100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 09.08.2010 15h43
Un étranger incarcéré en Chine : ce que je vois est complètement différent de ce que j'ai entendu dire

Le « Quotidien de la Zone économique de Shenzhen » rapporte que Mike, âgé de 35 ans, qui a enfreint la loi chinoise, a été arrêté en octobre dernier et a été écroué à la troisième Maison de détention de la ville de Shenzhen.

Au début, on l'a placé en détention provisoire et un jour on lui a dit qu'il sera transféré dans une maison d'arrêt où il sera détenu. En entendant cela, il a été obsédé par la crainte et la frayeur et se demandait : « Serais-je battu ? Est-ce qu'on me donnera quelque chose à manger ? Les soins médicaux seront-ils assurés ? Ets-ce qu'on me traitera sur le même pied d'égalité avec les autres prisonniers ? »

Une fois enfermé dans la Maison d'arrêt, Mike a été en proie à une vive inquiétude. C'est alors qu'un surveillant est venu s'entretenir avec lui et lui a présenté les règles de contrôle appliquées dans la maison de détention. Il lui a dit qu'il lui faut réajuster son état mental, qu'il doit considérer son état social à zéro, que la loi chinoise préconise l'égalité de tous et que toutes les demandes rationnelles et raisonnables des détenus seront satisfaites. Ce genre de conversation entre gardien et détenu a deux fois par jours et elle portait sur la santé psychologique de ce dernier, sur sa nourriture et sur son train-train quotidien. Un surveillant lui a demandé une fois : « Quel est ton niveau d'instruction ? ». Cette question a vraiment étonné Mike qui pensait alors dans son for intérieur : « Dans mon pays, lorsqu'on est enfermé dans une prison, les gardiens ne posent jamais des questions en plus, et surtout pas des questions personnelles qui n'ont rien à voir avec le cas. »

Les codétenus de Mike lui procurent de l'aide et lui ont dit comment faire pour s'adapter petit à petit à l'horaire de la maison d'arrêt. Une dizaine de jours plus tard, il comprend enfin que la maison de détention en Chine est complètement différente de ce qu'il a imaginé. A cet effet, il a écrit tout spécialement un article sur cela, dont le titre c'est « Le temps que j'ai passé à la troisième Maison de détention ». Dans cet article, il a parlé de ses nouvelles connaissances sur les droits de l'homme en Chine ainsi que de ses explorations sur la différence entre prisons chinoises et prisons de son pays. Il est écrit dans son article : Pour ce qui est des droits de l'homme, il n'y a pas de par le monde des critères unifiés. Quant à la prison chinoise, elle respecte réellement les droits et les intérêts des détenus, cr sui est vraiment digne d'éloges ! ».

Le 24 décembre dernier, la maison d'arrêt a organisé une soirée de Noël et certains détenus se sont déguisés en Père Noël pour distribuer des cadeaux aux autres détenus.

Dans la même geôle, il se peut qu'il soit enfermé plusieurs détenus parlant respectivement le chinois, l'anglais, le vietnamien ou bien l'hindou. Apprenant les uns auprès des autres, avec le temps, ils se comprennent et peuvent même échanger leurs idées avec des mots et des phrases simples.

Quant à Mike, il se comporte en âme indulgent, charitable et bienfaisant et est toujours prêt à aider les nouveaux venus à dissiper leur sentiment de crainte, d'anxiété et d'inquiétude, à prendre l'initiative de régler les démêlés entre codétenus et même à dépenser de l'argent pour acheter des articles d'usage courant qu'il offre à des codétenus africains ou vietnamiens qui n'ont pas de l'argent. Apercevant que certains Indiens ont des exigences toutes particulières pour la nourriture, les gardiens montrent du respect envers leur croyance religieuse et la cuisine de la maison de détention a établi un menu spécial à leur égard et chaque mois, on va à leur ambassade pour connaître l'horaire de la prière, lequel est communiqué aux détenus en question. D'après Mike, on fait tout à la maison d'arrêt pour assurer l'équilibre entre contrôle sévère et rigoureux et sollicitude humanitaire et affectueuse.

Pendant le week-end, les détenus peuvent voir la chaîne en anglais de la CCTV (Télévision centrale chinoise). Pendant la récréation, ils peuvent aller dans la cour pour jouer du ping-pong ou bien se rendre dans la bibliothèque pour lire les livres qui les intéressent. Les parents et proches de Mike se soucient beaucoup de son sort dans la maison d'arrêt chinoise et pour les tranquilliser il leur raconte toujours des rigolades dans les lettres qu'il leur écrit.

Ce qui satisfait le plus Mike, c'est que dans sa geôle où une dizaine de détenus partagent le même petit espace, tout le monde vit en bonne entente et parfaite harmonie. C'est par la suite qu'il a compris que cela est dû à la philosophie traditionnelle de Confucius « Respect et amour envers autrui, traiter tout le monde sur le même pied d'égalité et se comporter ainsi avec persévérance. », laquelle est largement répandue en Chine.

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Articles pertinents
Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine publie des nouvelles mesures sur la gestion des fonds de compagnies d'assurances
Chine : la production d'or en 2010 vers un niveau record
L'équilibre entre le travail et la vie constitue le moteur des forces productives
Les images d'une évacuation musclée de squatteurs suscitent une polémique qui montre l'échec de la nouvelle politique française d'immigration
Les ministres français partent en vacances avant de se lancer dans une nouvelle série de vifs débats
La forte croissance de la population de l'UE est-elle due à l'immigration ?
Un expert regarde la Chine de l'extérieur