100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 26.05.2010 10h59
La nécessité de reprendre la pratique des examens prénuptiaux selon les experts

Les examens médicaux obligatoires pour les couples fiancés ne doivent pas être annulés en Chine, et le système de sécurité sociale doit être renforcé pour empêcher l'augmentation du nombre d'enfants abandonnés, dont beaucoup ont des handicaps physiques, ont indiqué les experts.

Bien que le nombre exact d'enfants abandonnés à Guangzhou ne soit pas connu, le nombre d'enfants dans le Centre d'accueil et de protection sociale pour enfants dans cette ville méridionale est l'un des plus importants en Chine. Et il continue à augmenter, a indiqué le président du centre Xu Jiu.

La majorité des enfants de ce centre ont été abandonnés lorsqu'ils étaient encore bébés. Certains d'entre eux étaient des enfants vagabonds, envoyés par les centres d'aide sociale.

Le centre d'accueil et de protection sociale pour enfants s'occupe maintenant de 1 900 enfants.

Quelques 900 d'entre eux vivent dans des familles d'accueil qui reçoivent une allocation du gouvernement à titre de pension alimentaire.

Jusqu'à 98% des enfants du centre d'accueil ont des malformations de naissance, et beaucoup d'entre eux ont des graves problèmes de santé.

La majorité des bébés abandonnés ont été amenés à Guangzhou, où existent des grands hôpitaux pour les soigner. Ils arrivent des autres villes et villages, abandonnés par leurs parents qui ne pouvaient pas payer les factures médicales trop élevées.

L'augmentation du nombre d'enfants abandonnés est liée à l'annulation de l'examen médical avant le mariage, selon Xu.

Plusieurs autres facteurs seraient également à l'origine de cette tendance: les malformations congénitales, la discrimination contre les filles, surtout dans les régions les plus éloignées et les plus pauvres et les naissances extra-maritales, en particulier chez les jeunes parents, a indiqué Zeng Jinhua, directeur du Centre de recherche et de développement des enfants et des jeunes du Guangdong.

Xu et Zeng considèrent que pour arrêter l'augmentation du nombre des bébés abandonnés, la pratique des examens médicaux prénuptiaux obligatoires doit reprendre avec le soutien financier du gouvernement pour assurer la santé des bébés.

Les départements concernés doivent mettre en place des institutions spéciales pour assurer ces contrôles ou de subventionner les hôpitaux existants pour faire ces examens, a suggéré Zeng.

Les examens à domicile doivent être effectués dans un certain nombre de cas, a-t-il dit.

Xu a suggéré que le gouvernement devrait augmenter le financement pour les tests de grossesse. La meilleure solution, ce serait de les faire gratuitement, a-t-il indiqué.

Le nombre de couples qui subissent des examens médicaux avant le mariage a diminué considérablement depuis que l'examen prénuptial obligatoire a été annulé en 2003 en Chine.

Le nombre de personnes qui passent ces examens reste peu important, bien que certaines villes ont par la suite commencé à proposer de passer ces examens gratuitement.

Xu a également appelé le gouvernement à accroître le soutien aux familles ayant des bébés avec des malformations congénitales graves pour les empêcher d'abandonner leurs bébés.

Par exemple, le traitement d'un enfant atteint d'une maladie cardiaque grave dans le Centre de protection sociale pour enfants de Guangzhou coûte 300 000 yuans (43 926 dollars), ce qui n'est pas du tout à la portée des familles pauvres.

Après qu'un garçon de 3 ans, atteint de complications graves après la grippe H1N1, a été retrouvé mort et abandonné à Guangzhou en décembre dernier, le porte-parole du Bureau de la santé de Guangzhou a déclaré qu'on a besoin de faire plus d'efforts pour aider les patients économiquement défavorisés, et en particulier ceux qui arrivent des campagnes.

Le gouvernement de la municipalité de Guangzhou a mis des fonds de côté l'an dernier pour aider les hôpitaux à soigner les patients les plus pauvres qui arrivent à Guangzhou de l'extérieur, mais le maximum d'aide qu'un patient pouvait obtenir, c'était 7 000 yuans, a-t-il indiqué.

« Une meilleure sécurité sociale devrait également aider à changer la longue tradition familiale, où l'on s'appuie sur les garçons pour nourrir la famille », a indiqué Zeng.

« Cela pourrait aider à mettre fin à la discrimination entre les sexes ».

Le nombre de cas d'abandon des bébés nés hors mariage a augmenté en raison de l'augmentation de la cohabitation des conjoints sans qu'ils se marient et l'augmentation du nombre de rapports sexuels extraconjugaux des travailleurs migrants, qui restent loin de leurs familles pendant de longues périodes de temps.

Le sexe avant le mariage, avec des relations sexuelles non protégées, c'est une pratique très courante chez ceux, qui sont nés au cours des trois dernières décennies en Chine.

C'est très important d'informer les gens sur les rapports sexuels protégés et leur expliquer comment utiliser un préservatif, a-t-il conclu.



Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine approuve le Plan Régional pour le Delta du Fleuve Yangtsé
Chine : au moins 32 morts dans un accident de la route au Liaoning
Chute brutale de l'euro : la Chine continuera-t-elle à racheter les dettes publiques européennes ?
Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique
Désillusion du cinéma chinois à Cannes
La classe moyenne a besoin de reformes pour son développement
Chine : première lourde condamnation à l'encontre d'un corrupteur