100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 28.04.2010 11h01
Contrôle des villageois dans le cadre du dispositif de sécurité en banlieue de Beijing

Les résidents de 16 villages dans le district de Daxing (Beijing) doivent désormais présenter leur carte d'identité ou leur permis de résidence temporaire pour entrer et sortir des villages, le district essayant d'améliorer les conditions de sécurité dans les banlieues où résident beaucoup de travailleurs migrants.

L'administration du district a organisé une conférence dimanche dernier pour promouvoir un système de contrôle renforcé des villages.

Des murs délimitant les communes ont été érigés, des caméras de surveillance ont été installées, les travailleurs migrants sont désormais enregistrés et pour la première fois à Beijing la police va patrouiller régulièrement le secteur.

Le district de Daxing a commencé des essais en matière du renforcement de sécurité en janvier dans 16 villages du canton de Xihongmen, en dépensant notamment 130 millions de yuans (19 millions de dollars) sur la construction des murs dans les villages, a rapporté lundi le journal Beijing Youth Daily. Le district prévoit d'étendre ce système à tous les villages avant juin.

Wang Yuxiang, un agent de police basé dans le village de Dabailou, qui fait partie de ce plan, a indiqué lundi que les 16 villages sont dispersés dans des régions éloignées, à l'extérieur du sixième périphérique, et des travailleurs migrants possédant le hukou local y résident.

Il a indiqué que 80% de délits dans le district de Daxing se sont produits dans ces zones rurales, où les travailleurs migrants représentent 80% de la population.

Gao Changwen, un agent de police du village de Laosayu, un autre des ces 16 villages, a déclaré que plus de 3 000 travailleurs migrants vivent dans le village et que 1 400 personnes ont demandé un permis d'entrée.

Un gardien de sécurité du village de Dabailou surnommé Feng, a indiqué que la porte est ouverte tous les jours de 6 heures à 23 heures et qu'un permis est exigé pour chaque personne et les véhicules qui veulent accéder au village.

Beaucoup de résidents locaux soutiennent cette politique du village, qui possède également une patrouille de police, qui fonctionne 24 heures sur 24.

Un résident de Dabailou, nommé Wang, a déclaré: «Je vis ici depuis ma naissance. Cette politique contribuera sûrement à améliorer la sécurité dans le village».

Zhao Hongfeng, un autre résident du village qui gère un magasin de tabac, considère que cette politique a peu d'impact sur les villageois, car ils connaissent toutes les personnes, qui sont aux points de contrôle.

Toutefois, les travailleurs migrants, qui résident dans ces villages ont exprimé leur mécontentement par cette politique, certains d'entre eux affirmant même qu'ils se sentent victimes de discrimination justement parce qu'ils sont des travailleurs migrants.

Yang Yuqing, âgé 41 ans, dirige un petit restaurant dans le village de Laosanyu. « Je viens du Hubei et je suis ici depuis 10 ans. Ici, c'est comme ma deuxième ville natale, et à cause de ces nouvelles mesures je me sens victime de discrimination », témoigne-t-il.

« Depuis que les nouvelles mesures ont été lancées, l'activité commerciale de mon restaurant a également baissé de 30%. »

Un marchand ambulant, surnommé Yao, a déclaré: «Nous sommes vraiment dévoués à Beijing: nous payons pour la maison que nous louons et la terre que nous cultivons. Mais ce qu'ils font maintenant me donne envie de m'installer dans un autre village ou carrément de rentrer chez moi ».

Une fonctionnaire du gouvernement du canton de Xihongmen, surnommée Yang, dénie la présence d'une discrimination.

«Notre but, c'est d'améliorer le contrôle du flux des travailleurs migrants et garantir la sécurité publique », a-t-elle indiqué.

« Nous n'avons pas de préjugés à leur encontre. Depuis mars, le nombre de délits a baissé de 45% selon la police de la région et les rues sont devenues beaucoup plus propres ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
la ligne ferroviaire à grande vitesse Fujian-Xiamen
Séisme au Qinghai : le bilan s'alourdit à 2 220 morts
L'augmentation du droit de vote de la Chine à la BM revêt plutôt une importance symbolique
Serait-il trop tard pour s'implanter sur le marché chinois?
Séisme à Yushu : la presse occidentale s'intéresse tout particulièrement aux relations entre Tibétains et Hans dans la région sinistrée
L'heure est venue pour une nouvelle approche de la stabilité sociale
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe