100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 29.01.2010 16h49
Fausses couches : le vaccin H1N1 « n'est pas en cause »

Plusieurs femmes enceintes du continent chinois ont fait une fausse couche après avoir reçu une injection du vaccin contre la grippe H1N1, mais ces problèmes ne sont pas liés aux injections elles-mêmes, a déclaré hier le principal responsable de la vaccination de Chine.

Liang Xiaofeng, directeur du centre de vaccination du Centre chinois de Prévention et de Contrôle des Maladies n'a pas donné de détails supplémentaires sur le nombre exact de femmes ayant fait une fausse couche parmi les quelque 10 000 futures mères ayant jusqu'ici choisi de se faire vacciner.

« Le vaccin contre la grippe H1N1 s'est montré de par le monde sûr et efficace pour les femmes enceintes. La recommandation de pratiquer une injection chez elles (les femmes enceintes), qui ont un risque particulièrement élevé de développer des complications pouvant mettre leur vie en jeu si elles contractent le virus, demeure inchangée », a t-il déclaré

La plupart des victimes enregistrées sont des femmes qui étaient enceintes de trois mois ou moins, précise M. Liang.

Environ 15% des grossesses reconnues se terminent en fausses couches, d'après des études. Et plus de 80% des fausses couches interviennent lors des trois premiers mois de grossesse.

« Les fausses couches détectées étaient toutes des coïncidences. En d'autres mots, même sans le vaccin, cela aurait pu arriver », dit M. Liang.

Cependant, quand on pèse le pour et le contre, les femmes enceintes, qui représentent près de 14% du nombre total de décès reporté du fait de la grippe H1N1 sur le continent chinois, devraient mieux continuer à de faire vacciner tant que la pandémie est présente, dit-il.

Mais une large proportion de femmes enceintes seraient encore réticentes à se faire vacciner, et plus encore du fait que la pandémie continue à être à un niveau assez faible ces dernières semaines.

Une future mère pékinoise du nom de Liu, âgée de 31 ans, qui devrait donner le jour à son enfant dans un mois, a ainsi déclaré : « J'ai entendu dire qu'aucun vaccin n'est absolument sans risque, donc j'ai choisi de ne pas me faire vacciner par peur d'effets secondaires, pour ne ne pas causer de dommages à ma santé ainsi qu'à celle de mon bébé ».

A Hong Kong, deux femmes auraient donné naissance à des enfants morts-nés et quatre autres auraient fait un avortement spontané après avoir été vaccinées contre la grippe H1N1 fin décembre.

Les autorités locales disent n'avoir trouvé jusqu'ici aucun lien de cause à effet entre ces incidents et le vaccin.

Mais cela n'a pas empêché de refroidir l'enthousiasme de la population de Hong Kong envers la vaccination, a déclaré le Directeur du Centre de Protection de la Santé, Thomas Tsang Ho-Fai.

Cet « enthousiasme » très relatif des habitants envers le vaccin pourrait bien laisser Hong Kong avec un gros stock de vaccins sur les bras, dit-il.

Sur la partie continentale, à la date de lundi, ce sont plus de 68 millions de personnes qui avaient été vaccinées.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La corruption dans le football dans le collimateur des autorités chinoises
Open d'Australie: Zheng Jie qualifiée pour les demi-finales
Tennis : une défaite au goût de victoire
Qui sont les gagnants dans le jugement de l' « affaire Clearstream »
Beijing, une ville globale
A qui la marque « Cabernet » ?
Les récentes remarques venant des Etats-Unis nuisent aux relations sino-américaines