100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 05.01.2010 11h10
De nombreux trains bloqués sur leurs voies

La récente chute du mercure a provoqué des pénuries de courant, et la vague de froid devrait perdurer encore. Les plus fortes chutes de neige qu'a connu la Chine en près de soixante ans perturbaient encore le trafic le 3 janvier, bloquant des milliers de passagers sur les voies ferrées et les aéroports.

Ce temps hivernal inhabituellement rigoureux a aussi causé une pénurie de charbon, obligeant certaines provinces à couper les approvisionnements en électricité.

Et bien que la neige ait cessé de tomber dans la plus grande partie du Nord depuis hier matin, de fortes chutes et un froid mordant persistaient encore dans certaines zones de Mongolie Intérieure, du Hebei et du Shandong.

La neige épaisse a provoqué des retards pour treize trains de passagers en Mongolie Intérieure et contraint les quatre aéroports du Shandong à fermer, tout comme trente autoroutes nationales dans le Nord de la Chine.

L'Aéroport International de la Capitale de Beijing, qui avait prévu 1 400 vols le 3 janvier, a aussi été fortement perturbé. A 16h, 485 vols avaient pu décoller, 690 avaient été retardés de 90 minutes en moyenne et 98 avaient été annulés, d'après un porte-parole de l'aéroport.

Un train reliant Harbin à Baotou a lui été bloqué par plus de deux mètres de neige près de Jining en Mongolie Intérieure dimanche, et ses passagers n'ont pu être évacués qu'hier.

Les quinze wagons étaient tous enfouis sous la neige et plus de 1 400 passagers y étaient bloqués, sans lumière ni chauffage. La nourriture et l'eau potable manquaient aussi, d'après le bureau local des chemins de fer.

« La neige était particulièrement haute parce que cette zone est une cuvette. Elle s'est donc accumulée rapidement, et des vents extrêmement forts ont continué à y amener encore plus de neige », a déclaré Zhang Jianwen, un officier de Gendarmerie de la Ligue de Ulanqab qui a dirigé les travaux de secours.

« Bien que la neige ait cessé de tomber hier, la température était de –28C, ce qui a provoqué le blocage des portes du fait du gel », a-t-il dit.

La Gendarmerie a donc du forcer une des portes, et avec l'aide du bureau local des chemins de fer, procédé hier à l'évacuation des 1 400 passagers vers une gare proche.

Et ce sont ensuite près de 2 000 personnes, gendarmes, personnels des chemins de fer et paysans qui ont dégagé les voies de la neige qui les recouvrait à l'aide de pelles, a précisé Zhang Jianwen.

« Pour toute la journée, et après s'être tous levés à 4h du matin, nous n'avons eu comme repas qu'un pain à la vapeur », a-t-il dit.

Le train bloquant la ligne, deux autres trains de passagers ont également été perturbés.

« Quelque 2 000 passagers ont été bloqués dans les deux trains, mais nous avons pu leur fournir de la nourriture », a-t-il ajouté.

Vers 18h, la neige était enfin dégagée des voies et les trains pouvaient de nouveau passer, à petite allure, a déclaré un porte-parole du bureau des chemins de fer de Hohhot.

Dans le Sud de la Chine, ce sont un épais brouillard et une faible visibilité qui ont contraint les aéroports de Chengdu et Nanchang à fermer partiellement hier. Près de 9 000 passagers y ont été bloqués.

Et du fait que la population allume le chauffage pour combattre le froid extrême qui sévit dans le pays, de nombreuses provinces réduisent l'alimentation en électricité du fait d'une pénurie de charbon.

Ainsi, depuis le mois de décembre, l'électricité a été coupée ou réduite dans plus de 2 000 usines de Wuhan, capitale de la province du Hubei, afin d'assurer l'alimentation des foyers domestiques, tandis que la plus grande partie du Sud fait face à une pénurie d'électricité, a dit Han Xiaoping, analyste en énergie.

Du fait d'une demande d'énergie en hausse cet hiver, les stocks de charbon de 349 centrales thermiques dans le pays ont chuté aux alentours de 27 millions de tonnes, soit à peine de quoi les faire tourner pendant 12 jours, les stocks dans le Nord ne représentant même que moins d'une semaine, reportaient le mois dernier les Shanghai Securities News.

En général, les stocks de charbon doivent suffire pour au moins vingt jours, dit M. Han.

Mais dans la province du Hubei, la situation est pire encore. Le fournisseur local d'électricité fait face à une pénurie de charbon de 760 000 tonnes avant le mois de mars de cette année, a déclaré hier aux China Business News Yang Yong, Ingénieur assistant en chef à la Hubei Electric Power Company.

Ce sont près de 2,4 gigawatts, ou près de 17% de la capacité de production d'énergie au charbon du Hubei qui ont été arrêtés du fait d'un manque de charbon, et il y a un risque de fermetures plus grandes encore, rapportait le journal hier.

Les fournisseurs d'énergie du Nord font eux aussi face à un défi de taille avec la chute vertigineuse du thermomètre enregistrée depuis quelques jours.

Dans les dix jours à venir, les températures pourraient encore chuter et descendre aussi bas que –32C dans l'extrême-Nord, et une autre vague de froid devrait atteindre la région vers vendredi, amenant des vents violents et un froid sévère, ont annoncé les prévisions météorologiques nationales.

Les experts pensent que la pénurie en énergie devrait durer au moins jusqu'à la fin de cet hiver.

Pour autant, et malgré la pénurie actuelle de charbon, rien n'indique que la vague de froid actuelle provoquera les perturbations et coupes de courant qu'avaient connu certaines parties du Sud de la Chine pendant plusieurs semaines, lors de l'hiver inhabituellement froid de 2008.

[1] [2] [3] [4]

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : la neige perturbe le trafic à Beijing
Procès de l'avocat d'un chef de bande criminelle pour violation de ses devoirs professionnels
La Chine de 2009 : être « incomprise » en tant que pays émergent
La Chine et l'Europe : plus partenaires qu’adversaires
Montée rapide d'une conscience civique au sein de la societe chinoise
La France « profondément blessée » après son échec cuisant aux EAU
« C'est maintenant ou jamais » : le marché immobilier en pleine effervescence