces pressions en essayant d'équilibrer les augmentations des coûts avec des augmentations de recettes. Cependant il faut normalement qu'un certain temps s'écoule, après que les tarifs des chambres aient augmenté, pour que les clients acceptent les nouveaux prix.

Les résultats de l'enquête ont en outre indiqué que les inquiétudes actuelles au sujet des taux d'occupation sont supérieures à celles concernant le prix des chambres. Si la demande en hébergement n'augmente pas en même temps que l'offre, le nombre croissant d'hôtels va conduire à une baisse des taux d'occupation.

Selon un expert, les entreprises hôtelières vont connaître de sérieux problèmes d'embauche d'employés lors des dix années qui viennent.

« Les marques hôtelières célèbres peuvent facilement trouver de bons emplacements pour leurs nouveaux hôtels dans les petites villes, plus que dans les grandes villes », a-t-il dit. « Mais il n'y a pas assez de jeunes entrant sur le marché du travail. Il est également difficile, dans les petites villes, de trouver des employés qui parlent anglais, qui est la langue d'affaires des marques étrangères ».

Certains experts du secteur estiment aussi que la Chine possède beaucoup d'hôtels.

« En comparant le taux d'occupation des hôtels en Chine avec celui d'autres pays, on constate qu'il y a une offre potentielle excédentaire de chambres d'hôtels en Chine », a dit M. Zhao.

Selon lui, le taux d'occupation des hôtels était d'environ 75 % à Amsterdam, Berlin, Hambourg, Munich et Paris en 2011. A Londres, ce taux était d'environ 85 %.

En comparaison, le taux d'occupation moyen pour les hôtels cinq, quatre et trois étoiles en Chine était légèrement supérieur à 60 % en 2011.

Wei Xiaoan, un expert en économie du tourisme à l'Académie du Tourisme de Chine, a déclaré de son côté lors du Forum Hôtel Asie 2011 que des bulles ont commencé à apparaître dans l'industrie hôtelière de la Chine.

« Il y a une offre excédentaire d'hôtels d'affaires dans les villes, mais en revanche les hôtels à thèmes, les centres de villégiature et les hôtels économiques offrent de bonnes opportunités aux investisseurs », a-t-il dit.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Le Quotidien du Peuple en ligne recrute un(e) traducteur(trice) avec français langue maternelle
Sélection du Renminribao du 25 mars
L'« aurore » a-t-elle fait son apparition en Libye ?
La politique extérieure de la Chine : pas plus qu'elle ne peut assumer
Le recours américain devant l'OMC contre les quotas de la Chine sur les terres rares pourrait aggraver la situation