100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 16.07.2010 17h07
Grève des ouvriers d'une usine japonaise dans le Guangdong

Une centaine d'ouvriers d'une usine japonaise frabriquant des composants automobiles continuait leur grève jeudi 15 juillet dans la province du Guangdong. Ils demandent une augmentation de salaire et l'amélioration des conditions de vie.

Les grévistes se sont rassemblés jeudi midi dans l'usine japonaise d'Atsumitec Auto Parts (Foshan) Co. Ltd à Foshan, dans la province du Guangdong. Ils ont tenté de faire accepter par la direction de l'usine leurs demandes d'augmentation du salaire mensuel de 700 yuans (103 dollars) y compris pour les moins payés et le versement d'une prime pour améliorer leurs conditions de vie.

Le rassemblement pacifique a demeuré environ une heure, sans incident, ont indiqué des fonctionnaires locaux.

Les ouvriers ont aussi demandé la démission de deux cadres de l'usine qui avaient menacé à renvoyer les grévistes au début de la grève lundi 12 juillet.

Cao Ruikui, un ouvrier d'une chaîne d'assemblage, a fait savoir qu'avec ses collègues, ils n'étaient payés que 900 yuans par mois s'ils n'acceptaient pas de faire des heures supplémentaires, tandis que les ouvriers de l'usine voisine de Toyota gagnaient plus de 2 000 yuans par mois.

L'usine a envoyé jeudi matin deux cadres discuter avec quelque vingt représentants des ouvriers mais la négociation n'a duré qu'une dizaine de minutes sans aboutir à aucun résultat positif, indique Zhong Weiwen, un fonctionnaire du comité local du Parti communiste chinois.

Les deux représentants de l'usine, selon Cao Ruikui, se sont comportés très mal pendant cette courte rencontre et ont menacé de remplacer les ouvriers en grève par de nouveaux.

Mercredi, la direction de l'usine a déclaré qu'elle allait renvoyer 95 grévistes et a demandé à ces derniers de quitter leur dortoir dans l'usine. Des cadres ont fait entendre que ce dortoir serait fermé jeudi et que l'usine recruterait 30 nouveaux ouvriers.

Jeudi soir, pourtant, la direction de l'usine n'avait pas mis ses menaces à exécution.

L'usine, situé dans le bourg de Shishan du district de Nanhai, appartient à la société japonaise Atsumitec Co. Ltd. Elle emploie 200 personnes et fabrique des pièces détachées pour Honda Motor Co. Ltd. et d'autres entreprises.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine s'oppose fermement aux activités des armées étrangères au large des côtes chinoises
Corruption : la justice chinoise a récupéré 4,62 milliards de dollars depuis 2005
L'unité et la solidarité vues à travers la Coupe du Monde
Nicolas Sarkozy se sert aussi du « microblog »
Pour que le football soit toujours exposé au soleil !
Quel genre d'esprit national faut-il à la Chine contemporaine ?
Respecter les règles du jeu de l'amour