100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 13.01.2010 11h02
Baidu attaqué par des pirates informatiques : l'Iran dément toute implication

Baidu, le plus grand moteur de recherche sur internet chinois a été le 12 janvier la cible d'une attaque informatique qui a duré quatre heures, la plus sévère depuis sa fondation en 1999.

La société a annoncé avoir rétabli le service pour la plupart des utilisateurs vers 18h.

Un groupe de pirates informatiques se proclamant « Iranian Cyber Army » (Cyber Armée Iranienne) a attaqué la page d'accueil de Baidu et laissé un message en persan disant que cet acte était une protestation contre les ingérences étrangères dans les problèmes internes iraniens.

Cette attaque ressemble à celle qui avait frappé le mois dernier Twitter, le fournisseur de services de microblogs américain, dont un groupe également du nom de « Iranian Cyber Army » avait revendiqué la responsabilité.

« C'est du jamais vu », a dit de l'incident Li Yanhong, PDG et fondateur de Baidu lors d'un forum organisé par sa société.

Dans un communiqué publié hier, Baidu s'est excusé auprès des internautes chinois pour les désagréments causés par ce piratage.

Baidu a remarqué que les pirates n'avaient pas réussi à pénétrer ses serveurs mais attaqué le bureau d'enregistrement du nom de domaine utilisé par Baidu, qui est situé aux Etats-Unis. « C'est un phénomène nouveau, et qui sonne comme une alarme (pour la sécurité en ligne) », dit-elle.

Vers 7h40 du matin, Baidu a été déconnecté, et n'affichait plus que par moments une image composée du drapeau national iranien, de mots en persan et d'un drapeau israélien déchiré, avec pour résultat la redirection de Baidu vers un site internet situé aux Pays-Bas.

Une capture d'écran apparaissait alors à la place du site défacé, montrant un texte en anglais disant : « Ce site a été piraté par l'Iranian Cyber Army », suivi en dessous d'un texte en persan déclarant la création d'un « Cyber-Iran pour protester contre l'intervention de sites étrangers et israéliens dans nos affaires internes et la diffusion de fausses nouvelles ».

L'ambassade d'Iran à Beijing a rejeté toute spéculation laissant entendre que ce groupe informatique serait lié à son gouvernement mais plutôt que quelqu'un avait causé cette attaque afin de nuire aux relations amicales qui existent entre la Chine et l'Iran.

« Nous n'avons pas la moindre information sur ce groupe », a déclaré Mohammad Ali Ziaei, attaché de presse de l'ambassade d'Iran à Beijing, parlant de l'« Iranian Cyber Army ».

« Il n'appartient certainement pas à notre gouvernement », a-t-il ajouté. « Le piratage informatique est illégal, et nous condamnons cet acte illégal ».

D'après Baidu, les pirates ont attaqué le site en modifiant les entrées du système de noms de domaine (DNS) du domaine Baidu.com après avoir attaqué les serveurs qui hébergent ces entrées.

Pour Liu Siyu, ingénieur chez Rising, une société de sécurité informatique chinoise, n'importe qui, pour peu qu'il ait les compétences nécessaires, peut attaquer un site internet de cette façon et se proclamer « Iranian Cyber Army ».

A la différence d'infiltrer directement Baidu, qui dispose de serveurs puissamment protégés, les experts pensent que ce type d'attaque informatique est chose relativement aisée, parce que le serveur qui héberge les entrées du système de noms de domaine de Baidu est géré par une société américaine située à New York, Register.com, qui héberge d'autres sociétés que Baidu.

Les pirates auraient réussi à pénétrer le compte de Baidu chez Register.com, et obtenu accès aux entrées du système de noms de domaine de Baidu, redirigeant les visiteurs vers un autre serveur, apparamment la même tactique qui avait servi à mettre Twitter hors ligne l'année dernière.

Les données d'enregistrement chez Register.com montrent que Baidu utilise les services de cette société depuis octobre 1999, quand le moteur de recherche a été créé.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Publication de six livres d'un ancien ambassadeur de Chine en France
Excuses de Google aux écrivains chinois
La Taxe carbone critiquée en tant qu' « impérialisme écologique »
La Chine apporte encore plus d'opportunités au monde
Il est important pour les commerçants chinois en France d'observer la loi et de ne pas commettre d'infractions aux règlements
La France commence à envisager sérieusement la réalité chinoise
Le monde 2009 aux yeux des Chinois