100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 20.10.2010 10h21
Le train « super-rapide » chinois devrait atteindre 500 km/h

D'après le Ministère des Chemins de Fer, la Chine a pour ambition d'être au premier rang mondial pour la construction de voies ferrées à grande vitesse, et elle a des projets de développement d'un train « super-rapide » atteignant une vitesse pouvant aller jusqu'à 500 km/h.

He Huawu, Ingénieur en chef au Ministère, a déclaré lundi lors d'un forum sur les technologies ferroviaires à Wuhan, capitale de la Province du Hubei, que la technologie de la super-vitesse devrait permettre aux trains de circuler à une vitesse située entre 400 et 500 km/h.

L'Agence de Presse Xinhua, qui a rapporté les propos de M. He, a précisé que la technologie est déjà en phase finale de développement.

La Chine compte déjà 7 055 km de voies ferrées à grande vitesse en service, ce qui constitue le plus long et le plus rapide des services à grande vitesse du monde. Elle possède aussi la technologie la plus complète et prévoit d'étendre ce réseau à hauteur de 13 000 km d'ici 2012, d'après le Ministère.

Il y a trois semaines à peine, le 28 septembre dernier, un train chinois a établi un nouveau record de vitesse sur une ligne ferroviaire en service -la ligne Shanghai-Hangzhou- atteignant la vitesse de 416,6 km/h.

L'ingénieur en chef du Ministère n'a pas précisé avec exactitude à quelle date ce train roulant à 500 km/h sortirait des usines ou sur quelle ligne ferroviaire il serait mis en service, et de fait certains experts pensent qu'il est peu probable que la recherche soit menée dans un but commercial.

Pour Wang Menshu, membre de l'Académie Chinoise d'Ingénierie et expert en tunnels qui s'est exprimé mardi, en effet, les recherches ont plus probablement un objectif technologique, car mettre en service des trains roulant à 500 km/h n'est tout simplement pas rentable.

Tout cela pour une raison bien simple : à 500 km/h, un train impose des contraintes beaucoup plus fortes aux voies et aux tunnels, et cela impliquerait des coûts de construction immenses.

« Mais des recherches menées sur des trains roulant à 500 km/h pourraient contribuer à faire la preuve de l'avantage pris par la Chine dans le domaine des voies ferrées à grande vitesse pour montrer, par exemple, que la technologie roue/rail est suffisamment bonne et qu'il n'y a pas besoin de lignes Maglev », a t-il expliqué.

Précédemment, en avril 2007, le TGV français (Train à Grande Vitesse), lors d'essais destinés à repousser les limites de la technologie des hautes vitesses, a établi un record à 574,8 km/h, mais sur une ligne spéciale et non une ligne régulière.

Yang Hao, Professeur à l'Université Jiaotong de Beijing, a déjà mis en garde, disant que la Chine ne devrait pas insister pour mettre en service des trains roulant à 500 km/h en utilisation commerciale, car des problèmes inimaginables ne manqueront pas de surgir avec la vitesse.

« Se contenter de faire quelques expériences est bien suffisant pour prouver la viabilité de la technologie pour une utilisation commerciale », a t-il souligné.

Il ne faut pas oublier non plus les internautes chinois, qui ont exprimé leur soutien aux recherches sur ces nouvelles technologies sur sina.com, un portail d'information chinois parmi les plus importants.

Cela ne veut pour autant pas dire que certains ne font pas part de leurs inquiétudes en matière de sécurité. Ainsi de Cai Tianyi, qui se déplace régulièrement entre Beijing et Tianjin sur des trains à grande vitesse, dit-il que la Chine ne compte que quelques années d'expérience dans la fabrication de trains à grande vitesse : « A quoi bon prendre la tête dans cette industrie d'une façon aussi hâtive, au risque d'y sacrifier la sécurité ? ».

Mais l'ingénieur He, à qui ces doutes sur la sécurité ont été exprimés lors d'un forum sur les transports à l'Université Jiaotong samedi dernier a assuré que « Les voies ferrées chinoises à grande vitesse peuvent satisfaire à des tests de sécurité rigoureux ».

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
Xi Jinping nommé vice-président de la Commission militaire centrale
Un test d'évaluation de la culture américaine (USCAT) va être introduit en Chine
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine
Le prix Nobel de la paix induit en erreur
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes
La Chine se développe pacifiquement, mais sa patience a des limites
Le banquet Gates-Buffet, « un test pour les Chinois riches »