Nouvelles bilingues/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 11.11.2009 08h11
La Chine poursuit sa campagne nationale contre le crime organisé

Une série de procès intentés ces derniers temps contre le crime organisé dans la municipalité de Chongqing (sud-ouest) n'a dévoilé que "le sommet de l'iceberg" dans le cadre d'une bataille nationale contre le crime organisé.

La province du Guizhou (sud-ouest) a publié 10 adresses électroniques sur le site internet de son département de la sécurité publique pour que la population puisse dénoncer les criminels.

Le mois dernier, cette campagne intensive a permis à la police de la province de résoudre au moins sept affaires en 20 jours.

Au Hunan (centre-sud), la police a également découvert cette année trois importants gangs criminels qui opéraient dans la préfecture de Xiangxi.

Au total 73 responsables du Hunan sont impliqués pour avoir protégé ou avoir fait partie de gangs criminels.

D'autres provinces comme le Gansu (nord-ouest) et l'Anhui (est) ont également intensifié leur lutte contre le crime organisé.

En 2006, la police chinoise a lancé une campagne à long terme contre le crime organisé et en septembre 2009, plus de 1 200 affaires de ce type avaient été découvertes et jugées dans le pays. Plus de 13 000 réseaux criminels ont été découverts et au moins 89 000 personnes arrêtées.

Zhou Yongkang, membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central du Parti communiste chinois, s'est engagé en octobre dernier à ce que la campagne continue jusqu'à l'éradication, en Chine, de tous les gangs criminels.

Il a appelé à une enquête implacable sur tout responsable protégeant le crime organisé.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : les bénéfices des grandes entreprises industrielles en hausse de 49,4% pour les onze premiers mois
Huit touristes américains tués dans un accident de la route en Egypte
Comment vendre l'image d'un Dragon amical ?
Les mesures de règlement des embouteillages à Paris méritent d'être étudiées par Beijing
Interaction active entre la Chine et le monde
Ne pas céder l'Afrique à la Chine est une logique perverse
Pourquoi le « Made in China » est plus cher