100 chansons patriotiques/Edition du week-end/Notre site/Archives/

 
Français>>Vie SocialeMise à jour 25.10.2010 15h38
Un bloggeur français met en valeur les meilleurs produits « Made in China »

Bien que la plupart des produits fabriqués en Chine soient favorablement réputés pour leur qualité et leur prix, certains ont à l'évidence brouillé la perception du public et leur niveau a été mis en question.

Cependant, Lionel Derimais, avec son blog ouvert à Beijing et baptisé « Nicely Made in China » (« Joliment fabriqué en Chine »), cherche lui à démontrer que la Chine produit en fait une large gamme de produits de haute qualité, innovants, fait par des gens qui aiment ce qu'ils font et croient en ce qu'ils font.

Agé de 50 ans et de nationalité française, Lionel Derimais est photographe professionnel et a passé plus de cinq ans en Chine à photographier ses habitants et ses entreprises, mais son idée de créer « Nicely Made in China » lui est venue par hasard un après-midi de novembre 2009.

Il était assis chez lui, à Beijing, en plein milieu d'une « journée pourrie », quand soudain un superbe sac en papier lui est arrivé sur le nez, lancé par sa petite amie.

« Regarde, il y a des jolies choses bien faites en Chine », lui a-t-elle dit.

« Ca n'a pas été beaucoup plus compliqué que ça », a-t-il dit. « J'ai tout de suite pensé à l'idée de ‘Nicely Made in China' et je me suis rué sur mon ordinateur pour vérifier si ce nom était libre, puis je l'ai acheté dans l'instant ».

Un an plus tard ou presque, « Nicely Made in China » sait maintenant tout, de la joaillerie aux planches de surf en passant par les initiatives lancées dans le domaine des énergies nouvelles.

Mao Shuhong et Yang Baoguang ne sont que deux des personnes auxquelles il a rendu visite. Ils ont fondé leur entreprise, Suren, en 1993, et dans leur petite usine située juste à la sortie de la ville, ils ont commencé à fabriquer des produits de maroquinerie. Aujourd'hui, leurs sacs, chaussures et accessoires sont vendus dans sept boutiques dispersées dans Beijing ainsi que dans d'autres villes de Chine.

« Mon mari Yang et moi-même avons tous les deux étudié les beaux-arts pour devenir peintres, mais nous aimions aussi l'idée de fabriquer de jolies choses et de les partager avec les autres », a dit Mme Mao à Lionel Derimais.

« Yang s'est toujours intéressé au design et à la fabrication. Nous avons donc décidé de changer d'orientation professionnelle. Et aujourd'hui nous employons près de cent personnes ainsi que trois designers, dont mon mari », a-t-elle dit.

Il y a aussi Huang Ye, un publicitaire originaire du Sichuan devenu créateur de mode. Il produit désormais des vêtements finement travaillés pour homme et femme dans son studio de Sanlitun.

« Je mélange la façon chinoise traditionnelle de couper les vêtements avec une influence occidentale », a-t-il dit.

« Par exemple, les robes ont souvent pour base le Qipao de Shanghai, auquel j'ajoute des détails occidentaux ; tout cela, bien sûr, sans oublier l'élégance ».

A la différence de Mao, Yang et Huang, nombre des entrepreneurs que l'on rencontre sur « Nicely Made in China » sont des personnes nées à l'étranger plutôt que des Chinois, mais ce n'est pas un choix délibéré de la part de Lionel Derimais.

« Il y a des raisons à cela », explique-t-il. « D'abord, c'est encore difficile de faire que les hommes d'affaires chinois s'y intéressent. Parce que ‘Nicely Made in China' n'est pas encore une entreprise, ils ne voient pas l'intérêt de figurer sur un site internet qui n'est pas une entreprise, et ils ne voient pas quel avantage ils peuvent en tirer ».

Une autre raison, dit-il, c'est que, à la différence des entreprises de production de masse, nombre de petites entreprises plus petites et moins connues n'ont pas tellement envie qu'on leur fasse de la publicité.

« Elles préfèrent être un peu moins visibles », a dit Lionel Derimais.

Il pense aussi que de nombreux hommes d'affaires chinois ne sont pas conscients que le « Made in China » n'a pas toujours bonne presse dans le reste du monde.

« Je ne crois pas que les Chinois comprennent toujours bien cela », a-t-il dit. « Ils ne savent pas que de ce côté là, ils doivent donner un coup de main ».

Quand Lionel Derimais a commencé à écrire son blog, il voulait montrer qu'il y a des produts de qualité qui viennent de Chine, et que les progrès dans la qualité se sont étendus à tous les secteurs.

A ce jour, « Nicely Made in China » a élargi ses recherches à toute la Chine, pour y inclure des produits comme des vélos tous-terrains, des châles en laine de yack, du papier-cadeau à base de papier recyclé et même des yachts.

Mais parcourir un aussi vaste pays pour y chercher ses trésors cachés est hélas limité par d'évidents problèmes de coûts, et pour l'heure « Nicely Made in China » n'est pas encore rentable. Mais au fur et à mesure que son blog grandit, Lionel Derimais développe des plans pour faire de son blog une entreprise à part entière, qui sans nul doute mérite aussi d'avoir sa propre histoire de « Nicely Made in China ».

par Shannon Aitken

Source: le Quotidien du Peuple en ligne

Commentaire
Nom d'utilisateur Anonyme  
  
  
  
La Chine procèdera à une exploration indépendante de Mars en 2013
La Chine et les Etats-Unis s'engagent à promouvoir la coopération judiciaire et à améliorer les relations bilatérales
Les Etats-Unis mènent une guerre monétaire
Pourquoi la Banque centrale augmente t-elle résolument son taux d'intérêt ?
Les Etats-Unis reculent dans leur dispute monétaire avec la Chine
Le prix Nobel de la paix induit en erreur
Le Japon doit voir au delà de ses problèmes internes