100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.04.2010 10h08
Franck Serrano : Dans « La ville sensuelle », la technologie doit être au service de l'humain
M. Franck Serrano, directeur du pavillon français pour l'Exposition universelle 2010

Le 21 avril, notre envoyé spécial à Shanghai a eu le plaisir d'interviewer M. Franck Serrano, directeur du pavillon français pour l'Exposition universelle 2010.

Tandis que le Parc des expositions est entré dans sa phase d'essai, à quelques jours seulement de l'inauguration, M. Serrano évoque les défis et le travail qui entourent la participation française à l'événement depuis deux ans. En tant que directeur marketing et communication sur place de la Compagnie Française pour l'Exposition de Shanghai 2010 (COFRES), il peut nous faire part de son expertise sur le pavillon français et l'Expo, ainsi que son attachement à la ville de Shanghai et à son histoire.

Il confie que son équipe a « travaillé très dur pendant deux ans pour construire ce pavillon, concevoir une exposition qui soit attractive pour les visiteurs ». À l'approche du lever de rideau, la tension monte et le temps est à la concentration. « Chaque heure compte, chaque minute aussi, mais nous serons prêts pour le 1er mai », affirme-t-il.

Il est fier du pavillon construit par le grand architecte français Jacques Ferrier et de l'emplacement privilégié qui a été alloué à la France, au bord du fleuve Huangpu. Comme il le souligne, ce bâtiment majestueux et haut de vingt mètres est résolument vert, grâce aux jardins qui recouvrent le toit et s'étirent verticalement jusqu'à l'espace réservé à l'attente des visiteurs. Selon lui, l'importance donnée au végétal et à l'eau reflète une volonté de s'accorder à la culture chinoise, un clin d'œil notamment aux jardins de lettrés du Jiangnan. « L'art des jardins en Chine et en France est différent pourtant similaire, le plaisir qu'on en retire est cependant le même ».

Sur le thème français « La ville sensuelle », validé personnellement par le président Nicolas Sarkozy, il explique que « ce que nous voulons mettre à l'honneur, c'est la perception par les cinq sens de l'environnement urbain, puisqu'une meilleure ville pour une meilleure vie, c'est une ville qui est plus proche de ce qu'est l'Homme, qui prend en compte la perception sensorielle de ses habitants. L'idée de la ville sensuelle, c'est de ne pas seulement mettre en avant la dimension technologique, et il y a bien sûr des aspects très technologiques dans le pavillon, mais aussi toujours rappeler que la technologie doit être au service de l'humain ».
L'appel d'offres pour la conception du pavillon a attiré quarante-neuf candidats, mais c'est le plan de Jacques Ferrier qui a le plus séduit. La construction a présenté de nombreux défis, en raison notamment de l'influence différente accordée à l'architecte en France et en Chine, mais au final, selon M. Serrano, « au vu des commentaires et de ma propre appréciation, je pense que c'est une réussite d'une collaboration franco-chinoise ».

Le pavillon de la France permettra aux visiteurs d'admirer sept œuvres du Musée d'Orsay, déplacées pour la première fois ensemble et pour une si longue période. Interrogé sur le défi représenté par cet ambitieux projet, il affirme qu'il y a « toujours des difficultés quand on veut faire quelque chose d'exceptionnel. Mais l'important est que dans quelques jours, ces trésors seront là, à la portée de vue de nombreux visiteurs. Je pense que leur présence est très attendue. La présence de ces sept œuvres est exceptionnelle. Ce sont des œuvres majeures qui sont des trésors nationaux. Cela reflète l'importance de la dimension culturelle dans les échanges entre les peuples, les individus et les pays ».

Féru d'histoire, il souligne que « la France a été l'un des principaux soutiens de la candidature de Shanghai en 2002, elle a très tôt pris conscience de l'impact historique de l'Exposition universelle de Shanghai. Par son histoire, la France est très liée à l'histoire des expositions universelles, Paris étant la ville qui en a accueilli le plus. L'exposition universelle est un événement qui est né pour rapprocher les peuples et les cultures, dans une orientation au départ qui est celle de la Révolution industrielle ».

L'année 2010 marquera une période charnière pour l'Expo, organisée pour la première fois dans un pays en développement, à présent que l'héritage de la Révolution industrielle est remis en question. « Nous en connaissons les effets bénéfiques pour les humains, mais néfastes pour l'environnement. Les historiens ont coutume de dire que le XXe siècle en Europe a débuté en 1914 avec la Première Guerre mondiale, on peut dire à présent que le XXIe siècle commence non pas avec une guerre mais avec un événement pacifique, qui est l'exposition universelle ».

Il note bien sûr les nombreux changements de la ville, qu'il qualifie de « transformation accélérée et améliorée », et fait part de sa surprise quant à l'ampleur des réalisations accomplies en matière de trafic et de développement des transports publics. « La ville s'est embellie, le Bund est magnifique. […] L'exposition universelle a permis de reprendre des projets qui existaient déjà depuis les années trente dans l'urbanisation de Shanghai, et de les élever à un niveau de qualité jamais rencontré ».

À propos de l'organisation chinoise de l'événement, il se dit impressionné et très satisfait. « Les organisateurs et le Bureau de coordination de l'Exposition universelle ont réalisé un travail absolument exceptionnel, vu l'étendue du Parc des expositions, et le degré de participation. […]Nous avons eu des interlocuteurs impeccables qui répondent à nos interrogations et anticipent les problèmes que nous pouvons rencontrer. Ce qui me frappe à titre personnel c'est la jeunesse de nos interlocuteurs, qui ont à gérer un projet d'une très grande complexité. Je me dis que ce sera pour le futur une arme considérable pour la Chine d'avoir des jeunes gens de 20 à 30 ans qui ont déjà cette expérience hors norme, et qui vont très certainement la mettre au service de la Chine ».

Enfin, il invite le public, en français et en chinois, à se rendre à l'Expo et à venir dans le pavillon de la France. « Nous avons tout fait pour donner aux visiteurs une petite part de rêve ; il y a des choses plus intellectuelles, d'autres plus technologiques. Ce que nous voulons véhiculer avant tout c'est de l'émotion, leur montrer de façon très directe ce qu'est la France qu'ils aiment déjà et leur donner des raisons de l'aimer encore plus ».

Expo 2010 de Shanghai

[1] [2] [3]

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Séisme au Qinghai : le bilan s'alourdit à 2 220 morts
Séisme au Qinghai : le dernier bilan est de 2 183 morts
Séisme à Yushu : la presse occidentale s'intéresse tout particulièrement aux relations entre Tibétains et Hans dans la région sinistrée
L'heure est venue pour une nouvelle approche de la stabilité sociale
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe
Séisme à Yushu : accorder la priorité à la vie humaine et assurer les besoins essentiels de la population locale
Les sept raisons pour exprimer nos remerciements à la Chine