100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 15.09.2010 08h11
Bill Gates et Warren Buffett : une visite en Chine pour partager leur expérience en matière de philanthropie

Bill Gates et Warren Buffett ont déclaré mardi qu'ils viendraient en Chine à la fin du mois pour partager leur expérience en matière de philanthropie. Ils ont également démenti les allégations selon lesquelles ils viendront forcer les riches chinois à donner pour la bonne cause.

"Certaines personnes se demandent si nous venons en Chine faire pression sur les gens pour qu'ils donnent de l'argent. Pas du tout", ont affirmé les deux Américains, les plus riches du monde, dans une lettre à l'agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) au sujet d'un banquet qu'ils parrainent à l'attention de milliardaires chinois, prévu le 29 septembre.

Ces deux grandes fortunes sont à l'origine du projet "Giving Pledge" (Engagement de don) visant à persuader les milliardaires américains de donner la majorité de leurs fortunes pour des causes humanitaires ou caritatives.

Peu de Chinois riches ont accepté la semaine dernière l'invitation au banquet, Ce qui a provoqué une polémique sur la capacité des plus riches de Chine à donner.

Gates et Buffett ont donc rassuré et expliqué dans leur lettre qu'"une composante de notre voyage est l'opportunité de s'asseoir avec des hommes d'affaires et des philanthropes pour découvrir la philanthropie en Chine et pour partager avec eux notre expérience sur l'impact que peuvent avoir les dons sur la société et sur notre monde".

Ils ont aussi expliqué que le projet "Engagement de Don" est une approche philanthropique parmi d'autres, qui n'est peut être pas adaptée à la Chine.

"Le but de notre voyage est fondamentalement d'apprendre, d'écouter et de répondre à ceux que notre expérience intéresse. Les caractéristiques de la Chine sont uniques, tout comme son approche de la philanthropie".

Selon eux,les riches entrepreneurs chinois ont la possibilité de montrer l'exemple aux générations futures, et il est très probable que ce faisant ils auront un impact important sur le développement de la philanthropie dans la Chine moderne.

La tendance traditionnelle chez les Chinois riches est de laisser toute sa fortune à sa descendance, ce qui est un obstacle majeur à la collecte de fonds, d'après Zhang Yinjun, le porte-parole de l'une des plus grandes organisations caritatives de Chine, la Fédération de charité de Chine.

Dans leur lettre, Gates et Buffett écrivent "Bien sûr, la philanthropie existe à tous les niveaux sociaux en Chine, et pas uniquement chez les très riches". Avant de citer un vieux proverbe chinois: "Souvenez-vous de ce que vous avez reçu et oubliez ce que vous avez donné".

Ils se sont néanmoins montrés enthousiastes et optimistes quant à l'état de la cause caritative en Chine : "Comme elle l'a déjà fait auparavant dans tant d'autres domaines, la Chine surprendra le monde en adoptant la philanthropie."

Les milliardaires chinois qui ont confirmé leur présence au banquet sont Chen Guangbiao, le philanthrope le plus connu de Chine et le PDG d'une entreprise spécialisée dans le recyclage des ressources dans la province orientale du Jiangsu, et Zhang Xin, le PDG de SOHO China, un grand promoteur immobilier de Chine.

Selon le rapport Hurun 2010 sur les richesses, la Chine compte 55 000 milliardaires.

Chen Guangbiao a publié une lettre ouverte sur le site Internet de son entreprise, dans laquelle il s'engage à faire don à sa mort de toute sa fortunes à des causes caritatives, afin de "saluer" la visite philanthropique de Bill Gates et de Warren Buffett à Beijing.

Dans sa lettre, M. Chen a également révélé avoir fait des dons d'une valeur totale de 1,34 milliard de yuans (197 millions de dollars) au cours de la dernière décennie. Pour la seule année 2009, il a donné 313 millions de yuans, soit 77,6% des bénéfices de son entreprise cette année-là.

"Si la visite et le banquet de Gates et de Buffett peuvent changer la manière dont les milliardaires chinois traitent leurs fortunes, cela serait un bon départ pour encourager davantage de gens à donner pour la société", a analysé Zhang Yinjun.

Source: xinhua

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
l'élan économique chinois assuré par le plan de relance
Livre blanc : la politique des ressources humaines chinoise est devenue plus ouverte
L'alliance entre la politique et le commerce - tumeur maligne de la justice sociale
Les syndicats français défendent la retraite à 60 ans
Ce n'est qu'en disant la vérité que la voix de la Chine fera plus autorité
Présenter une Chine variée à l'Europe
La croissance chinoise se fait aussi avec les pays d'Afrique