Edition du week-end/Plan du site/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.08.2009 11h06
Réfutation des accusations contestant la véracité des lettres adressées par des proches de Rebiya Kadeer à elle et aux familles des victimes

La Chine vient de publier le 3 courant deux lettres signées par des proches de Rebiya Kadeer vivant à l'intérieur du pays, l'une adressée à elle lui demandant de ne pas organiser de violences ni de porter atteinte à la vie pacifique dans le Xinjiang et l'autre adressée aux familles des victimes pour leur présenter des excuses. Mais ce qui est inconcevable et inadmissible, c'est que certains médias occidentaux accusent de façon diffamatoire, virulente et venimeuse ces deux lettres et contestent leur véracité en disant qu'elles sont « de pures fabrications du gouvernement chinois ». Pour dévoiler la fausseté et la perfidie de ces propos ineptes et absurdes, un fonctionnaire du Bureau de la Sécurité publique du Xinjiang a déclaré à un correspondant de « Global Times » que les accusations de l'Occident sont 'vraiment stupides et ridicules'. Il a affirmé que seul un fils de Rebiya Kadeer est en prison pour délit économique et que tous ses autres proches vivant en Chine s'occupent chacun de ses affaires en toute liberté.

Un autre fonctionnaire du département de la justice a indiqué qu'après l'éclatement à Urumqi de l'incident du 5 juillet, des proches et des amis de Rebiya Kadeer résidant au Xinjiang, et surtout ses enfants, ont écrit aux autorités gouvernementales des lettres exprimant leur indignation et leur opposition à l'encontre des activités indépendantistes et séparatistes de celle-ci et condamnant les actes de violence. « En vérité, les autorités ont été vraiment étonnées et surprises en recevant ces lettres ! », a dit le fonctionnaire qui a ajouté : « Quant aux journalistes qui désirent interviewer les enfants, les proches et les amis de Rebiya Kadeer, ils n'ont qu'à suivre la procédure d'inscription pour pouvoir les interroger directement et connaître ainsi la vérité. » En répondant aux attaques pernicieuses de certains médias occidentaux qui disent que l'objectif des autorités chinoises en publiant ces lettres « c'est de menacer l'intéressée pour lui faire savoir ‘vos enfants sont entre nos mains' », le fonctionnaire a dit : « Rebiya Kadeer est seule responsable de ses actes qui n'ont rien à voir avec ses enfants et ses proches ! »

De source bien informée, on apprend qu'après l'incident du 5 juillet, les quatorze proches de Rebiya Kadeer qui vivent à Urumqi ont été placés sous la protection policière. Son frère cadet Memet a indiqué que c'est une mesure préventive prise par le gouvernement en vue de protéger toute sa famille contre les représailles des malveillants nourris de desseins inavoués. Memet, qui a apposé sa signature au bas des deux lettres susmentionnées, est un commerçant, tandis que le fils aîné de Rebiya Kadeer est un paysan et sa fille Roxingul une enseignante.

Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Des forces occultes en occident s"évertuent , dans le but de nuire à la Chine,son gou...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Typhon Morakot: 44 millions de dollars de dons de la partie continentale de Chine à Taiwan
Le 11e Festival des arts de l'Asie a commencé à Ordos
La grandeur d'âme du peuple chinois reflétée à travers les changements de l'Avenue Chang'an
Les chiffres de juillet montrent plus de changements positifs dans l'économie chinoise
Quel est le but des visites en Afrique des dirigeants américains ?