Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 02.07.2012 14h12
Des Jeux Olympiques pour tester le métro de Londres

Aux heures de pointe, un matin dans le hall des guichets de la gare principale de Euston à Londres, deux adolescentes ont du mal à porter leurs bagages pour se rendre à la station de métro.

C'est leur première fois à Londres et elles n'ont pas pu trouver d'ascenseur. Deux passants se sont arrêtés et ont proposé de les aider à porter leurs bagages dans les escaliers.

Les jeune filles ont poussé un soupir de soulagement après avoir appris qu'un ascenseur se trouvait à proximité pour finir le trajet. Mais un panneau a signalé qu'il était hors service en raison d'une «défectuosité mécanique».

La foule qui attendait le train Northern Line a commencé à enfler. "Pourquoi le métro dans une ville dite internationale est si décevant ?", a demandé l'un deux. "Vont-ils être en mesure de faire face aux Jeux Olympiques ?"

Les craintes sont multiples sur la capacité du système de métro de Londres à gérer les foules pendant les Jeux olympiques, qui débuteront le mois prochain. La surpopulation, la surchauffe et le côté archaïque des systèmes de signalisation font cruellement défaut pour desservir une ville de la taille de Londres.

Le système du métro a seulement connu trois jours de la semaine sans problème l'année dernière, a rapporté le Daily Telegraph.

La plus grande préoccupation est la Jubilee Line, une artère olympique importante reliant le stade principal de Stratford et le Wembley Stadium à travers le centre de Londres.

Un effondrement sur la ligne il y a deux semaines a obligé tous les voyageurs à descendre du train et à emprunter à pied un tunnel de sécurité.

Plus de 500.000 "clients par heure" se sont perdus sur la ligne Jubilee en raison de voie ferrée, des trains et des échecs de signaux l'année dernière, selon les propres statistiques des Transports de Londres.

En étant le plus ancien métro du monde, la longueur totale de l'ensemble des 11 lignes du métro de Londres, qui a ouvert en 1863, est de plus de 402 kilomètres et transporte plus de 3,04 millions de personnes par jour, selon le rapport annuel de la TFL et la Déclaration des comptes 2010/2011.

TFL attend environ un million de visiteurs supplémentaires à Londres durant les Jeux, conduisant à 3 millions supplémentaires de passager transports en commun chaque jour.

Il a également mis en garde sur son site Internet que la Jubilee Line sera "exceptionnellement chargée, en particulier dans les pics en matinée et en soirée", vers et depuis le Parc olympique à Stratford, North Greenwich Arena et du Wembley Stadium et Arena.

Les stations les plus achalandées sont normalement très encombrées aux heures de pointe.

Danns moins d'un un mois, la possibilité est mince pour les autorités d'apporter les modifications pour améliorer le service de métro de façon spectaculaire, étant donné le manque d'efficacité dans la construction.

Par exemple, il a fallu 18 mois à Londres pour la rénovation du Leicester Square, qui est célèbre pour ses premiers films au coeur de la ville.

Le square, qui a rouvert fin mai, a maintenant des balustrades en acier inoxydable, 12.000 mètres carrés de granit de pavage et un plan d'eau autour de la statue de Shakespeare, qui envoie des jets d'eau recyclée de deux mètres dans l'air. Le projet a coûté 15,3 millions de livres (24 millions d'euros).

En comparaison, la rénovation du métro de Londres est un énorme et formidable travail. Il y a peu d'espoir que quelque chose de spécial puisse arriver dans moins d'un mois.

Venir à Londres pour regarder les Jeux Olympiques est une excellente idée, mais seulement si vous pouvez utiliser une bicyclette, une trottinette, planche à roulettes ... ou quoi que ce soit pour vous aider à vous déplacer.


Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Les principales nouvelles du 24 juillet
Les excuses de la France pour les crimes antisémites, une leçon pour l'histoire ?
L'Afrique est a même de choisir ses propres amis
Ce que cache la visite du Ministre japonais des Affaires Etrangères au Vietnam