Notre site/Nouvelles bilingues/Dernières nouvelles/Archives/

 
Français>>TourismeMise à jour 22.08.2012 08h58
Dégustez les huîtres comme un noble français

Guy de Maupassant a décrit la manière dont les Français mangent les huîtres : « Tout à coup, il avisa deux dames élégantes à qui deux messieurs offraient des huîtres. […] Elles mangeaient d'une manière délicate, en tenant l'écaille sur un mouchoir fin et en avançant la bouche pour ne point tacher leurs robes. Puis elles buvaient l'eau d'un petit mouvement rapide et jetaient la coquille à la mer. »

Où se trouvent les meilleures huîtres ?

Les huîtres qui se reproduisent dans les régions diverses sont différentes en apparence et en goût. Si vous n'arrivez pas à retenir tous les genres d'huîtres, n'oubliez pas l'huître de Belon en France, la « reine » des huîtres. Bien que le goût soit un peu trop « fort » pour les débutants, les huîtres de Belon sont les préférées des gourmets.

Comment cuisiner les huîtres pour un Chinois ?

Si vous n'êtes pas dans un restaurant assez propre et que votre « estomac chinois » n'arrive pas à digérer les huîtres, vous devez trouver d'autres moyens pour les cuisiner (que les manger directement). Échaudez les huîtres, ajoutez des sauces en mélangeant des oignons, de la viande fumée, du beurre, du sel et du poivre. Parsemez de mozzarella. Finalement, faites cuire les huîtres à 220°C au four.


[1] [2] [3] [4]




News we recommend
« Back to Future » par Irina Werning Le premier mariage homosexuel bouddhiste à Taiwan   Les animaux dormeurs
Qipao 2.0   Retour à la maison après quatre ans d'exil pour les pandas du Sichuan Les Chinois adorent les échasses!
L'industrie de la beauté en Chine profite d'une cure de jouvence Yu Wenxia : Miss China sacrée Miss Monde 2012 Plus de 2700 jeunes femmes veulent épouser un milliardaire


Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Des liens étroits avec Tokyo sont 'cruciaux' pour les Etats-Unis
Pourquoi les consommateurs chinois de produits de luxe sont-ils si jeunes ?
80% des jeunes de la « seconde génération riche » chinoise ne souhaitent pas reprendre l'entreprise familiale