100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 06.05.2010 11h21
Pour les SWAT chinois, une balle contre une vie

Des centaines de tireurs d'élite de la police chinoise sont en alerte à Beijing 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Sans jours de repos lors des congés nationaux ou des jours spéciaux, leur but est d'offrir la meilleure protection possible à la capitale.

L'équipe de tireurs d'élite de la police de Beijing, qui fait partie des SWAT (Special Weapons And Tactics, unité de police spécialisée dans les opérations para-militaires) chinois a été fondée en 2006. Jusqu'à ce jour, 330 policiers se sont enrôlés dans l'équipe.

Lu Xuehai, Chef du service d'entrainement de l'équipe des tireurs d'élite, dit que ce dont ils ont vraiment besoin, c'est de repos.

« Prenez les congés nationaux, par exemple. Quand tout le monde se repose ou se réunit en famille, nous devons être présents », a t-il déclaré à METRO mercredi, expliquant que davantage de policiers sont nécessaires durant les vacances ou les grands évènements.

« Et même quand vous êtes en repos, vous ne savez jamais quand vous serez rappelé, parce qu'un incident, ça peut toujours arriver », dit-il, ajoutant que c'est exactement la raison pour laquelle la plupart des tireurs de son équipe sont célibataires.

Quand un incident survient, une équipe de secours aux otages, composée de quatre membres dont un tireur, un tireur assistant et un négociateur de la police, est envoyée sur les lieux au plus vite.

Ainsi, à peine cinq minutes après avoir été avertis qu'un homme avait enlevé une fillette de cinq ans lundi, un tireur et son équipe sont-ils arrivés rue Caiyuan, dans le District de Xuanwu.

L'enlèvement a eu lieu à 11h20 du matin, et le forcené a été tué par un tir direct sur le côté gauche du visage à 12h11, après avoir refusé de répondre aux objurgations de la police. La petite fille a déjà quitté l'hôpital et serait dans un état stable, après avoir reçu neuf points de suture au cou.

Le preneur d'otage, un home âgé de 24 ans originaire de la Province du Shaanxi, avait enlevé la fillette dans la rue, armé d'un couteau de 10 cm, après que son amie en ligne ait refusé de le rencontrer dans la vie réelle. Il avait demandé au père de l'enfant d'appeler la police et de l'aider à localiser cette amie en ligne.

Liu Xuefeng, le responsable des opérations de secours sur cette affaire, a rappelé que l'homme était alors instable, menaçait de faire du mal à la fillette s'il n'était pas en mesure de rencontrer son amie avant midi.

D'après M. Liu, deux plans avaient été initialement envisagés. Cependant, dans la crainte que l'enfant ou des badauds puissent être éventuellement touchés si le tireur avait tiré d'une autre direction, la police a finalement décidé d'opérer un tir de face.

Le tireur, dont le nom doit rester secret, a accepté de recvoir un soutien psychologique après sa mission, un volet important dans le maintien d'une attitude psychologique stable et calme.

Wu Tao, Directeur adjoint de l' équipe des SWAT a déclaré : « Le seul critère en matière de tir est de tuer le criminel avec une seule balle. Ils doivent prendre une vie pour en sauver une autre ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Wen Jiabao appelle les jeunes à "avoir les pieds sur terre"
Le président chinois encourage les étudiants à contribuer à la modernisation
La faible émission de carbone devient un nouveau moteur de la création d'emplois
Pourquoi les nouveaux riches de Chine sont aussi détestables
John Hennessy : il faut à la Chine au moins vingt ans pour pouvoir établir des universités de classe mondiale
Pour que notre monde devienne meilleur (éditorial)
De précieux hôtes venus d'Europe