100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 02.08.2010 16h45
Tibet : un million de paysans et bergers bénéficient du système de santé des zones agricoles et d'élevage
Le 16 mars 2009 : la doyenne du Tibet, Amaiciren, âgée de 118 ans, avec ses arrière-petites-filles.

La région autonome du Tibet, appelée « plateau enneigé », était considérée, à cause du grand froid et du manque d'oxygène, comme la zone la plus inappropriée à l'habitat humain. Cependant, grâce à l'amélioration du niveau de vie et des conditions sanitaires, notamment au système de santé des zones agricoles et d'élevage basé sur les soins gratuits, pratiqué depuis quelques années dans toute la région autonome, l'espérance de vie de la population tibétaine est passée de 35,5 ans avant 1959 à 67 ans aujourd'hui. Le nombre de centenaires a également augmenté.

« L'accroissement rapide de la population tibétaine et l'allongement de l'espérance de vie sont dus au développement économique et à l'amélioration constante des conditions de santé », déclare Deji, vice-président de la région autonome.

Depuis juillet 2003, le Tibet applique, conformément à la décision du gouvernement central, un système de santé basé sur la gratuité des soins. Ce mécanisme en amélioration continue a profité à un million de paysans et bergers.

Cirenduoji, âgé de 78 ans, originaire du canton de Bangdui, s'est fait opéré en juillet de la cataracte à l'hôpital de la médecine tibétaine. Les frais de 348 yuans ont immédiatement été remboursés à sa sortie. Même le cristallin introduit dans l'oeil était offert par l'hôpital. « Je n'avais jamais imaginé ne payer que dix yuans pour revoir la clarté du jour », confie Cirenduoji.

80 % des 2,80 millions d'habitants du Tibet vivent dans des zones agricoles et d'élevage où les conditions sanitaires sont médiocres. Depuis 1959, l'État a alloué au total 1,8 milliard de yuans dans le secteur de la santé au Tibet. Actuellement, tous les districts sont équipés d'ambulances, les établissements sanitaires au niveau du district et du canton sont dotés d'équipements de base, et les centres médicaux dans les villages possèdent le matériel médical nécessaire.

Grâce au système de santé des zones agricoles et d'élevage, de plus en plus de femmes choisissent d'accoucher à l'hôpital, et le taux de mortalité en couches a considérablement baissé, selon Wang Jianpeng, directeur du service de la santé de base et de la protection de la santé maternelle et infantile du département sanitaire du Tibet.

À présent, le taux de mortalité des femmes enceintes et en couches et le taux de mortalité infantile sont tombés respectivement à 2,55 ‰ et 27,1 ‰. 43,26 % des femmes enceintes accouchent à l'hôpital.

Par ailleurs, le Tibet a renforcé la formation du personnel médical dans les zones agricoles et d'élevage. Il y a environ 3,29 soignants par millier d'habitants.

L'amélioration des conditions de santé et l'allongement de l'espérance de vie ont contribué à l'accroissement de la population. Le nombre total d'habitants est passé de 1,228 million en 1959 à 2,87 millions en 2008. Parmi eux, plus de 95 % appartiennent à l'ethnie tibétaine ou à d'autres ethnies minoritaires.


Le 13 juin 2006 : un grand-père et sa petite-fille dans le bourg de Naqu, dans le nord du Tibet.
Le 9 avril 2007, un nouveau-né passe un examen médical dans l'hôpital du peuple de Dazi à Lhassa.

Source: China.org.cn

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine a fourni une assistance humanitaire de dix millions de yuans au Pakistan
La Chine n'a jamais aspiré intentionnellement à la balance commerciale favorable
Un expert regarde la Chine de l'extérieur
Les facteurs non économiques du taux élevé de la mortalité maternelle en Afrique
Sûre de son bon droit, la Chine doit insister pour que l'OMC prenne en compte ses réclamations
La Chine est-elle prête à devenir une grande puissance en matière d'investissement ?
Chine : éventuelle hausse des prix des céréales due à leurs achats par des capitaux étrangers