Recevoir les       newsletters       gratuites
Accueil Notre Site Edition de Week-end Archives Chinois Anglais Japonais Espagnol Russe Arabe
CHINE
ECONOMIE
INTERNATIONAL
SCI-EDU
CULTURE
SPORTS
VIE SOCIALE
TOURISME
HORIZON
PHOTOS
DOCUMENTS
Dossiers
-Culture chinoise     <nouveau>
-Patrimoine

-La Chine en chiffres
-Guide de Beijing

-Tibet

-Régions

-Institutions

-Opéra de Pékin

-Les fêtes chinoises

-Ethnies

-Aperçu

VOIX DE LECTEURS
LIENS

Agence de presse Xinhua (Chine nouvelle)


Radio Chine Internationale


Centre d'Information


Beijing Information


Ambassade de France en Chine

Français>>Vie Sociale
Mise à jour 19.09.2008 14h42
Les impressions des amis étrangers sur la Chine

Les Jeux Olympiques et les Jeux Paralympiques ont permis non seulement à la Chine d'accueillir et d'étreindre le monde entier et également à ce dernier de la connaître et de la comprendre.

Moi qui suis un lycéen, à mon grand regret je n'ai pu être choisi comme volontaire à ces deux Jeux, mais j'ai quand même pu réaliser mon souhait en participant au service bénévole du site web [email protected] (www.Lodgingatbeijing.com), lequel a pour tâche d'offrir son service aux Chinois et aux étrangers qui viennent à Beijing pour assister aux deux Jeux en question et qui désirent louer des logements pour une courte durée. Ce travail gratuit mais intéressant m'a permis de rencontrer des amis et des hôtes venus de différents pays et en bavardant avec eux j'ai pu connaître les merveilleux moments qu'ils ont passés à Beijing ainsi que leurs impressions de la Chine.

Apprendre à marchander comme un vrai Pékinois pour essayer d'obtenir les objets désirés au meilleur prix.

Stanislas Balquet est un jeune Français. Il est venu cette fois-ci en Chine avec toute sa famille : son père, sa mère, sa petite sœur, son épouse et son fils. En accédant au site web susmentionné, il a réussi à louer un appartement à trois pièces d'un vieil immeuble situé dans le quartier Zhanchunyuan de l'Arrondissement Haidian, au nord-ouest de la ville de Beijing.

« Ici on est logé avec les gens du peuple. Très tôt le matin, les personnes âgées s'exercent au Taiji (boxe traditionnelle chinoise) ou au fleuret. A l'approche du soir, ce sont les gens d'âge moyen qui exécutent la danse sociale ou le Yangge (une sorte de danse folklorique chinoise). Dans la journée, les enfants se faufilent partout, jouent au cache-cache ou pratiquent d'autres jeux amusants. Dans les rues, des colporteurs et des marchands ambulants vendent leurs petits articles de portes en porte et on entend de loin leurs cris retentissants. », a dit Stanislas qui ajoute que tout cela lui donnait une sensation agréable et vivante.

Le voyage en Chine pour assister aux Jeux Olympiques a en réalité un autre objectif plus important c'est de permettre à toute sa famille de connaître et de sentir personnellement la vraie vie des gens ordinaires de Pékin.

Le propriétaire de l'appartement loué à la famille Balquet travaille dans le journalisme et a vécu de longues années à l'étranger. Lorsqu'il a compris les désirs et les besoins de ses hôtes, il leur a préparé un assortiment complet d'ustensiles de cuisine, dont casserole, marmite, récipients, écumoire, hachoir, louche, couteau, cuillère, fourchette et autres. , en plus, il leur a fourni des baguettes chinoises et des assaisonnements.

La famille Balquet a profité de son séjour dans la capitale chinoise pour assister à des compétitions olympiques et pour visiter des sites touristiques et des monuments historiques. Mais l'endroit qu'elle préfère y aller, c'est le marché libre qui se trouve juste à côté de l'immeuble où elle séjourne. « On y trouve tout ce qu'on a besoin pour préparer un bon repas : légumes, viandes, œufs, fruits, … etc. Ce qui est plus plaisant que d'aller faire les achats dans un supermarché, c'est qu'on peut marchander comme on veut pour essayer d'obtenir les choses qu'on désire au meilleur prix. », a déclaré Stanislas tout joyeux.

La famille Balquet a passé de bons moments à Beijing et tous ses membres sont enchantés, ravis et satisfaits. Toute la famille a assisté à des compétitions de natation, de tir à l'arc et d'autres.

Souhait de voir apparaître le Dieu de l'Amour Cupidon.

Le jeune Canadien Kurt Jorssen, qui a une taille de 1,9 mètre et deux grands yeux ronds et bleus, semble beau, élégant et de fière allure.

Dès son premier voyage en Chine, il a été fasciné par la cuisine chinoise et surtout par ses diverses et différentes spécialités. Hébergé dans un immeuble de style mondain qui se trouve dans l'Avenue Beiyuan de l'Arrondissement Chaoyang, il lui suffit de marcher à pied dix minutes pour atteindre la très réputée rue gastronomique située dans le quartier du Village des Jeux Asiatiques et cela l'excite et l'enthousiaste énormément.

Le Shuizhuyu (Poisson bouilli dans l'eau) était le premier plat qu'il a goûté en Chine : marmite en cuivre doré avec de l'huile bouillante dedans, piments rouges, tranches de poissons bouillonnantes. Tout cela lui semble merveilleux, magnifique et exquis. « Lorsqu'avec une paire de baguettes j'ai pu attraper après beaucoup d'efforts une première tranche de poisson et que je l'ai mise dans ma bouche, le goût piquant m'a tellement excité que j'ai sauté sur mes deux pieds et que des larmes ont coulé de mes yeux. C'était vraiment une sensation vive, mais agréable ! », a-t-il dit.

Avant de venir en Chine, Kurt a appris deux mots en chinois : « Xiexie ! » (Merci !) et « Zaijian ! » (Au revoir ! ». Maintenant, « La ! » (Piquant ! » est le troisième mot chinois qu'il vient d'apprendre. Il déclare avec humour : « Désormais, mon professeur de la langue chinoise ce sera la ‘gastronomie chinoise'. »

Durant son séjour à Beijing, ce qui attire le plus Kurt, ce sont les jeunes filles chinoises. Lorsqu'il assiste à une compétition olympique, à chaque fois que les jeunes filles de cérémonie font leur apparition, il ne peut s'empêcher de les prendre en photo, car il pense, une fois rentré au Canada, les faire admirer par ses amis.

Tout excité et troublé, il a dit : « Les jeunes Chinoises sont très belles, et surtout lorsqu'elles portent des robes à la chinoise qui font ressortir leur taille svelte et cambrée, elles semblent alors extrêmement gracieuse, charmante et élégante. Leur maintien distingué et plein de grâce ainsi que leur air faible et attendrissante me fascinent et m'attirent comme un aimant vers elles. Je suis allé dans un grand nombre de pays et seules les femmes orientales me captivent et me séduisent. »

En dehors des compétitions, les jeunes Chinoises qu'il rencontre le plus souvent ce sont de jeunes étudiantes volontaires pleines d'enthousiasme qui se comportent avec naturel et aisance et qui offrent leur service à tous ceux qui en ont besoin. A chaque fois qu'il s'approche d'elles, elles viennent à lui spontanément avant qu'il ouvre la bouche et lui demande en parfait anglais ce qu'il désire. Malgré qu'il ne connaît pas très bien les quartiers situés loin du « Nid d'oiseaux » (Stade olympique national) et du « Cube d'eau » (Centre national de natation), mais il ne ressent aucune crainte d'y aller, car il sait que des jeunes filles sincères et serviables l'attendent là-bas pour lui offrir leur service.

Le jeune Canadien qui professe le christianisme prie et demande ces derniers jours à bon Dieu, et surtout à Cupidon de lui envoyer une flèche d'amour pour qu'il puisse s'amouracher d'une jeune Chinoise avant son retour dans son pays.

Espérer que la Chine devienne encore plus ouverte.

Gerry Moy, qui travaille pour l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) en tant que spécialiste de la nutrition, était déjà venu à Beijing plusieurs fois.

Cette fois-ci il est venu de la Suisse et ce qu'il y a de différent avec ses précédents passages dans la capitale chinoise c'est qu'il n'est pas hébergé dans un hôtel à étoiles, car il a choisi d'habiter dans une maison privée.

Il a apporté avec lui intentionnellement une nouvelle brochure « Les aliments sûrs – les cinq problèmes clés de la nourriture saine et de l'exercice physique approprié ». Avec l'appui des départements concernés du gouvernement municipal de Beijing, il a distribué près de dix milliers d'exemplaires de cette brochure à des visiteurs et touristes chinois et étrangers.

Gerry Moy, qui est un amateur du sport, profite de son temps libre pour se promener dans la ville. Il s'est rendu au supermarché pour y acheter du lait et il est allé au restaurant avec des amis. Il a hautement apprécié la qualité des produits alimentaires chinois en disant : « C'est vraiment bon, et de plus la sécurité est assurée. »

La garantie de la propreté, la séparation des aliments cuits et préparés et des aliments non cuisinés, la conservation des aliments sous une température sûre, l'utilisation de l'eau conforme aux normes prescrites et la fourniture d'aliments sains et frais, voilà les cinq problèmes clés proposés par l'OMS en ce qui concerne la sécurité alimentaire. D'après Gerry Moy, la Chine fait très bien quant au troisième point, et elle a fait de grands progrès quant aux quatre autres.

Gerry Moy a foulé pour la première fois le sol de la Chine qui lui paraissait un pays mystérieux au début des années 80 du dernier siècle. En parlant des grands progrès réalisés par la Chine au cours des trois décennies écoulées, ce qui l'impressionne la plus c'est que « le ciel de Beijing devient de plus en plus bleu et l'air devient de plus en plus pur et respirable ».

Il a émis l'espoir qu'à sa prochaine visite à Beijing, la Chine fait de plus grands progrès quant à son ouverture sur l'extérieur.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne



Adresse email du destinataire


Copyright © 2000-2005 Tous droits réservés.