100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 29.04.2010 09h20
Fin d'un long différend sur la propriété de la marque Vogue

Le différend sur une marque de fabrique entre le studio de mariage Vogue Classics de renom à Shenyang de la province chinoise du Liaoning (nord-est) et le magazine Vogue, après avoir duré dix ans, a récemment pris fin avec l'approbation de l'enregistrement de la marque de celui-là par le Bureau des marques de commerce de l'Administration nationale de l'Industrie et du Commerce de Chine.

Un responsable du studio de mariage Vogue Classics a relaté le 27 avril l'histoire complète à un journaliste.

Selon lui, en 1997, le studio de mariage a fait une demande auprès du Bureau des marques de commerce de l'Administration nationale de l'Industrie et du Commerce de Chine pour déposer la marque Vogue Classics et son site internet, en combinant les termes « Shishang (vogue) » et « Jingdian (classic) », traduits à l'aide d'un dictionnaire depuis Vogue Classics en anglais. Cependant, l'annonce pour l'approbation de la demande après le premier examen par le Bureau de marques de commerce a donné lieu à une objection de Condé Nast, détenteur de la marque du magazine Vogue.

Dans le document d'objection soumis par Vogue au Bureau des marques de commerce de Chine, le magazine affirme que, créé en 1892, il est déjà devenu un magazine de mode célèbre dans le monde entier, et édité dans quinze pays.

Selon le document d'objection, Vogue est habituellement considéré par les consommateurs sur le territoire chinois comme synonyme de « mode », tandis qu'au niveau de la prononciation, Vogue est semblable à la partie principale de Vogue Classics et que « Classics » occupe une place secondaire dans la marque. Le studio de mariage en donne une image frappante en mettant l'accent sur le terme « Vogue », prétend le document d'objection. Le magazine estime que le studio de mariage le copie en utilisant sa marque.

Selon le studio de mariage, Vogue est un vocable du langage courant en anglais, largement utilisé dans la vie quotidienne. Ce mot est aussi emprunté par le magazine Vogue, sans que celui puisse s'approprier un terme de la civilisation humaine. La marque du studio de mariage est une marque de service, tandis que celle du magazine désigne un produit, les deux n'étant ainsi pas en conflit selon le studio de mariage.

Le 22 avril, après dix ans d'efforts, le studio de mariage a enfin reçu la décision du Bureau des marques de commerce de l'Administration nationale de l'Industrie et du Commerce de Chine, qui juge que l'objection présentée par le magazine Vogue n'est pas recevable. Le Bureau a vérifié et approuvé l'enregistrement de la marque Vogue Classics.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Hu Jintao appelle à faire rayonner l'esprit de "travailleur modèle"
la ligne ferroviaire à grande vitesse Fujian-Xiamen
L'augmentation du droit de vote de la Chine à la BM revêt plutôt une importance symbolique
Serait-il trop tard pour s'implanter sur le marché chinois?
Séisme à Yushu : la presse occidentale s'intéresse tout particulièrement aux relations entre Tibétains et Hans dans la région sinistrée
L'heure est venue pour une nouvelle approche de la stabilité sociale
Séisme à Yushu : trois grandes difficultés à surmonter pour pouvoir vaincre le catastrophe