frenchChine|Economie|International|Afrique|Culture|Vie Sociale|Sport|Sci-Edu|Tourisme|Environnement

Les Monts Wudang, merveille du patrimoine naturel et culturel de la Chine

17.08.2012 10h55     Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Parlez d'arts martiaux chinois à un Occidental et demandez lui de citer un endroit célèbre pour cela en Chine, et il vous répondra immanquablement, même s'il n'y est jamais allé, « Temple de Shaolin », tant ce site a acquis une renommée internationale. Mais rares sont ceux, en dehors de Chine, capables de citer un autre haut lieu des arts martiaux chinois, et pourtant il y en a un : les Monts Wudang. Cet endroit, peu connu des étrangers, mais beaucoup plus des Chinois, possède aussi un avantage de taille sur Shaolin, c'est que, à la différence de celui-ci, devenu, en même temps que la ville qui l'entoure, une véritable usine à touristes à un tel point que l'âme du lieu en a été dénaturée et aurait de quoi faire frémir les mânes des moines des temps anciens qui y reposent, les Monts Wudang, sans doute en partie aussi du fait que le site est immense, ont en partie échappé à ce défaut qui désole tellement les amateurs de calme, de sérénité et de culture. Certes, les marchands ont aussi envahi le temple, et les Monts Wudang n'ont pas échappé à la marchandisation excessive qui caractérise tous les sites touristiques chinois de renom, mais tout au moins est-il encore possible d'en profiter sans être aggressé à tout bout de champ par des revendeurs ou des spectacles en plein air où la qualité n'est pas toujours au rendez-vous. Bref, on peut y goûter, certes pas partout, le silence et entendre des oiseaux chanter, tout en profitant du spectacle extraordinaire qui s'offre à nos yeux, quant on sait faire l'impasse sur les endroits les plus visités, et qui ne sont d'ailleurs pas forcément les plus beaux.

Situés dans la Province du Hubei, dans le Centre de la Chine, les Monts Wudang sont un site majeur des arts martiaux taoïstes et sont inscrits au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1994. Ils comprennent un grand nombre de sites éparpillés sur près de 400 km carrés, nombre des bâtiments étant anciens -la plupart remontent à la Dynastie Ming (1368-1644), et notamment du règne de l'Empereur Yongle, qui a régné au début du 15e siècle et qui est également resté dans l'histoire pour avoir initié la construction de la Cité Interdite de Beijing- mais il y en a également qui remontent à des temps plus anciens, sous les Song et les Yuan, ou plus récents, comme la Dynastie Qing.

De l'entrée monumentale, où l'on achète les billets et où se concentrent nombre de boutiques, une noria de bus vous conduira d'un site à l'autre, et même en y passant une journée complète, vous aurez bien du mal à tout voir ; il n'en reste pas moins que malgré cela, vous repartirez le soir, certes vaincu par une saine fatigue, mais aussi les yeux et l'âme réjouis par tant de merveilles. Si j'avais en passant un conseil à vous donner, c'est de ne pas hésiter à recourir aux services d'un guide ; mes amis avaient eu cette délicate intention, je n'étais pas, comme à mon habitude, persuadé de l'utilité de la chose, mais j'ai eu tôt fait de corriger mon idée première : si vous voulez voir les sites les plus intéressants et ne pas vous perdre dans l'immensité des Monts Wudang ou passer à côté des endroits incontournables, un guide n'est vraiment pas superflu, à plus forte raison lors de votre première visite.

Le site le plus célèbre des Monts Wudang est le Temple d'Or, situé en haut du point le plus haut des Monts Wudang, le Pic du Pilier Céleste, qui culmine à 1 612 mètres. On peut y accéder à pied, mais le moyen le plus sur et le plus rapide reste tout de même le téléphérique. Rançon de son succès, le Temple d'Or est aussi l'endroit le plus fréquenté des Monts Wudang, et comme le chemin est escarpé, étroit et très fréquenté, il faut quasiment faire la queue et jouer des coudes pour arriver au sommet. Mais l'effort en vaut la peine, et le spectacle dont on jouit d'en haut, avec une vue extraordinaire, justifie à lui seul ce petit bain de foule moyennement plaisant. Les autres sites, qui ne sont pas situés à une altitude aussi élevés, sont aussi beaucoup plus étendus, et c'est dans ceux-là que vous retrouverez une bouffée de cette sérénité, de ce calme qui nous fait tant défaut dans les grandes villes, à condition de vous écarter un peu des chemins battus et de ne pas avoir peur de marcher. Vous constaterez aussi qu'à l'extérieur de la plupart des sites, au bord de la route, se concentrent hôtels, restaurants et boutiques de souvenirs, ce qui fait que vous n'aurez aucun mal, le cas échéant, à vous loger et à vous sustanter ; chose étonnante pour un site touristique de cette ampleur, même dans les restaurants pour touristes, dont chacun sait à quel point parfois ils sont mauvais, on mange plutôt bien. Ne comptez donc pas trouver d'endroit désert, mais tout au moins le nombre de touristes y est suffisamment raisonnable pour que votre plaisir ne soit pas gâché, et, entre les chignons des moines taoïstes, les adeptes du taïchi qui viennent s'y exercer, les montagnes qui s'étendent à perte de vue dans la brume et qui vont font penser que vous êtes entrés dans une peinture traditionnelle chinoise, et des sites comme -mais il y en a bien d'autres- le Palais des Cieux Pourpres, le palais Tianyi-Zhenqing ou le temple Yuxu, accroché à flanc de montagne et en partie construit dans la roche, les Monts Wudang vout laisseront un souvenir extraordinaire et une seule envie, y revenir.