100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 03.08.2010 16h23
Les Chinois riches possèdent 200 avions privés en dépit des interdictions

Près de 200 avions privés sont entre les mains des milliardaires chinois, et cela bien que l'espace aérien national à basse altitude ne soit pas ouvert et que la plupart des vols privés soient considérés comme illégaux, a rapporté mardi le Guangzhou Daily.

A l'heure actuelle, les vols à basse altitude sont sous le strict contrôle de l'Administration de l'Aviation Civile et de l'Armée de l'Air, et toute demande pour un vol à basse altitude doit passer par un processus d'autorisation long et complexe, qui implique ordinairement plusieurs services gouvernementaux.

Les Chinois riches, qui ont fini par se lasser de conduire des voitures de luxe, se tournent désormais vers la possession d'avions privés. Mais la complexité du processus d'autorisation pour le moindre vol les pousse à violer de manière délibérée les réglementations actuelles, puis de payer une amende qui, en regard de leur fortune, est de toute façon dérisoire.

« Je possède déjà mes propres avions, alors qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? » dit ainsi Xu Weijie, propriétaire de onze avions privés. « La loi chinoise ne régit que les avions publics et militaires, et il n'y a aucune règle spécifique concernant les avions privés », dit-il.

M. Xu a été pris en train de voler illégalement au-dessus de sa ville natale, à Wenzhou, dans la province du Zhejiang, dans l'Est du pays, le 23 avril de cette année. Son avion a été confisqué temporairement par l'administration locale de l'aviation civile et il a reçu une amende de 29 000 Yuans (4 300 Dollars US).

Ce commerçant de Wenzhou, âgé de 33 ans, s'intéresse depuis longtemps aux avions. Il a adhéré à un groupe de modélisme aérien de Wenzhou en 1993, alors qu'il était au lycée. En décembre 2005, alors qu'il n'avait que 27 ans, il a organisé un salon de promotion d'avions privés à Wenzhou, où 22 sociétés privées ont chacune signé un engagement d'achat pour un avion.

Peu après le salon, il a constitué un club de vol et invité de nombreux commerçants de Wenzhou à le rejoindre. Il a également ouvert un magasin de vente d'avions privés à Hangzhou et construit une usine de fabrication d'avions à Xi'an.

« Je ne pensais pas gagner de l'argent avec des avions privés », a-t-il dit, ajoutant qu'un avion n'est qu'un intérêt pour lui, en même temps que c'est un moyen de se faire des relations.

M. Xu dit que son club compte déjà plus de 10 000 membres, et qu'il a fait la connaissance de nombreuses personnes célèbres en s'amusant à faire voler un avion.

Le Guangzhou Daily dit qu'il y a actuellement deux sortes de propriétaires d'avions privés : ceux qui se déclarent à chaque fois aux services de l'aviation avant de décoller, et ceux qui ne le font pas et volent illégalement.

Du fait de la complexité du processus d'autorisation, la plupart des propriétaires font comme M. Xu, ils choisissent de ne pas faire de déclaration.

Mais ces vols illégaux causent beaucoup de problèmes à l'industrie chinoise de l'aviation. Ainsi, en avril de cette année, le vol illégal effectué par M. Xu au-dessus d'une résidence de tourisme dans le Zhejiang a causé des retards à de nombreux vols des aéroports de Pudong et Hongqiao à Shanghai et a même contraint certains avions à atterrir sur d'autres aéroports.

Et le 7 juillet dernier, près de vingt vols ont été retardés à l'Aéroport International Xiaoshan de Hangzhou à cause d'un objet volant non identifié, ou OVNI. Une équipe d'experts s'est rendue à Hangzhou pour enquêter sur l'affaire, et s'est rendue compte que cet « OVNI » n'était en fait pas autre chose qu'un avion privé qui ne s'était pas déclaré aux services de l'aviation avant de décoller.

Jin Qiansheng, directeur du Comité de Gestion de la Base Industrielle Nationale de l'Aviation Hi-Tech de Yanliang, à Xi'an, dit que la Chine devrait ouvrir son espace aérien à basse altitude d'ici deux à trois ans, et après cela, l'industrie chinoise de l'aviation privée prendra un essor remarquable.

La base industrielle de Yanliang a reçu l'accord du régulateur national de l'aviation l'année dernière, pour être le seul endroit de Chine destiné au vol privé, et elle compte à présent six zones de vol pour avions privés, d'une superficie totale de 300 km carrés.

Les experts appellent à davantage de textes de loi, car l'industrie chinoise de l'aviation privée est en forte croissance, en dépit de l'interdiction des vols à basse altitude.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
vu les videos faites ce jour la en chine aux alentours de l'aéroport, cela n'a rien a voir...
"le 7 juillet dernier, près de vingt vols ont été retardés à l'Aéroport International...
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Chine : Jia Qinglin appelle les habitants du Xinjiang à lutter contre l'extrémisme, le séparatisme et le terrorisme
Li Keqiang demande la mise en oeuvre du plan de construction de logements abordables
Il faut arrêter les propos disant que l'environnement d'investissement en Chine empire
Instituts Confucius : pourquoi faire tant d'histoires ?
Les travailleurs chinois à l'étranger rencontrent trois difficultés dans la défense de leurs droits et intérêts légitimes
L'appartenance de la Chine au pays en voie de développement ne doit pas être ignorée ni démenti
Le pays qui pense « promouvoir ses relations publiques » est obligé de s'infliger de durs exercices pour améliorer ses qualités naturelles