100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 14.09.2009 11h21
Les responsables des attaques à la seringue passibles de peines allant jusqu'à 15 ans de prison

Pas de substances radioactives, toxiques ou virales, comme le SIDA, retrouvés dans les échantillons de sang prélevés sur les victimes de la récente vague d'attaques à la seringue à Urumqi – c'est ce qu'ont révélé tests effectués par le laboratoire de Beijing, a annoncé dimanche un expert.

Mais Qian Jun, directeur du Bureau de contrôle des maladies et de la sécurité biologique sous l'égide de l'Académie chinoise des sciences médicales militaires, a déclaré: "Même si aucune substance radioactive ou toxique n'a été trouvée, certains patients ont montré des signes d'anxiété et de dépression à des niveaux différents et ont été envoyés en observation chez des psychologues".

Samedi dernier, le premier groupe de suspects des attaques à la seringue est passé en jugement à Urumqi, capitale de la Région autonome ouighoure du Xinjiang, à la suite d'une série d'attaques sur au moins 500 personnes dans la ville depuis la mi-août.

Deux hommes et une femme ont été condamnés à des peines allant de 7 à 15 ans de prison pour des agressions à la seringue ou des vols, lors desquels ils auraient menacé leurs victimes avec des aiguilles. Les deux procès se sont déroulés en langue ouighoure à la suite des souhaits de la défense, avec une traduction en mandarin.

Le tribunal a condamné Yilipan Yilihamu âgé de 19 ans à 15 ans de prison pour une injection avec une seringue hypodermique dans le fessier d'une femme le 28 août dernier devant un étal de fruits sur le bord de route.

Dans un procès séparé à la même cour, Muhutaerjiang Turdi, un homme de 34 ans, et Aimannisha Guli, une femme de 22 ans, ont été condamnés respectivement à 10 ans de prison avec une amende de 5000 yuans (732 $) et 7 ans de prison avec une amende de 3000 yuans pour avoir volé un conducteur de taxi le 29 août dernier.

Les deux condamnés ont menacé un conducteur de taxi avec une seringue et lui ont pris 710 yuans pour acheter des médicaments. Guli a été capturé le jour du vol et Turdi s'est livrée à la police trois jours après.

Le tribunal a également découvert que Turdi avait été condamné à 14 ans de prison pour vol en 2001 et a été relâché en septembre de l'année dernière. Guli a été condamnée à un an de prison en janvier 2007 pour vol et relâchée en octobre de la même année.

Page spéciale: Emeutes au Xinjiang

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
L'accord sur le commerce de services Chine-Pakistan entrera en vigueur en octobre
Les mauvaises habitudes de conduite des automobilistes chinois
La Réunion annuelle du Forum de Davos – une plate-forme qui permet à l'Afrique d’attirer les investisseurs chinois
Les cols blancs chinois vivent-ils plus mal que les paysans ?
La France est-elle vraiment un pays romantique ?